Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Ahmed Bensâada - "Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien?"

Date de création: 15-06-2020 16:31
Dernière mise à jour: 15-06-2020 16:31
Lu: 61 fois


VIE POLITIQUE – BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI AHMED BENSAÂDA- « QUI SONT CES TÉNORS AUTOPLROCLAMÉS DU HIRAK ALGÉRIEN ? »

QUI SONT CES TÉNORS AUTOPROCLAMÉS DU HIRAK ALGÉRIEN ?  Essai de Ahmed Bensaada (Préface de Majed Nehmé .Postface de Richard Labevière) Apic  Editions, Alger 2020 , 138 pages, 700 dinars

Dans le monde arabe en général (en fait dans presque tout le monde en développement) et en Algérie en particulier, il n’y a pas (eu)  un seul mouvement ou soulèvement ou contestation populaire (ou même individuelle) qui n’ait été « accusé », peu ou prou,  de manipulation (avant, pendant et après) par des « mains étrangères ». La chose est devenue si commune qu’elle en a été banalisée. Tellement que   l’opinion publique « éclairée »  s’étonne lorsque cette manipulation n’est pas évoquée. Le drame, c’est que la banalisation a permis de perdre de vue les manipulations réelles. Car, et personne ne le nie, tant c’est évident, elles existent…..partout (aux Usa, au Canada, en France, au Qatar, en Egypte, en Suisse, en Allemagne, au Maroc, en Russie, en Mongolie, aux Iles Vierges…… Chez nous ! Chez les autres ! Contre nous ou en notre faveur (c’est rare mais ça peut exister) !Il n’y pas (presque) plus de relations internationales, aujourd’hui (et hier), sans pressions, sollicitations  et /ou immixtions extérieures…..et parfois des velléités ou actions d’ingérence directe . A chaque pays son organisation et ses manières de faire, intelligentes ou brutales…..mais, aussi, son niveau de  prise de conscience…..du problème et des éventuels dangers. Mais , attention de ne pas   tomber dans le délire paranoïaque qui fait oublier que les causes profondes et réelles des problèmes sont en majorité ou d’abord et avant tout ……. « nées chez nous » et sont, d’abord et avant tout « en nous » .Dans la foulée, la décision de créer –enfin !- une Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et la coopération  (en avril 2020) est à saluer. Il était temps ! L’Inesg ayant échoué ou « démissionné » depuis fort longtemps, cela va peut-être nous empêcher de « faire appel » ou de nous référer sans arrêt à l’ « expertise » internationale et /ou aux conseils et/ou écrits extérieurs –contre rétribution et/ou récompense bien souvent comme on l’a vu durant la dictature « rose » qui, par l’intermédiaire du « milliardaire » (sic !)  Khalifa,  avait fait appel aux  vedettes françaises du show-business - pour analyser sérieusement nos problèmes.

Depuis quelque temps, le « Hirak », ce mouvement populaire contestataire – sans « leaders » politique ou médiatique déclarés, faut-il le préciser - qui dure de manière pacifique depuis plus d’une année et mouvement reconnu « béni » par le nouveau chef de l’Etat lui-même….semble – paraît-il, selon certains analystes - attirer de plus en plus de « récupérateurs »….dont certains ont commencé – nous dit-on  -  leur œuvre depuis déjà bien longtemps…..sur d’autres terrains.

C’est ce que nous présente l’auteur avec son livre-enquête : une foultitude d’Ong, pour la plupart « étasuniennes » (lire « Usa »….mais ce n’est pas que…), financées par lobbies et/ou des hommes d’affaires –pour la plupart néoconservateurs -  jouant aux mécènes politiques et supportées par les représentations diplomatiques sur place , encouragent et/ou créent des mouvements populaires de révolte ou de déstabilisation contre les régimes et les gouvernants jugés «  anti-»  ou « a-démocratiques » ou….. De nombreux exemples dont certains,  hélas,  ont débouché sur des « chaos » . Les intervenants ? Ned, Us Aid, Soros, Osi, Freedom House, Open Society, Iri, Ndi,   Pomed, Rand, Otpor, Wjf, Wjp, Canvas, Awln, Wmd, Kadem, American Bar Association, Npwj, l’International Center on Nonviolent Conflict ………et  d’autres et d’autresDans un précédent  ouvrage (édité en Algérie) ,  “Arabesques”, l’auteur nous précisait qu’il y a même   un organisme américain spécialisé dans les nouvelles technologies ,« Movements.org », qui « identifie, réseaute et forme les cyberactivistes à travers le monde »....pour , bien sûr, promouvoir des « Printemps », des « Révoltes »  et des « Révolutions » et « exporter la démocratie » à travers le monde : Serbie, Géorgie, Ukraine, Kirghistan....puis Egypte, Tunisie, Yémen, Algérie, Syrie, Libye….

