Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Covid 19-/Effets opinions publiques Afrique -Etude Deloitte mai 2020

Date de création: 04-06-2020 12:46
Dernière mise à jour: 04-06-2020 12:46
Lu: 144 fois


SANTE- ETUDES ET ANALYSES- COVID 19/EFFETS- OPINIONS PUBLIQUES AFRIQUE – ETUDE DELOITTE MAI 2020

Le cabinet Deloitte

, l’institut de sondage OpinionWay
 et l’agence conseil 35°Nord présentent les résultats du premier sondage réalisé en Afrique sur la perception de la pandémie de Covid-19. Intitulée « Les opinions publiques africaines face à la crise du Covid-19 », cette étude met en évidence en premier lieu une forte inquiétude quant aux conséquences économiques et sociales, en plus des craintes liées à la propagation du virus et ses conséquences sanitaires, tout en témoignant une confiance dans l’action des gouvernements en réponse à la crise et en soutien aux économies et aux populations.

Cette étude a été réalisée dans huit pays (Afrique du Sud, Algérie, Côte d’Ivoire, Égypte, Éthiopie, Maroc, République Démocratique du Congo, Nigeria) auprès de 4 017 personnes - 500 en moyenne par pays – représentatives de la population âgée de 18 ans et plus, entre le 2 et le 14 mai 2020.

Alors que le niveau d’inquiétude concernant la contamination par le coronavirus est de 81 % (64 % sont très inquiets et 17 % assez inquiets), 60 % des personnes interrogées estiment que la situation économique de leur pays va se dégrader et 12 % qu’elle ne va pas changer, alors que le continent est depuis une vingtaine d’années sur une dynamique de croissance économique soutenue et de confiance en l’avenir. 53 % anticipent également une détérioration de la situation de leur entreprise ou de leur situation professionnelle. De plus, 54 % des personnes interrogées redoutent un affaiblissement de leur situation financière personnelle. Les individus disposant des plus faibles revenus sont plus enclins à penser que leur situation financière professionnelle va se dégrader (59 % contre 49 % pour ceux dont les revenus sont les plus élevés), à l’instar de ceux habitants en zone rurale (60 % contre 49 % en zone urbaine).

« L’inquiétude sur la situation économique est inférieure à celle évaluée en France à 88 % et en Italie à 76 % par exemple. Cela témoigne d’un sens des responsabilités et d’une résilience africaine remarquables alimentés notamment par la réactivité de nombreux gouvernements africains qui au-delà des mesures de protection sanitaires précoces ont su rapidement mettre en place des plans de soutien aux économies et d’accompagnement social des populations, déclare Brice Chasles, Managing Partner Afrique francophone chez DeloitteDans cette crise, l’Afrique démontre son intelligence collective dans la coopération et la mobilisation de l’ensemble des acteurs et des ressources. Les enjeux sont considérables, en matière de finances publiques comme sur le plan humain. L’Afrique a l’opportunité d’accélérer les transformations engagées avec comme principales priorités : le renforcement des systèmes de santé ; la poursuite de la transformation digitale ; une urbanisation plus résiliente et durable ; le développement de filières agricoles, industrielles et de services compétitives et autosuffisantes ; l’inclusion sociale et financière du secteur informel ; ainsi que rendre effective et opérationnelle l’intégration régionale et panafricaine ».

En dépit de la réactivité des gouvernements, des inquiétudes très précises sur les conséquences de la crise se dessinent néanmoins. Ainsi, 54 % des personnes interrogées redoutent une crise alimentaire et 84 % une augmentation de la pauvreté. Ainsi, 82 % des personnes interrogées en Afrique du Sud jugent ce risque « important » (dont 56 % « très important »), 78 % au Nigeria (68 % « très important »), 63 % en Côte d’Ivoire, 66 % en Éthiopie et 59 % en RDC. Ces craintes portent essentiellement sur des denrées de première nécessité comme le riz (23 %), la farine (17 %), les légumes (13 %), ou l’huile (11 %).

