Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Jacques Attali- "Demain, qui gouvernera le monde?"

Date de création: 26-06-2020 11:28
Dernière mise à jour: 26-06-2020 11:28
Lu: 1 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH – ESSAI JACQUES ATTALI- « DEMAIN,QUI GOUVERNERA LE MONDE ? »

Demain, qui gouvernera le monde ? Essai de Jacques Attali. Hibr Editions , Alger 2011,  405  pages, 1 100 dinars

Avant de (se) poser la question , l’auteur, un « homme à tout penser » (il en a les capacités intellectuelles), nous emmène loin , très loin dans l’Histoire des premiers gouvernements du monde. Depuis le temps où les Dieux gouvernaient le monde jusqu’au temps où les hommes ont commencé à gouverner au nom des Dieux.

Puis, on a droit ainsi aux premiers gouvernements marchands (1300-1600) ; au premier gouvernement atlantique du monde ( 1600-1815) ; aux premiers gouvernements du monde entier ….avec les utopies entre autres européennes  , les « internationales » et les premières institutions internationales informelles ,ou non  (1815-1914) ; puis à la grandeur et à la décadence du gouvernement américain du monde (1914-2011 : G2 anglo-américain , Sdn, Onu, deuxième G2 Etats-unis/Urss, G5 puis G7, deuxième « globalisation »,  G8 puis G20), enfin à l’état actuel du gouvernement du monde

A l’arrivée, donc, un « gouvernement   du monde d’une extraordinaire complexité ….qui se résume en fait à un ensemble de pouvoirs multilatéraux qui se complètent, s’enchevêtrent, parfois se contredisent , mais prolongent de façon presque dérisoire l’action des gouvernements….en particulier de celui qui reste,  malgré les mutations en cours, le principal maître du monde : celui des Etats-Unis d’Amérique ».

Mais la messe n’est pas totalement et définitivement dite. En effet, dans ce monde, le pouvoir « monarchique »  des Américains est contrebalancé par le pouvoir « aristocratique » des acteurs du marché mondial et par le pouvoir « démocratique » des plus démunis (dont ceux du « Double vert » fondamentaliste…les religieux, tous les religieux  et les  écolos  ( Dieu et/ou la Nature) avançant leurs idées …et plus)

Le commencement de la fin ? Un monde impossible à vivre avec des désordres continuels?  Heureusement qu’il y a les mille et un projets et autres propositions des utopistes : Karl Popper, Jurgen Habermas, Toni Negri et Michael Hardt, Zhao Thinyang, Sheng Hong, Francis Fukuyama, Pascal Lamy, Ulrich Beck …..et  Jacques Attali,of course .

L’Auteur : Prof’, écrivain, conseiller d’Etat honoraire, conseiller spécial de F. Mitterand à la Présidence de la République de 81 à 91, fondateur et premier président de la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement à Londres de 91 à 93…Président d’une entreprise internationale de conseils en stratégies, etc …etc….Docteur en sciences économiques, diplômé de l’Ecole Polytechnique, de l’Ecole des Mines, de l’Iep, de l’Ena….Il est aussi éditorialiste…..auteur de plus de 60 ouvrages traduits dans plus de 20 langues (essais, biographies,romans, contes pour enfants, pièces de théâtre…...). Classé comme l’un des cent intellectuels les plus importants du monde. J’oubliais : il est né , fin 43, (c’est un jumeau, et son autre frère, Bernard,  fut,  entre autres, Pdg d’Air France ) à Alger d’une famille juive d’Algérie , installée à Paris dès 56 ;le papa ayant  tout compris de la situation coloniale, bien  avant tous les autres.

Aucun mandat électif …et ne manque plus….que l’Académie française. Cela ne saurait tarder !Mais, le veut-il vraiment ?

Avis : Enormément  d’informations. Beaucoup de réflexions et de commentaires.  Ouvrage très utile pour comprendre le monde et son devenir . Mais, en partie seulement !

Extraits : « Contrairement à ce qu’on croit trop souvent, le monde sera de moins en moins sous le contrôle d’un empire, et de plus en plus sous celui du marché  » (p 9), «  Depuis toujours (…), la richesse n’est pas tout, ni la population ; il faut en outre un « désir d’avenir », une capacité à disposer d’une forme claire de commandement, une volonté de s’imposer au monde »  (p 229), «  Il n’y a pas de gouvernement du monde, et les théories du complot ne sont qu’une manifestation de l’impuissance de l’humanité face à son destin »  (p 260), «  Comment sera gouverné le monde ? Par personne, ; sans doute, et c’est là le pire » (p 262), « Le marché sera de plus en plus mondial, alors que la démocratie , là où elle existe ou existera, restera locale  »  (p 270)