Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mémoires Maurice T.Maschino - "L'Algérie toujours....."

Date de création: 26-07-2020 18:33
Dernière mise à jour: 26-07-2020 18:33
Lu: 17 fois


COMMUNICATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- MEMOIRES MAURICE T. MASCHINO – « L’ALGERIE TOUJOURS…. »

L’Algérie toujours. Chronique d’une vie. Ouvrage mémoriel de Maurice T. Maschino  . Editions Dalimen,, Alger , 2012, 161  pages, 500  dinars

 

Il est d’origine russe et  il a vécu toute son enfance en France avec sa mamaï  (grand-mère) et  sa maman , des réfugiées ayant fui les suites répressives de la Révolution d’octobre , il a grandi dans un milieu familial très ouvert sur la société (mère et beau-père résistants) et sa première épouse est fille d’anarchistes. Prof’ de philo par admiration pour Epictète, Montaigne, Descartes, Voltaire, Rouseau, Monstesquieu et surtout pour Sartre et pour l’humain. Expatrié au Maroc où il s’est senti pleinement accepté par les « indigènes » et « haï» par les Européens colons ….Très tôt en phase avec la Révolution algérienne, il s’insoumet aux obligations militaires en 1957,  et il est « envoyé » à Tunis ….Enseignant , journaliste, auteur d’ouvrages (Le Refus ,en 1960,  suite d’un article déjà publié en octobre 1957 dans les Temps modernes, expliquant les raisons de son acte d’insoumission - la revue fut alors saisie et Sartre inculpé pour « atteinte au moral de l’armée » - ,  et L’Engagement en 1961, les deux chez Maspéro) interdits en France, il rentre au pays (l’Algérie) en juin 62 et il fait partie des premiers français d’origine (10 pour être plus précis) à demander et à avoir la nationalité algérienne.

Marié à Fadela M’Rabet (une skikdie, fille de ‘Alem) , converti à l’Islam,  bien sûr, il anime ,avec sa femme, des émissions radiophoniques qui n’ont pas tardé à déplaîre (quelques jours avant le 19 juin 1965) aux « autorités » de l’époque : la « fête algérienne » est fini..

Son épouse « commet » deux livres sur le triste sort de la femme algérienne. L’hallali est sonné . Menaces, insultes, diffamations, arrêt des émissions radiophoniques, suspension d’enseigner…et même menace de déchéance de nationalité (débattue en Conseil des ministres,  s’il vous plait)   …. . Au printemps 1971, après plusieurs années de « résistance » , le couple  décide de partir. Un 5 juillet , au 9è anniversaire de l’indépendance. …Mais toujours avec l’Algérie au cœur (carte d’identité et passeport régulièrement renouvelés, en plus)  . Pour Maurice T. , bien plus que la russité originelle et encore moins la francité.

On ne quitte pas facilement son pays….et on y revient toujours …L’Algérie au cœur !

Phrases relevées , à méditer (p.137) : « …la liberté dont nous disposions à la radio ne relevait pas d’une décision, ce n’était pas un choix politique, c’était la conséquence d’une ignorance . Les instances dirigeantes avaient autre chose à faire qu’à écouter les programmes de la radio : se battre pour conserver leur poste » 

 

Avis :  C’est toute une vie qui est racontée…avec un style assez journalistique…...Très pédagogique .   Universitaire, esprit scientifique et rigoureux mais humain comme tout bon philosophe, compréhensif comme tout bon sociologue, il est sévère, très sévère   dans son diagnostic quand il analyse le pays , son pays, mais plein d’espoirs quand il décrit les Algériens, ses concitoyens .