Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Entretien Wassiny Laredj & Laura Rachell Gobbi - "Patrie des mots..."

Date de création: 30-05-2020 18:56
Dernière mise à jour: 30-05-2020 18:56
Lu: 13 fois


CULTURE - BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ENTRETIEN WASSINY LAREDJ  & LAURA RACHELL GOBBI- « PATRIE DES MOTS….. »

Patrie des mots , territoire de l‘intime. Entretien  de Wassiny Laredj et Laura Rachell Gobbi. Editions Anep, Alger 2015, 196 pages , 600 dinars

Wassiny Laredj, on l’a écrit et il le redit , c’est un homme qui n’est à l‘aise que dans un territoire sans police des frontières, sans inquisition religieuse ou politique.Un territoire qui ressemble à la terre rêvée. Il est le rêve lui-même.Car, alors , il se sent bien à l’aise et en accord avec lui-même.

Il se confie à Laura et, à travers elle ,  au lecteur, certainement pour être mieux compris , avec des mots adaptés , qui touchent l’intime de ses fidèles ......et de tous les autres. Dans le monde arabe, en Algérie, dans le monde occidental.  On sent son émotion lorsqu’il parle d’une enfance insatisfaite. C’était la guerre. Il n’a pas joui d’un père comme tout le monde. Le sien est mort au combat . Un enfance marquée.......heureusement... « par une mère extraordinaire qui s’ est vraiment battue pour son statut de femme et de mère de famille , s’imposant par sa générosite, son courage et son abnégation ». Il y a , aussi, sa grand-mère , à l’ « imaginaire fertile »,  racontant ses aïeux andalous fuyant l’Espagne fanatique des rois catholiques. Il lui doit son imaginaire mythique qui marque la plupart de ses œuvres littéraires.

On sent , par ailleurs, une « révolte » contenue quand il parle du monde arabe . Un monde qui aurait pu être le centre spirituel. Il faut l’entendre , avec Laura , parler de son (long) séjour d’étudiant à Damas...Damas où, avec Zineb , son épouse, ils ont « fait » leurs deux enfants.Un autre monde. Une autre vie . « Le  mal arabe est tellement profond qu’on a besoin de millions de pages pour dire l’indicible, dire l’histoire cachée ou confisquée » (p 163).Il faut l’entendre , aussi, parler de l’état de la littérature et de l’écriture. Un régal pour le « critique littéraire » !

Les Auteurs : -Né en 1954 dans la région de Tlemcen. Nomade impénitent…. entre Tlemcen, Oran, Damas, Alger, Los Angelès et Paris……où, depuis 1994, il enseigne la littérature à la Sorbonne. Auteur de plusieurs romans traduits en plusieurs langues, dont le français. Il a obtenu, aussi, plusieurs prix littéraires, dont , en 2001, le Prix du roman algérien pour l’ensemble de son œuvre, en 2006, le Prix des libraires et, en 2007, le Grand prix de la littérature arabe pour « Le Livre de l’Emir » . Son livre « Fleurs d’amandier » a été présenté dernièrement dans cette rubrique

-Laura Gobbi, quant à elle,  est une journaliste italienne

Extraits : « La langue arabe avec laquelle j’écris essentiellement n’est plus la langue hermétique du Coran, mais un espace libre , une langue de l’amour et surtout de la modernité que notre époque et le politique superficiel ont travestie et réduite » (p 13), « La langue française dans laquelle se façonne une partie de mon imaginaire d’aujourd’hui  n’est pas seulement une langue qui a presque deux siècles de présence en Algérie, c’est-à-dire une certaine légitimité, mais elle est en nous, fait partie de notre imaginaire partagé avec d’autres peuples. Elle nous propulse au-delà de la fenêtre de notre petite maison si sûre «  (p 13), « La mémoire de nos jeunes d’aujourd’hui est très vide....Ils croient que le tout s’était fait comme ça sans qu’il y ait un effort au préalable... » (p 179)

Avis : Pour mieux et bien connaître Wassiny Laredj. Le comprendre aussi et surtout. Alors, on lui pardonnera tout (si on a quelque chose à lui reprocher) .

Citations : « On  ne naît pas écrivain, on le devient ; pour le devenir, il faut contourner toutes les embûches, comme dans les grandes fables. L’écriture est plus qu’une histoire, c’st un bonheur, un mérite »  (Laura Rachell Gobbi,  8) , «  Les langues n’ont pas de problème de se retrouver dans un même territoire, ce sont plutôt les hommes qui se murent derrière des bétons idéologiques et identitaires  »  (p 12),  « Le mur de Berlin est tombé, combien de murs ont vu le jour depuis ? » (p 17) « Quand la religion s’immisce dans l’amour, elle le détruit, elle l’efface et le transforme en haine » (p 169)