Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Nouvelles Ameziane Ferhani- "Traverses d'Alger"

Date de création: 29-06-2020 18:04
Dernière mise à jour: 29-06-2020 18:04
Lu: 8 fois


HABITAT- BIBLIOTHEQUE d’ALMANACH- NOUVELLES AMEZIANE FERHANI- « TRAVERSES D’ALGER »

Traverses d’Alger. Nouvelles  de Ameziane Ferhani. Chihab Editions, Alger 2015, 236 pages, 880 dinars

Treize nouvelles. Certainement, un chiffre porte-bonheur pour l’auteur qui sait contourner les situations les plus noires ou les plus difficiles. Les rendre compréhensibles , acceptables et parfois admirables grâce à son sens poétique et ,aussi, de  l’humour. Tout en douceur.De la prose finement ciselé

Treize nouvelles, assez courtes certes mais assez suffisantes pour décrire des situations - parfois dramatiques durant les années  90-   des gens , des comportements….tous tirés de la vie quotidienne, ceux que l’on côtoie, mais que l’on ne voit pas ou, alors, rapidement oubliés

A tout seigneur tout honneur. Il débute par un chant d’amour pour le livre en rappelant au lecteur la présence et l’importance non d’un libraire, mais d’un « faiseur de lecture » et de lecteurs . Mouloud des « Etoiles d’or » (tout en haut de la rue Didouche Mourad » !), une boutique étroite avec plein de « livres d’occasion »

Suivent « De l’origine des bruits »  dans un immeuble populeux et quasi-populaire empêchant toute vie individuelle ; puis ,la vie algéroise laborieuse (peintre en bâtiment) de Pedro, l’exilé espagnol plein d’humanité, , « la nuit du couvre –feu brûlé »……par un nouveau jeune policier qui en avait marre d’être affublé d’un sobriquet par ses copains de quartier, et d’autres et d’autres…..La dernière nouvelle est consacrée à Sidi Yahia (quartier d’Alger) : vous saurez tout, ou presque tout sur un bonhomme au parcours « étrange »… « réputé pour entretenir des liens avec les génies aériens, sinon pour en être un lui-même »

L’Auteur : Né en 1954 à Alger, sociologue…..il a été (et reste encore) journaliste avec une préférence , la « Culturelle » : Parcours Maghrébins, Algérie Actualités, El Watan…. Connu pour sa vaste culture….et apprécié pour sa bonhommie

Avis : Des écrits simples sur des vies simples dans un pays (en apparence) simple. De plus, on en apprend des choses : sur la qualité de la peinture (en bâtiment), sur la confection d’un rapport de police, sur les hirondelles dont celle « des mosquées »….Dans un paysage littéraire « misérabiliste », dramatisant tout et n’importe quoi,  enfin une bulle  d’air frais. Dans un pays extrêmement  pollué, une « mi-temps » (le temps de lire) pour retrouver son souffle.Malgré tout, le passé a du bon et la vie est belle !

Citations : « La culpabilité est une substance qui vieillit mal, surtout lorsqu’on la prive du contact de l’air » (p 9), « L’odeur d’un livre est la quintessence bactériologique de son âme » (p 13), « Le rôle de l’artiste est-il de se mettre toujours aux devants, même dans sa vie privée ? Même lorsque celui-ci s’en abstenait, les autres savaient l’y amener en jouant sur son statut et, sans doute, sa prétention » (p 44), « C’est donner la vie qui est le plus vieux métier du monde…..Donner la vie ou la transmettre, rien n’est plus universel » (p 123)