Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récit Rabah Mahiout - "Journaliste du Parti......"

Date de création: 04-07-2020 18:02
Dernière mise à jour: 04-07-2020 18:02
Lu: 85 fois


COMMUNICATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RÉCIT  RABAH MAHIOUT –« JOURNALISTE DU PARTI…. »

 Journaliste du parti, dites-vous ? Ouvrage de Rabah Mahiout, Editions El Othmania , Alger 2015, 269  pages, 550 dinars

Il a débarqué à Alger le 22 juillet 1962  , en provenance de Marseille, en compagnie de Mohamed Zinet.Il l’avait rencontré à Bonn, en Allemagne, dans le refuge aménagé par le Fln, pour accueillir les militants fuyant la pôlice française.

Le reste est une interminable suite d’aventures et, surtout, de mésaventures journalistiques ....A partir du 12 août 1962, recruté par Salah Louanchi,  il a connu , à peu près, presque toutes les étapes de l’histoire de la la presse nationale, tout particulièrement celles  des  premières années de l’Indépendance ainsi que tous les grands noms...aujourd’hui, hélas, oubliés ou « illustres inconnus » de la nouvelles génération de journalistes   : La création (le premier numéro est daté du  19 septembre) du nouveau  quotidien national Al Châab en langue française (il deviendra par la suite Le Peuple et Al Châab sera édité en arabe) , la presse de l’Emigration avec La Semaine de l’Emigration.....Il y eut, aussi, un passage à la télévision...puis l’arabisation et ses effets négatifs sur la qualité des productions informatives .......ainsi que le départ de bien des compétences .....L’impossibilité d’avoir un logement décent dans une Algérie parsemée d’un autre genre de  « parcours  du combattant », celui-ci bureaucratique.

Heureusement, ce ne sont pas les satisfactions qui manquèrent dont les plus jouissives furent celles de l’amitié entre les journalistes et la convivialité bistrotière permanente , tout particulièrement après le travail,  tard , très tard dans la nuit.

A lire par tous les « anciens » de la presse,  ne serait-ce que pour se souvenir de tous les amis « partis » , et par les jeunes pour savoir que la presse nationale n’est pas née d’aujourd’hui. Il y a, d’ailleurs , quelques très bons conseils en « Techniques rédactionnelles » (ex : p 153. Comment rédiger un éditorial) et en matière de gestion (ratée) de journaux. Quant à la versatilité des politiques arrivés au pouvoir.......

L’Auteur : Il a commencé sa carrière de journaliste en France  (Radio Paris) , l’a continué à Alger (Al Châab, Révolution africaine, Rta...), a fait de la communication institutionnelle auprès de ministres, a poursuivi son itinéraire  à Paris (La Semaine de l’Emigration), et a fini .........restaurateur.

Avis : Récit linéaire et circulaire en même temps. « Eclaté » , ressemblant à l’itinéraire d’un homme, grand journaliste au demeurant , qui se trouvait partagé entre  Alger et Paris, entre le journalisme engagé et le journalisme indépendant ...et pris au piège de la bureaucratie partisane (celle du parti unique, le Fln)  et des calculs mesquins de l’environnement.

Citations « Il  n’y en eut pas qu’en Algérie que se formèrent ceux que l’on appelait , de façon entendue, « ceux du 19 mars » (s’hab 19 mars), ce qui signifie, tout à la fois opportunistes, arrivistes, faux militants et usurpateurs venus se substituer aux véritables moudjahidine « (p 20), « L’application rigoureuse de cette règle (l’arabisation comme langue exclusive de travail à partir de 1971) a rendu analphabètes nombre de hauts cadres et autres personnels des services publics . Il a fallu céder la place à des arabisants et, plus généralement, à des personnes possédant un niveau rudimentaire en langue arabe mais se faisant passer pour de grands lettrés » (p 89)