Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Révélations Pdg Anep 7/5/2020

Date de création: 08-05-2020 10:26
Dernière mise à jour: 08-05-2020 10:26
Lu: 14 fois


COMMUNICATION – PUBLICITE- FINANCEMENTS - REVELATIONS PDG ANEP 7/5/2020 

 

© algérie1.com

 

C’est un Larbi Ounough, visiblement déterminé à donner un coup de pieds dans la fourmilière de la boite à sous qu’est devenue l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP) au grand malheur  d’une mafia qui s’en sert depuis des années.

En sa qualité de nouveau Directeur général de cette régie publicitaire, le journaliste Ounoughi affichait mercredi soir à l’émission «Likaâ Khass» (Invité spécial) de la chaiîe de télévision «El Hayat», une volonté inébranlable de nettoyer les écuries d’Augias de l’ANEP.

«Je n’ai peur de personne, le président de la république m’a donné carte blanche pour assainir cette agence qui est devenue une association caritative qui distribue des milliards de dinars à tort et à travers», assène Larbi Ounoughi, conscient mais nullement impressionné par la tache qui l’attend.

Et en attendant l’adoption d’une loi sur la publicité, le nouveau PDG de l’ANEP, ne compte pas rester les bras croisés puisqu’il a fixé avec ses collègues du Conseil d’administration, «15 critères objectifs» sur la base desquels les pages de publicité publique seront distribués au journaux.

Il est notamment question de l’identification des propriétaires de la publication à travers un registre de commerce personnel et enregistré au fichier des impôts, du nombre d’exemplaires tirés, les chiffres de vente, et de sa périodicité entre autres, pour mettre de la transparence dans l’opération.

Le nouveau PDG de l’ANEP a fait savoir que 23 journaux ont cessé de paraître, faute de publicité et en raison de la crise du coronavirus.

Il a regretté le fait que les responsables de ces journaux n’aient pas «amélioré les conditions de leurs journalistes», en dépit des « fonds considérables» qu’ils ont obtenus grâce à la publicité publique au cours des quatre dernières années.

Larbi Ounoughi révélera ainsi que le journal Ennahar, à lui seul, a bénéficié de 113 milliards de centimes de publicité durant les quatre dernières années.

 

De son côté le journal  «Le Temps» appartenant au groupe médiatique de Ali Haddad a capté 54 milliards de centimes de l’argent de l’ANEP, alors que, précisera-t-il, «au moins 40 journaux n’ont jamais bénéficié ne serait-ce que d’un dinar depuis leur création».

Pis encore, le nouveau patron de l’ANEP a révélé qu’un hebdomadaire dont il n’a pas cité le nom, a bénéficié de pas moins de 88 milliards de centimes de publicité en quatre ans !

Plus grave encore, Larbi Ounoughi a étonné son monde en affirmant avoir découvert des «créances douteuses» de l’ordre de 9000 milliards de centimes !

Et pour compléter le terrifiant tableau de bord de l’ANEP, son nouveau PDG  dit avoir trouvé dans ses comptes 800 milliards de centimes inscrits au solde positif «mais de provenance anonyme ! »

Et au delà de ces chiffres qui donnent froid dans le dos, Larbi Ounoughi  s’est dit surpris que cette agence qui gère des milliards de dinars ne dispose pas d’une direction commerciale et d’un service de recouvrement ! 

C’est pourquoi, Ounoughi est arrivé à un constat implacable «Sous l’ancien régime, l’ANEP a servi de moyen d’enrichissement illégal par des forces non médiatiques qui a contribué à la publication de 40 journaux n’ayant aucun lien aux médias».

Il a même évoqué le cas de certains patrons de journaux véreux qui ont «transféré illégalement les fonds de la publicité à l’étranger» et contre lesquels les services de la Gendarmerie nationale et de l’inspection générale des finances mènent des enquêtes au sujet de ces violations.

Précisément, Larbi Ounoughi a évoqué sa réunion prochaine avec les directeurs généraux des impôts, de la sécurité sociale et de l’inspection du travail, pour leur remettre tous les chiffres concernant les recettes publicitaires de chaque journal.