Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Bettina Heinen Ayech

Date de création: 15-06-2020 16:20
Dernière mise à jour: 15-06-2020 16:20
Lu: 10 fois


CULTURE- ARTS PLASTIQUES – BETTINA HEINEN AYECH

L’artiste et aquarelliste allemande Bettina Heinen-Ayech qui s’est illustrée en dessinant les paysage de l’ Algérie est décédé le 7 juin dernier à Munich à l’âge de 83 ans. 

Marié à un algérien depuis 1960, Abdelhamid Ayech (1926-2010), la jeune artiste allemande a vécu toute sa vie en Algérie. Après la naissance de sa fille en 1961, elle décide de vivre avec son mari à Guelma, la ville natale d’Ayech en Algérie. Dans les décennies suivantes, Bettina Heinen-Ayech a fait la navette entre Solingen et l’Algérie, où ils recherchent des motifs dans sa voiture, est devenu un phénomène bien connu, « un véhicule qui était autrefois né comme R4 », « dans la bouche le porte-cigarette inévitable ». Son amour pour l’Algérie est également basé sur l’amour pour son mari Hamid, « un homme libre et courageux », a déclaré Heinen

En 1968, les premières œuvres de Bettina Heinen-Ayech ont été achetés par le Musée national à Alger (Musée national des beaux-arts d’Alger) , et en 1976 , elle a reçu le Grand Prix de la ville d’Alger . La même année, elle devient présidente du Cercle des amis d’ Erwin Bowien (Bowien est décédé en 1972). En 1992, une rétrospective avec 120 de ses tableaux a été exposée au Musée National des beaux-arts d’Alger . En 1993, elle a reçu le prix culturel de la Fondation communautaire Solingen à Baden . En 2004, une deuxième grande rétrospective de ses œuvres a été présentée à Alger, l’exposition était sous le patronage de la ministre algérienne de la Culture de l’époque, Khalida Toumi; En 2006, elle a de nouveau été honorée par le gouvernement algérien. La même année, sa maison de Solingen a été cambriolée alors qu’elle était chez elle et six tableaux d’Erwin Bowien ont été délibérément volés.

En 2018, les photos de Heinen-Ayech avaient été présentées dans plus de 100 expositions individuelles et collectives en Europe, en Amérique et en Afrique. Son prénom « Bettina » s’est imposé comme son nom de scène, également en orthographe arabe.  La vie et le travail de Bettina Heinen-Ayech ont été dépeints dans les livres et les films. 

En Algérie, cependant, non seulement sa technique a changé, mais aussi sa personnalité, explique Bettina Heinen-Ayech. Elle s’est éloignée de ses «préjugés européens» et a «écouté» la belle nature de Guelma: «La montagne sud, la Mahouna , ses champs, captivent et captivent tous mes sens et préservent mes fantasmes. Je peins cette région au printemps, tandis que le vert des champs à pois rouges – coquelicots – brille dans tous ses tons, loin du vert dense de l’Europe, en été lorsque ses pics bleus et violets s’élèvent au-dessus du merveilleux or de ses champs de blé; en hiver quand le rouge de la terre a une puissance incroyable si difficile à représenter! «