Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Personnels Entv- Lettre au Président

Date de création: 09-08-2020 18:31
Dernière mise à jour: 09-08-2020 18:31
Lu: 60 fois


COMMUNICATION- DOCUMENTS ET TEXTES REGLEMENTAIRES- PERSONNELS  ENTV- LETTRE AU PRESIDENT

- Un collectif du personnel de l’ENTV est monté au créneau pour faire part de sa colère quant à la gestion qui prévaut au sein de l’entreprise. Mécontent de la situation de l’ENTV, il a adressé une lettre au président de la République pour se plaindre de la gestion du Directeur général contre qui sont énumérés plusieurs griefs.

Il a été ainsi reproché à la direction de «reproduire les anciennes pratiques», pointant notamment la marginalisation des compétences, l’exclusion, le règlement de comptes, l’allégeance, le népotisme… Le collectif regrette la persistance de ces pratiques qui ont «décrédibilisé» la place de l’ENTV auprès de l’opinion, réduisant ainsi à néant son impact sur celle-ci.
Relevant avoir accueilli favorablement la désignation de M. Bensebane à la tête de l’ENTV au mois de janvier dernier, ce collectif se dit «déçu» de ce qui a été «accompli» plus de six mois plus tard, «puisque le pari du changement vers le meilleur n’a pas été tenu», soulignent-ils. «Nous sommes au regret de porter à votre connaissance, six mois après la désignation d’un nouveau responsable, la situation qui prévaut dans l’entreprise, une situation qui nous fait craindre le pire à cause de la gestion en vigueur d’une entité de souveraineté de la taille de l’ENTV», écrivent les journalistes mécontents. Ces derniers citent «un non-renouvellement du discours médiatique», regrettant que «les choses n’aient pas évolué d’un iota». «La manière avec laquelle est faite la promotion de l’Algérie nouvelle reste faible et le discours proposé demeure fidèle à celui d’avant le 22 février 2019», reprochent les signataires de la déclaration qui se veut manifestement un cri de détresse. Cela génère, accusent les contestataires, des JT «médiocres, loin des aspirations du peuple et de vos aspirations en votre qualité de premier président après la révolte populaire pacifique, dans la mesure où les JT demeurent loin de l’esprit de changement que veut véhiculer l’institution de la Présidence».
Il est reproché également à la direction de «garder les figures de la télévision publique qui ont accompagné les années d’avant le 22 février et qui sont affiliées, dans l’imaginaire du peuple, au discours des responsables corrupteurs poursuivis par la justice…». Le collectif du personnel de l’ENTV pointe aussi «un échec dans le traitement de la crise du Coronavirus médiatiquement», qualifiant de «superficiels» les programmes et les émissions dédiés à ce sujet qui fait l’actualité depuis plusieurs mois.
Il est reproché par ailleurs au Directeur général de l’ENTV ses désignations au niveau des directions des stations régionales en contradiction avec les critères et conditions en vigueur. Citant la personne désignée pour la station de Constantine qui «n’a pas le niveau de formation exigé» pour un tel poste, ainsi que celle désignée pour la station de Ouargla qui «n’a été recrutée que depuis quelques années». Aussi, on retient contre le Directeur général de l’ENTV un autre grief, celui de «la dilapidation de l’argent public et la non-rationalisation des dépenses», notamment «les nombreuses désignations, sur fond de népotisme, de conseillers et de chargés de mission, qui ont mis, chacun à son niveau, à leur disposition des voitures de luxe, en sus, de l’augmentation de leurs salaires et de la valorisation de leurs primes». Le premier responsable de l’ENTV serait également «coupable» de menaces contre les travailleurs récusant «toutes les voies du dialogue et de la concertation».
En somme, c’est un véritable tableau noir qui est dressé sur la gestion de l’ex-«l’Unique», qui ne manquera pas de mettre son patron sur un siège éjectable. n