Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Récit Abderrahmane Berrouane...- "Aux origines du Malg....."

Date de création: 27-06-2020 11:48
Dernière mise à jour: 27-06-2020 11:48
Lu: 81 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RECIT  ABDERRAHMANE BERROUANE…..- «  AUX ORIGINES DU MALG….. »

Aux origines du Malg. Témoignage d’un compagnon de Boussouf. Ouvrage mémoriel et historique de Abderrahmane Berrouane, nom de guerre « Saphar ». Editions Barzakh,315 pages, 800 dinars, Alger 2015 

 

Saphar est un des pionniers des Transmissions de l’Aln. Ce fut  un (très) proche collaborateur de Boussouf (« Si Mabrouk ») . C’est dire quand on sait que ce dernier n’était pas homme à trop se confier et  encore moins à avoir beaucoup d’amis intimes.  Boulot ! Boulot !La Révolution avant tout ! Il est vrai que les conditions de la lutte , l’environnement sécuritaire et les objectifs politiques obligeaient à l’extrême prudence.

Saphar a , aujourd’hui, 85 ans mais il n’a rien oublié ,les épreuves comme les succès ou les désillutions, tout particulièrement au moment de l’Indépendance.

Etudiant en France, il rejoint l’Aln en passant par le Maroc. Il est rapidement pris en charge…après une « examen oral  de passage » …..par Boussouf et Boumediène …eux-mêmes. La grande aventure commence et ne se terminera qu’en 62. Il préférera la vie civile comme son boss, d’ailleurs. A 85 ans, toujours bon pied , bon oeil . Boussouf, lui , mourra….le 2 janvier 1981, à Paris à 54 ans à peine.

Des noms et des lieux ( dont la « mort » de Abane Ramdane….  et « les archives du Malg, quand elles seront rendues publiques, dévoileront la vérité sur tous les dossiers »….car il y avait des fiches bien tenues sur tous ) .  Des exploits , beaucoup, et des échecs, rares . Des soutiens et des « coups fourrés ». Des erreurs aussi ! Quelques petites révélations mais beaucoup d’informations (ainsi, pour ma gouverne, j’ai appris qu’avant l’agence APS lancée avec Mohamed Merzoug, le 1er décembre 1961,   avait été créée le 9 janvier 1959, l’Agence télégraphique de Presse et d’Information, l’ATPI, , juste après le lancement de la Radiodiffusion algérienne , la RDA. Les deux, au départ , sont restées sous la tutelle du Malg) . On apprend ,aussi, que  «  visionnaire, Si Mabrouk avait prévu qu’après l’Indépendance des opportunistes ou de faux cadres, à l’instar des faux moudjahidine qui ont défrayé la chronique, viendraient se réclamer indûment du Malg. Il eut alors l’idée de faire établir un « Livret individuel  »  contenant toutes les données personnelles de chaque membre, qu’il a désigné de sa propre main » .Une remarque cependant, sur les critiques assez communes à (presque) tous les « anciens » et reprises par le préfacier: tout ce qui s’écrit par ailleurs, en dehors d’ « eux » n’est que « contre-vérités sur la guerre de Libération nationale » , « stéréotypes colportés par des historiens nourris à la littérature colonialiste » ,qu’ « intoxication de l’opinion » , que « dénigrement de tout ce qui vient du Malg et des services spéciaux de l’Aln en général » …Mais l’essentiel reste l’œuvre.

 

 

 

L’Auteur : à Relizane en 1929. Sciences Po’ Toulouse. Mais, grève générale . Rejoint la wilaya V en 56. Première promo’ d’opérateurs radio  « Promo’ Zabana ». Nommé par Boussouf en 58 à la tête de la Direction de la Vigilance et du Contre-renseignement (Dvcr) et ce juqu’à l’Indépendance du pays .62 : Air Algérie puis Agence touristique algérienne puis Oncc, puis Tourisme….jusqu’à la retraite.

Avis : A lire. Une oeuvre de recherche, de réflexion et de compilation utile, surtout pour ceux qui s’intéressent au Malg et à la personnalité de Boussouf.

Extraits : «  On peut avancer , sans exagérer, que le service d’écoute de l’ALN, a contribué à permettre de vaincre l’armée française » ( p 98), «  Pour pénétrer et avoir accès aux secrets d’Etat, la  morale, le sentiment, n’existent pas «  (p 120),  « On arrive à savoir tout ce qui s’est  passé, mais il faut toujours prévoir ce qui va « venir »  (A. Boussouf, p 158)