Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Dossier Abed Charef - "Octobre"

Date de création: 08-06-2020 16:57
Dernière mise à jour: 08-06-2020 16:57
Lu: 101 fois


VIE POLITIQUE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- DOSSIER ABED CHAREF- « OCTOBRE »

Octobre. Dossier de Abed Charef. Editions Laphomic, Alger 1989.270 pages, 87 dinars

 

C’est vrai, le mouvement du 22 février 2019 (« Hirak ») fait oublier bien des événements passés tout aussi importants. Pourquoi ? Ils ont eu bien moins de moyens d’expression publique , donc moins de retentissement durable. Et pourtant ! On a eu les émeutes de Constantine (et d’autres villes )  en novembre 86.  On a eu , aussi, le « Printemps Berbère » qui a réussi à bouleverser le paysage éducatif et culturel du pays  , en ce sens qu’il a imposé à des politiciens aveuglés par un nationalisme plus que sourcilleux, la réalité de la pluralité culturelle..et, surtout, de faire découvrir les racines profondes du peuple algérien. D’autres révoltes et d’autres émeutes ont suivi. Mais,   les « vases ayant débordé », on a eu Octobre 88 qui, à mon avis, a été le tournant politique le plus important de l’histoire contemporaine du pays. Une véritable Révolution en ce sens qu’elle fut d’une spontanéité (bien sûr exploitée au passage par les uns et les autres) et d’une violence inouïes (des centaines de morts :169 ? 176 ?400 ? 1000 ? , pour la plupart des jeunes et des dégâts matériels immenses) ….mais, surtout,  elle a réussi à détruire un système politique…mono-partisan (celui du Fln…se prétendant et se voulant  héritier du Fln-historique.),  ayant dominé sans partage la scène depuis près de trois décennies.

Une Révolution qui, par la suite, comme toutes les révolutions d’ailleurs, a connu des hauts et des bas, des bas plus que des hauts, a traversé une décennie, rouge de sang et de terreur  , suivie de deux décennies de dictature « rose » .

Octobre reste non pas l’événement –clé, mais bel et bien l’évènement phare …à revisiter pour bien comprendre les réalités socio- politiques du pays et surtout  tout ce qui suivre.

Revisiter comment ? en lisant et en relisant l’ouvrage commis « à chaud » par le journaliste Abed Charef…

Tout a commencé avec une « folle rumeur » : « Grève générale mercredi ». D’où est-elle sortie ? Qui l’a choisie ? Qui l’a lancée ? Qui l’a véhiculée ? Qui a réussi à la rendre aussi convaincante ? Quels réseaux  a –t- elle empruntée pour se répandre de manière aussi rapide, aussi générale dans la semaine qui a précédé le 5 octobre ? Comment, sans tract, sans mot d’ordre, sans banderoles (ndlr : et alors que les réseaux sociaux n’existaient pas encore. Tout juste pouvait-on capter les radios et quelques chaînes de télé étrangères), des milliers de personnes peuvent-elles sortir le même jour dans la rue pour manifester et saccager tout ce qu’elles trouvent devant elles ? Comment un mouvement aussi violent, aussi radical, a –t-il pu se développer alors qu’aucun mouvement politique, y compris ceux de l’opposition les plus radicaux , ne peut s’en attribuer la paternité ?

Des questions et encore des questions que l’on se pose  aujourd’hui encore. La plupart restées sans réponse, laissant place à mille et une hypothèses, de la plus raisonnée à la plus fantaisiste, de la manipulation interne à la « main étrangère » en passant par le soulèvement spontané….

Abed Charef, en bon journaliste,  tente de déblayer le terrain ne serait-ce que pour voir plus clair dans un paysage politique en apparence uniforme mais , en réalité, assez complexe tant les multiples groupes  , se trouvant au sein du même système politique de l’époque, la crise économique et sociale aidant,  se livraient à une bataille  pour le pouvoir……oubliant, bien souvent, le peuple qu’ils gouvernaient. Un oubli fatal !

Cependant , pour lui, même si « des détails restent dans l’ombre »,  il en arrive à une explication générale cohérente : les événements  du 5 octobre sont le résultat d’un conflit au sommet, dans lequel les opposants au Président Chadli exploitant une situation sociale aigue, ont tenté de s’appuyer sur la rue…..une rue qui , avec ses débordements, a tenté , à son tour, de tirer profit des événements….

 

 

L’Auteur : Journaliste ayant travaillé au sein des rédactions de plusieurs titres, écrivain

Sommaire :Les fondements de la crise/ Les émeutes/ Tortures et droits de l’homme/Les conséquences politiques/ En guise de conclusion

Extraits « Un simple regard sur l’histoire d’Algérie, depuis 1954, montre que le pouvoir a toujours fonctionné par les crises, selon une constante soulignée par la plupart des chercheurs » (p 9), « Le verrouillage politique et économique s’accompagne d’un verrouillage policier et culturel, avec pour résultat une espèce de vide culturel et d’idées, provoqué par la généralisation des tabous et des interdits, ainsi que par les tracasseries dont sont victimes ceux qui les outrepassent » (p 17), « Pourquoi la rumeur est devenue aussi efficace en Algérie : la plupart des spécialistes soulignent qu’elle est due à l’absence de crédibilité du système de l’information algérien » (p 69), « Les événements d’octobre ont révélé une « dérive » qui a atteint un degré que peu de gens pouvaient imaginer. C’est le prolongement logique d’une situation qui existait depuis plusieurs années » (p 129)

Avis :Un ouvrage écrit en décembre 1988….un livre écrit « à chaud » , avec toutes les conséquences que cela implique, avertissait l’auteur , avec   des événements peut-être trop amplifiés, d’autres méritant plus de place, alors que certaines analyses étaient à revoir. Faute reconnue est à moitié pardonnée…..N’empêche ! un ouvrage à lire et/ou à relire (si vous le trouvez) pour comprendre les sens et les tragédies vraiment compliquées de notre Histoire contemporaine.

Citations : « Une cause est perdue dès lors qu’elle se défend par la torture » (p 157), « En six jours, l’irruption de la « rue » sur la scène politique algérienne a brutalement transformé le paysage politique , faisant fleurir cette formule : « plus rien ne sera comme avant ».Désormais, il y a l’avant et l’après 5 octobre »  (p 163)