Pour Hugues Cazenave, président d’OpinionWay, « Le spectre d’un retour des émeutes de la faim, comme en 2008 dans certains pays, contribue probablement à renforcer ces inquiétudes et à majorer ces résultats. Ces préoccupations traduisent des problèmes économiques très concrets engendrés par cette pandémieEnfin, la confiance accordée aux différents gouvernements africains contraste singulièrement avec la situation mesurée en France ».

L’étude Deloitte OpinionWay 35°Nord confirme un fort niveau d’adhésion aux mesures de prévention (82 % pour le confinement, 81 % pour le couvre-feu) et de confiance envers les gouvernements (81%) « pour limiter les effets de l’épidémie ». Le gouvernement qui inspire le plus confiance est au Maroc (97 % dont 66 % « tout à fait confiance »), suivi de la Côte d’Ivoire (89 %), l’Afrique du Sud (88 %), la République Démocratique du Congo (87 %). À titre de comparaison, le gouvernement français bénéficie seulement de la confiance de 39 % des sondés dans une enquête similaire effectuée par OpinionWay.

« Les gouvernements africains bénéficiant des taux de confiance les plus élevés ont été très actifs en termes de communication aussi bien vers leurs partenaires internationaux qu’auprès des populations, explique Philippe Perdrix, associé chez 35°Nord. En engageant directement le dialogue avec leurs citoyens, certains États africains ont réussi à ce que la pandémie soit prise en main à la fois par les gouvernants et les gouvernéset cela transcende pour l’instant les clivages ou crispations politiques que l’on peut parfois observer sur le continent ».

NOTES :

À propos de Deloitte

Deloitte fait référence à un ou plusieurs cabinets membres de Deloitte Touche Tohmatsu Limited (DTTL), société de droit anglais (« private company limited by guarantee »), et à son réseau de cabinets membres constitués en entités indépendantes et juridiquement distinctes. DTTL (ou “Deloitte Global”) ne fournit pas de services à des clients. Pour en savoir plus sur notre réseau global de firmes membres : www.deloitte.com/about. Avec plus de 9000 collaborateurs dans plus de 40 pays en Afrique, Deloitte est le leader du conseil et de l’audit au cœur des transformations du secteur public et privé du continent. En France, Deloitte SAS est le cabinet membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited, et les services professionnels sont rendus par ses filiales et ses affiliés. © 2020 Deloitte SAS, Membre de Deloitte Touche Tohmatsu Limited

À propos d’OpinionWay

Créé en mars 2000, pionnier de la digitalisation des études, OpinionWay innove dans les études Marketing et d’Opinion et développe l’agilité dans les modes d’approches (Panels en ligne, Communautés digitales, Hybridation des données et Social Media Research). Né en France et capable d’intervenir sur les cinq continents, OpinionWay a des implantations au Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), en Europe de l’Est (Pologne) et en Afrique Sub-saharienne (Côte d’Ivoire). Le Groupe intervient dans la compréhension des publics, des marchés, des marques ; dans la recherche de produits et de services, pour des clients se développant en France comme à l’international auprès de cibles BtoB et BtoC. OpinionWay est membre actif d’Esomar, certifié depuis 2009 ISO 20252 par l’AFNOR et membre de CroissancePlus.

À propos de 35°Nord

35°Nord est une agence de conseil et de communication stratégique dédiée au continent africain et spécialisée dans l’accompagnement de ses clients vers les relais d’opinion, les sphères d’influence et les cercles de pouvoir en Europe et en Afrique. Sa valeur ajoutée résulte de sa maîtrise des circuits de communication et de décision sur les deux continents, et de sa connaissance des contextes nationaux en Afrique. 35°Nord assure aux décideurs politiques, économiques et institutionnels une montée en gamme de leur visibilité éditoriale et une optimisation de leurs relais d’influence. Elle opère aussi bien avec les médias nationaux, panafricains et internationaux. L’agence maîtrise toute la chaîne de valeur : conseil stratégique, plaidoyer, plans médias, conférences et voyages de presse, production de contenus (tribunes, dossiers et communiqués de presse...), communication digitale, communication financière, affaires publiques et lobbying.