Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Mohamed Sari- "Pluies d'or"

Date de création: 06-07-2020 18:18
Dernière mise à jour: 06-07-2020 18:18
Lu: 48 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN MOHAMED SARI- « PLUIES D’OR »

Pluies d’or. Roman de Mohamed Sari. Chihab Editions, Lieu d’édition non indiqué (décidemment !)   2015,   156 pages,900 dinars.

Une ville, Ain Karma, un (ancien) moudjahid encore jeune , Amar Kerrouche, (monté au maquis suite à une bagarre avec un harki.... à propos d’une « femme de mauvaise vie ». Au départ aucun militantisme mais devenu, par la suite , un véritable héros......devenu propriétaire de la ferme du plus gros des colons de la région , mitraillette toujours en sa possession et bien en vue , aimant les femmes ; dont celles des autres) ......Un jeune,  « Al Mahdi », fils d’un Chikh  totalement décati ayant renvoyé la mère.......devenu, par hasard, après la mort du père, gardien du mausolée de Sidi El Mekhfi.....et la découverte , par hasard, d’un très vieux manuscrit contant l’aventure d’Ibn Tumert et les miracles supposés accomplis. Il se prend pour le nouveau Mehdi, attendant le « miracle » qui lui donnera les « clés magiques » pour changer le monde (découvrir le tunnel qui relie la ville ...à la Mecque, rien que ça)  . Bien sûr, les femmes ne manquent pas , servant surtout de « repos  du guerrier ».

 Hier, aujourd’hui. Donc, tout baigne dans l’huile.....alors que les choses sont en train de changer : la vision du monde extérieur à travers le prisme des combattants partant lutter contre le communisme en Afghanistan, le chômage et la misère rampantes, l’ennui et le désœuvrement des jeunes  et , surtout, une religiosité versant peu à peu dans un fanatisme borné voulant s’imposer par la force. L’histoire récente du pays avec tous ses faux miracles, ses violences souvent meurtières, ses phantasmes, ses révoltes.....et ses désillusions

L’Auteur : Né en 1958 à Cherchell, professeur d’Université  (Alger). Ecrivain bilingue (il dit être « un polygame qui aime deux femmes » , les deux langues, française et arabe) , romancier, traducteur, critique littéraire, journaliste . A déjà écrit un roman « La carte magique » sur les faux moudjahidine.....refusé alors en Algérie, mais publié, plus tard .....à Damas

Extraits «  La guerre est finie , mes frères. Nous avons acquis l’indépendance. Nous sommes les maîtres du pays. Il faut en profiter. Il faut vivre, au lieu de ressusciter les vieux démons. Descendez en ville, cherchez-vous des maisons, des terres, des commerces, et pourquoi pas des femmes » ( p 91), « La kasma reste surtout un mât de cocagne où un tas d’individus viennent chaque jour que Dieu fait se revendiquer de la glorieuse Révolution, quémander une signature, ou plutôt deux, en bonne et due forme, afin d’acquérir la merveille des merveilles , le quitus pour l’Eden, la carte magique, le sésame qui donne droit à tous les privilèges , ceux d’ici-bas et, dit-on, même ceux de l’au-delà » (p 127)

Avis : Roman à l’écriture « réaliste ». Roman dur, cru. Un roman qui décrit assez bien le bruit et  la fureur  annonciateurs  de la tragédie des années 90. A lire . A méditer.

 Citation : « Une bouteille jetée à l’eau dans les mers du Sud a plus de chance de trouver un destinataire qu’une lettre envoyée à une administration algérienne ! » (p 112)