Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Fadhila Saâdane

Date de création: 23-06-2020 17:01
Dernière mise à jour: 23-06-2020 17:01
Lu: 9 fois


HISTOIRE- GUERRE DE LIBERATION NATIONALE- FADHILA SAÂDANE

On ne peut guère évoquer la fameuse «Bataille de Constantine», durant la guerre de Libération, sans rappeler l’histoire d’une femme d’exception : Fadhila Saâdane.

Celle que l’on appelait «l’intellectuelle» était l’unique femme à assister aux réunions tenues au maquis par le commandement de la zone autonome de Constantine, qui avait pour chef Messaoud Boudjeriou.

Née le 10 avril en 1938 à Ksar El Boukhari (actuelle wilaya de Médéa), Fadhila était la fille de Mohamed Salah Saâdane, originaire de Merouana (actuelle wilaya de Batna) avocat à Aïn M’lila (wilaya d’Oum El Bouaghi), avant d’abandonner cette profession suite à un incident avec le juge du tribunal de cette ville.

Il décidera de devenir instituteur, ce qui explique les fréquents déplacements de la famille. Après la naissance de Fadhila, la famille s’installe dans l’ex-Saint-Arnaud, actuelle ville d’El Eulma (wilaya de Sétif).

Le père décède alors que Fadhila avait à peine deux ans. La mère retourne avec ses enfants à El Harrouche (wilaya de Skikda) où habitent ses proches. C’est là où Fadhila fréquente l’école primaire. La mère décidera de s’installer enfin à Constantine avec ses quatre enfants. Élève intelligente et douée, Fadhila poursuit une brillante scolarité, ce qui lui a permis de rejoindre le fameux lycée Chanzy dans le quartier du Coudiat (le lycée qui porte désormais son nom).

C’est au lycée qu’elle s’engage dans les rangs de l’Association de la Jeunesse Estudiantine Musulmane de Constantine affiliée au Parti du peuple algérien (PPA). Après l’appel à la grève du 19 mai 1956, elle rejoint les rangs du FLN, pour se charger du ravitaillement et de l’approvisionnement du maquis en médicaments et en matériel.

Elle sera repérée et arrêtée en novembre 1956, puis incarcérée à la prison du Coudiat pendant un an. Libérée, elle se rend à Clermont-Ferrand en France pour poursuivre ses études sanctionnées par l’obtention du bac. Mais la nouvelle de la mort sous la torture de sa sœur Mériem en juin 1958 précipitera son retour en Algérie.

Elle rejoint le réseau de la guérilla urbaine à Constantine où elle prend part à plusieurs opérations et attentats. Suite à une dénonciation, les forces françaises parviendront à localiser le lieu qui servait de refuge au groupe de Rouag Saïd, dit Amar chef du secteur du centre-ville de la zone autonome de Constantine.

Le groupe comptait également Kikaya Amar, Fadhila Saâdane et Malika Bencheikh qui assurait les fonctions d’agent de liaison. Dans la nuit de jeudi 16 à vendredi 17 juin 1960, la bâtisse située au n°4 de l’ex-rue Vieux, dans le quartier de Rcif, sera assiégée, avec la mobilisation d’un contingent de Bérets noirs.

Se sentant cerné, le groupe passe par le toit de l’immeuble n°4 vers celui de la maison voisine portant le n°2 bis. Kikaya Amar et Fadhila Saâdane se sont mis à l’abri dans le grenier. Refusant de se rendre, ils ripostèrent avec courage. Ce n’est qu’après un long échange de coups de feu et l’explosion de plusieurs grenades qu’ils sont tombés les armes à la main.

Rouag Saïd et Malika Bencheikh avaient réussi à descendre les deux étages de la maison pour se réfugier dans la cave d’un magasin situé au rez-de-chaussée. Dans un combat à armes inégales ils finiront par être tués d’une rafale de mitraillette. Fadhila Saâdane est tombée en martyr neuf jours après Meriem Bouattoura. Comme cette dernière, elle avait à peine 22 ans.