Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Maladie de Kawazaki

Date de création: 29-07-2020 13:20
Dernière mise à jour: 29-07-2020 13:20
Lu: 39 fois


SANTE- MALADIE- MALADIE DE KAWASAKI

Deux enfants, âgés de 7 et 5 ans, atteints d’un syndrome inflammatoire proche de la maladie de Kawasaki et testés positifs au coronavirus sont hospitalisés fin juillet 2020  à l’unité Covid-19 pédiatrique du CHU de Sétif. L’alerte concernant cette association Kawasaki-Covid-19 chez l’enfant a été donnée en avril dans plusieurs pays du monde. En Algérie, le premier cas a été enregistré le 16 juin à Batna. Rappelons que la maladie de Kawasaki, décrite pour la première fois par Tomisaku Kawasaki en 1967, est une inflammation des vaisseaux sanguins qui, en l’absence de traitement, peut se compliquer d’une maladie coronaire pouvant être mortelle. 

(Extrait Wikipédia) : La maladie de Kawasaki, également appelé « syndrome lympho-cutanéo-muqueux » ou « syndrome adéno-cutanéo-muqueux », est une maladie infantile, d'origine immunologique, consistant en une vascularite

 fébrile touchant les artères de moyen et petit calibre.

L'hypothèse dominante est qu'il s'agit d'une maladie infectieuse, peut-être secondaire à une co-infection par plusieurs germes, se traduisant par une inflammation des artères. C'est une maladie émergente en Europe.

Bien que dans les trois quarts des cas, la maladie puisse évoluer favorablement sans intervention, il est indispensable de la traiter en raisons des complications graves (problèmes cardiaques, anévrismeschoc toxiquechoc cytokinique) pouvant intervenir dans la quatrième semaine à quelques mois plus tard.

En avril 2020, lors de la pandémie de Covid-19, une recrudescence de cas évocateurs de la maladie de Kawasaki est constatée au Royaume-Uni, en Italie et en France. Ces cas sont souvent associés à des cas de Covid-19 chez le jeune enfant

10 (lire ci-dessous).

La maladie se caractérise par six manifestations principales qui définissent des critères diagnostiques9, l'ordre d'apparition le plus fréquent étant :

1/Une forte fièvre (supérieure à 38,5 °C), de plus de cinq jours et ne cédant pas aux médicaments antipyrétiques ou aux antibiotiques. Elle peut être accompagnée d'une altération de l'état général, de maux de tête ;

2/ une conjonctivite bilatérale bulbaire (du globe oculaire plus que de la paupière), dite non-exsudative (non purulente), avec une photophobie chez les plus de deux ans ;

3/une atteinte de la muqueuse buccale réalisant un énanthème (pharyngite) avec une langue framboisée, et une chéilite douloureuse (lèvres rouges et fissurées) ;

4/des ganglions gonflés au niveau du cou (adénopathies cervicales), souvent unilatéraux et volumineux (plus de 1,5 cm de diamètre).

5/ une éruption cutanée réalisant un exanthème d'aspect variable : de type scarlatiniforme, à type de grandes plaques confluentes, ou de type morbilliforme

, par petites plaques, pouvant aussi ressembler à un syndrome de Stevens-Johnson. Elle apparait au niveau des membres, du tronc et du siège, souvent suivie d'une desquamation du siège, péri-anale caractéristique. Chez les moins de deux ans, une inflammation de cicatrices du BCG peut s'observer entre le 1e et le 4e jour de fièvre;

6/l'atteinte des extrémités est très caractéristique de la maladie : érythème à la paume des mains et à la plante des pieds, suivi d'un œdème induré de la face dorsale des mains et des pieds. Les ongles peuvent prendre une coloration orange-brun entre le 5e et 8e jour de fièvre9. Une desquamation de la pulpe des doigts et des orteils, et autour des ongles, apparaît vers la 2e ou 3e semaine d'évolution.