Donc,  au centre de la manipulation de notre « hirak béni » …..des « ténors »  sur lesquels « misent » –et depuis pas mal de temps car, bien sûr, avant toute action, il y a une préparation - ces Ong. Pour ce qui nous concerne , selon le préfacier , et sur le terrain: Lahouari Addi , l’«  activiste professionnel franco- algérien » ….. Mustapha Bouchachi, Zoubida Assoul et Karim Tabou .  « Trois mousquetaires de la démocratie importée »….  Toujours selon le préfacier. D’autres noms sont cités. Rien que ça ?  Non, car il y a plus grave encore, selon l’auteur : Les liens étroits entre les « ténors » et certains représentants du Fis dissous qui sont réels et pas récents et la double relation avec ces islamistes et l’administration américaine « rappelle la politique étasunienne  qui favorise l’installation d’islamistes à la tête des pays de la région Mena ».Une thèse récemment reprise sur le plateau de la  chaîne de télé publique, entre autres,  par un « professeur émérite »  qui a évoqué une « réunion » à Paris ; réunion organisée par une chaîne de télé islamiste off-shore….juste avant le « hirak ».

Décidement, notre histoire est truffée de « complots » ….mais , heureusement que les complots n’ont jamais fait l’Histoire.

 

L’Auteur : -Docteur en physique de l’Université de Montréal , enseignant, chercheur, consultant pédagogique, auteur, essayiste, journaliste.....auteur de plusieurs ouvrages dont « Kamel Daoud :Cologne, contre –enquête » , éd. Frantz Fanon, Alger 2016  , « Arabesques. Enquête sur le rôle des Etats Unis dans la rue arabe », éd. Synergie, Alger 2012 , et « Arabesques.Enquête sur le rôle des Etats Unis dans les révoltes arabes », éd. Anep, Alger 2016.

-Majed Nehmé , l’auteur de la préface, est le directeur (et le principal actionnaire) du magazine (mensuel) français « Afrique Asie » (journal fondé –titre originel « Africasia »- en 1969  par Simon Malley, décédé en 2006)

-Richard Labévière , l’auteur de la postface, est un journaliste français, « spécialiste du monde arabe, du Maghreb et des questions de défense et de terrorisme »

 

Sommaire Préface : « Sauver le Hirak de ses démons » (Majed Nehmé, p 9 à 17)/ Texte (p 19 à 66)/ Postface : « L’Algérie au cœur » (Richard Labevière,  p 67 à 74)/ Annexes (p 75 à 136)

Extrait « L’enquête actuelle de Bensaâda part d’une déclaration stupéfiante de Lahouari Addi, un activiste professionnel franco-algérien qui officie en France, professeur de sociologie à l’Iep de Lyon de son état, qui propose, sans autre forme de procès, ni consultation populaire démocratique quelconque, et sans même l’approbation des forces vives du Hirak, la prise de pouvoir par un triumvirat composé de Mustapha Bouchachi, Zoubida Assoul et Karim Tabou » (Préface, p14)

Avis : Un petit livre certes très bien documenté et  thèse certes bien amenée (mais trop  bien « encadré »).

 Citation : « Avant les mal-nommées « révolutions arabes », le monde post-Guerre –froide a d’abord connu les « révolutions de couleur » ou « révolutions des fleurs », appellations désignant une série de mouvements populaires-présentés comme pacifiques alors qu’ils généraient , le plus souvent, des confrontations extrêmement violentes, mouvements soutenus par l’Occident (les Etats-Unis et leurs satellites s’entend).Financés, dirigés, canalisés et conceptualisés de l’extérieur –en dehors – des territoires où ils se forment et agissent , ces « mouvements » n’ont rien –rien- de spontané , puisqu’ils obéissent presque toujours à d’étrangers Ong  » ( Postface, p 68), « Les Ong sont, sans doute, la trouvaille la plus machiavélique des pays occidentaux dits « démocratiques » (Postface, p 68)