Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Recherche Claire Mauss Copeaux - "Algérie, 20 août 1955...."

Date de création: 23-06-2020 17:16
Dernière mise à jour: 23-06-2020 17:16
Lu: 45 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- RECHERCHE CLAIRE MAUSS COPEAUX- « ALGERIE,20 AOÛT 1955…. »

Algérie, 20 août 1955. Insurrection, répression, massacres. Recherche historique de Claire Mauss-Copeaux, Editions Média Plus (Editions Payot et Rivages, Paris 2011), 279 pages, 1 300 dinars,Constantine 2012 .

Pas facile de remonter le cours du temps. Surtout lorsqu’il s’agit d’examiner sérieusement, scientifiquement, des événements douloureux que beaucoup voudraient bien enterrer à tout jamais , chacun ayant ses raisons, dont lui-même n’en saisit plus les réalités. On a donc, d’un côté, les « européens » (les « dominants », les FSE , Français de souche européenne, disait-on) . Ne  se résolvant pas, aujourd’hui encore, à faire leur deuil de l’Algérie coloniale, ils ne retiennent des faits que ce qui en avait été décrit alors par leur presse et leurs militaires et autres administrateurs , que  l’aspect « massacres », oubliant le pourquoi du comment. Et, surtout, oubliant ce qui a suivi comme représailles et répression….et de « strafing » (un terme anglicisé d’origine….. allemande et qui consiste à voler à basse altitude en mitraillant sans distinction tous ceux qui se trouvaient sous l’avion. C’est tout dire de la mentalité de l’Armée française coloniale ! De l’autre, les Algériens (les « dominés », les  FSNA, Français de souche nord-africaine, disait-on)  décidés à se débarasser, une fois pour toutes et par tous les moyens, du colonialisme qui les avait réduits à n’être que des figurants sur leur propre terre.

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes : d’un côté , sur un total de 71 personnes (d’origine européene)   tuées dans le Constantinois,   42 l’ont été à El Alia et Ain Abid.. …..et le reste  dans une douzaine de centres et sur les routes qui y menaient. De l’autre côté…..le total des victimes civiles algériennes des représailles qui ont suivi entre le 20 et le 25 août a été , selon les évaluations officieuses de militaires français, de 7 500 (tous identifiés comme « hors la loi »….. et ce ,  afin de camoufler le massacre aveugle ). Mais, comme  les représailles….. « à chaud mais également à froid »,  se sont élargies à d’autres régions et ont duré des semaines et des semaines ….ce sont plus de 12 000 Algériens (hommes, femmes, enfants) qui ont été tués. « Dans la formulation des bilans,seuls les Européens ont droit à la reconnaissance et au respect des comptabilités exactes. Tous, militaires et civils européens armés, sont réputés « massacrés ». Quant aux civils algériens, tués par les militaires (et les civils) français , leur identification personnelle n’a pas été jugée nécessaire, car tous, armés ou non armés, sont identifiés comme « hors la loi ». Ombres non comptabilisées, « elles sont ensevelies dans les mémoires de leur proches ». Le bull-dozer ayant servi à combler les fosses communes au stade de Skikda reste, encore aujourd’hui, le témoin le plus effrayant …..d’une tentative de génocide, d’un véritable crime contre l’humanité . Comme en 45. Comme tous les massacres ayant accompagné la « conquête » coloniale.

Avis :Un peu cher ,mais  la  dépense en vaut la peine. Car,un livre poignant et douloureux . Une enquête menée avec  minutie , sur le terrain, à travers des documents et des témoignages.A lire par beaucoup de nos     auteurs et chercheurs, historiens ou mémorialistes afin de voir un travail « bien fait », rigoureux et sérieux.

Extraits :    « Tant que les mémoires s’affrontent, la terminologie pose problème » (p 10), « Les mémoires ont droit au silence. En revanche, la diffusion de récits hasardeux , irrespectueux de la vérité, rend le silence délétère. Dans ce contexte, l’établissement des faits apparaît comme le seul recours. Car les victimes, toutes les victimes, ont droit à l’Histoire » (p 15),   « Le couteau n’appartenait pas seulement à l’imaginaire, il était aussi l’arme des humiliés, des isolés qui se révoltaient. Avec le développement du nationalisme, le fusil s’est , peu à peu, imposé. Le fusil , arme du colonisateur,est devenu l’arme des combattants du Fln » (p 51) , « La recherche de la vérité se nourrit de réflexions, d’analyses, de critiques. Ce qui ne peut être précisé ne doit pas être paré des attributs de la vérité « (p 159), « Sans même remonter aux journées qui ont suivi le 8 mais 1945, depuis l’insurrection du 1er novembre 1954, chacun savait en Algérie que la moindre contestation de l’ordre colonial provoquait une répression démesurée. Préventive ou punitive, cela n’importait guère, elle s’imposait et prenait les formes extrêmes » (p 194),   « La vie des Algériens ne tenait qu’à un fil. Militaire ou civil français , chacun pouvait le couper selon sa volonté » (p195),