Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ministres français d'ascendance algérienne

Date de création: 14-07-2020 18:33
Dernière mise à jour: 14-07-2020 18:33
Lu: 64 fois


POPULATION- ENQUÊETES ET REPORTAGES- MINISTRES FRANÇAIS D’ASCENDANCE ALGERIENNE

© Walid Mebarek/El Watan, mardi 14 juillet 202

Le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a la particularité d’être issu d’une lignée algérienne ! Il l’a lui-même précisé sous les ors du Sénat lors des questions des parlementaires au gouvernement : «Mon grand-père priait Allah et portait l’uniforme de la République.» «Mon premier prénom est Gérald, mon deuxième prénom Moussa.»

Il n’en fallut pas plus pour que sur les sites communautaires, certains l’accablent de tous les maux et particulièrement d’être «un petit fils de harki».

Devant les sénateurs, preuve que la xénophobie n’est pas absente de certains rangs de la haute assemblée, il a dû s’affirmer, si ce n’est se justifier, alors que son grand-père fut non seulement un tirailleur algérien mais aussi un résistant des Forces françaises de l’intérieur durant la guerre 40-45. «Le président de la République et le Premier ministre m’ont fait confiance (…) pour rétablir la sécurité des Français, pour accompagner le travail des services publics par l’intermédiaire du corps préfectoral, pour rendre respect et écoute aux forces de l’ordre et aussi bien sûr pour lutter contre ce que le président de la République à nommer ‘‘séparatisme’’.

Oui, l’islam politique est un ennemi mortel pour la République, oui, il faut combattre toute forme de communautarisme. Je n’oublie pas bien sûr je suis aussi ministre des Cultes. En France, la laïcité ne veut pas dire la négation de cette liberté des cultes.» Revenant sur son grand-père, il devait insister, parlant de ce qui fait nation : «La langue, la culture, la Marseillaise, notre drapeau et pas tomber dans la caricature.» Il concluait en affirmant «être très fier d’être ministre de la République».

Les instructifs précédents des ministres d’ascendance algérienne

A ce niveau de responsabilité gouvernementale, la nomination à l’Intérieur, (poste régalien essentiel), d’une personnalité d’ascendance algérienne, est un événement marquant mais ce n’est pas une première. Il y eut le précédent de Rachida Dati, nommée ministre de la Justice par le président Nicolas Sarkozy en 2007 sous le gouvernement François Fillon.

Son origine algéro-marocaine fut raillée mais son parcours a prouvé sa ténacité en tenant la dragée haute à Paris lors des élections municipales, malgré certains doutes de son parti Les Républicains.On se souvient aussi de Jeannette Boughrab, secrétaire d’Etat chargée de la Jeunesse et de la Vie associative du 14 novembre 2010 au 10 mai 2012, dans le troisième gouvernement Fillon (présidence Nicolas Sarkozy).

N’oublions pas Kader Arif, socialiste, proche de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin, nommé le 16 mai 2012 ministre délégué aux Anciens combattants dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault (présidence François Hollande).

L’écrivain Azouz Begag fut certainement l’un des plus déçus de sa nomination. Ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Promotion de l’égalité des chances, dans le gouvernement Dominique de Villepin (présidence Jacques Chirac), il confia son amertume de la déconsidération raciste de l’entourage ministériel et présidentiel dans le livre Un mouton dans la baignoire.

Yazid Sebag fit un parcours express dans l’aréopage du pouvoir. Nommé le 17 décembre 2011 commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances par le président de la République Nicolas Sarkozy, il ne résiste pas et, le 13 juillet 2012, il en démissionne.

Tokia Saïfi fut secrétaire d’Etat auprès de la ministre de l’Ecologie et du Développement durable, chargée du Développement durable, dans les trois gouvernements Jean-Pierre Raffarin, de mai 2002 à juin 2004 (président Jacques Chirac).

On peut aussi parler de Hamlaoui Mekachera, qui a été secrétaire d’Etat puis ministre délégué aux Anciens combattants pendant cinq ans, de juin 2002 à mai 2007.

Enfin, citons Fadela Amara nommée secrétaire d’Etat chargée de la Politique de la ville le 19 juin 2007, sous la tutelle de la ministre du Logement et de la Ville Christine Boutin, dans le deuxième gouvernement François Fillon (2007-2010) sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Elle est désormais inspectrice générale des affaires sociales.Politiquement, parmi les descendants d’Algériens, il y eut aussi Arnaud Montebourg, ex-candidat déçu à la candidature présidentielle. En rapport à l’Algérie, signalons aussi a contrario le nouveau ‘‘patron’’ du parti Europe Ecologie Les Verts, Julien Bayou, qui se vantait en 2019 de sa mère qui assista le FLN durant la Guerre d’Algérie : «Merci à mes parents qui m’ont donné le goût de l’engagement et de la désobéissance […] Mon père était fanfariste, ma mère était porteuse de valises pour le FLN algérien et évidemment si je suis là devant vous, c’est un bon mélange des deux, radical et festif.»