Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Biographie et témoignages Abdelkader Saâdallah- "Va de l'avant...."

Date de création: 03-06-2020 17:48
Dernière mise à jour: 03-06-2020 17:48
Lu: 84 fois


POPULATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- BIOGRAPHIE ET TEMOIGNAGES ABDELKADER SAÂDALLAH- « VA DE L’AVANT…… »

Va de l’avant. De la tribu à la culture globale. Biographie et témoignages de Abdelkader Saâdallah . Editions Ingese,  Alger 2016, 624 pages, 900 dinars.

En fait, c’est là l’ouvrage d’un homme qui a « réussi » à force de travail et d’ efforts et qui , en reconnaissance à sa tribu, sa famille, à son pays, parallèlement à son travail,  s’est mis à re-constituer tout son parcours de vie. De sa naissance (ce dont il se souvient et ce qu’on lui a raconté) à 1962. Bien sûr, il n’est pas allé plus loin, certainement laissant ces pages à un autre ouvrage.

Plusieurs dimensions traversent le récit tout en se croisant  :

A la base ,comme il le précise ,  la dimension temporelle  avec une vie divisée en étapes : enfance, adolescence, jeunesse , maturité....

Seconde dimension : celle géographique.De la « Ferme Casimir » où il est né au village de Ain Tolba, puis Ain Témouchent et enfin Oran et Tlemcen

Troisième dimension : celle historique puisqu’on y retrouve la période coloniale , la Guerre d’Indépendance et l’Indépendance elle-même.Sans oublier ce qu’il a pu savoir des Guerres mondiales qui on eu des répercussions terribles sur la société algérienne

Quatrième dimension, celle sociale puisqu’on retrouve constamment la famille tribale ....avec une société qui évoluait et une structure « sociale-fossile »  en train de se faire rejeter par le progrès ...mais sans disparaître définitivement

Cinquième dimension dont il est plus que fier, celle des langues (arabe, français, anglais et norvégien) qui lui ont permis d’aller à la rencontre du monde moderne

Sixième dimension, celle culturelle,difficile à cerner et pourtant bel et bien présente , dans un mélange malgré tout heureux : berbéro-arabo-africano- méditerranéo- franco-algéro-anglo-nord européo norvégienne- américano-occidentale ...bref tout simplement universelle et globale

Septième dimension (un chiffre au côté mystique) : la religieuse.....On n’y coupait pas !

And, the last but not the least, la dimension, la 8è et dernière....la rationalité

Huit dimensions qu’il nous dit avoir cru  comprendre , « pour finalement se rendre compte qu’il  n’en est rien du tout ».

Donc, le tout avec humilité et le sentiment d’apporter , avec ce livre, sa pierre à la connaissance et de l’humanité et de la société algérienne..... à travers l’histoire de la « Tribu Saâdallah »...

Ah oui, il y a une dimension incontournable pour tout « essayiste » algérien ; celle politique, avec tout un chapitre  sur ce « qu’il y a derrière la scène ». Assez critique , assez sévère et souvent des jugements hâtifs (ex : p 573, sur les « massacres des harkis ») !

 

L’Auteur :   Né en 1944 du côté de Ain Tolba (Ouest du pays, dans la région de Ain Témouchent) , géologue, ancien professeur de l'Université des Sciences et des technologies Houari Boumedienne (USTHB) et  de l’université Besançon en France,  il est ,aujourd’hui, installé à son propre compte. Il a un bureau de consulting en Norvège, et il est expert auprès de plusieurs compagnies pétrolières à travers le monde.

Avis : De la socio-géologie, très utile aux chercheurs universitaires, tout particulièrement en matière de pratiques sociales, pour certaines oubliées ou perdues.   Certes, c’est long, c’est long, c’est lourd, c’est lourd, mais c’est instructif . Un titre naïf et peu attractif mais   sympathique.....puisque je l’ai acheté sans hésiter.

Extrait : «  Les Algériens, bien avant le début du 20è siècle, avaient seulement eu le droit de mourir pour la France, dans les guerres menées un peu partout dans le monde......Aussi, après plus d’un siècle, et comme on dit c’était très peu et trop tard.En 1958, nous étions devenus , tous, des citoyens français.....La réalités sur le terrain était différente, cette décision politique n’avait rien changé à notre vie au quotidien ni aux relations sociales, nous étions algériens et ils restèrent français.. » ( 257)

Citations :  « Si tu veux conquérir le cœur d’une femme Algérienne, fait lui  cadeau d’un service de table complet, elle t’adorera pour le restant de ta vie ! » (p 31), « Il est préférable de prendre ce qui est offert au lieu de demander encore plus , avec le risque de voir tout disparaître » (p 108),  « Si tu veux conquérir le cœur d’une femme française, il faut lui offrir un bouquet de fleurs d’abord ! » (p 109),  « Ce qu’une personne peut apprendre par elle-même, de sa propre expérience et de son vécu est si important et reste enraciné dans l’esprit comme les bases de la tolérance, de l’ouverture d’esprit, du respect pour autrui quelle que soit sa communauté, culture, langue et religion » (p 358), « L’arabisme arrogant et agressif exprimé par Ben Bella avait initié quelque chose de très profond , prêt à jaillir à la première égratignure en surface » (p 488), «  Dans notre culture, un secret reste un secret, même si de plus en plus il devient partagé  par plusieurs. Mais, il ne quitte pas la communauté » (p 547), « Le pouvoir, c’est la force sur les autres, et la force ce sont les armes, pas le stylo ! » (p 548).