Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Lalla Fadhma N'Soumeur- Thakhelouith (Ermitage)

Date de création: 05-05-2020 18:44
Dernière mise à jour: 05-05-2020 18:44
Lu: 15 fois


HISTOIRE –RESISTANCE- LALLA FADHMA N’SOUMEUR –THAKHELOUITH(ERMITAGE)

Thakhelouith (ermitage) de l’héroïne de la résistance populaire contre l’occupation française, Lalla Fadhma N’soumer, petite mansarde nichée à l’intérieur du village Soumeur, dans la commune d’Iferhounen, est un lieu fortement chargé d’histoire d’une précoce prise de conscience révolutionnaire de la Kabylie contre la conquête militaire française.
Lalla Fadhma n’Soumeur réunissait ses lieutenants pour préparer la résistance populaire contre les tentatives d’occupation des troupes de Maréchal Randon dans cet édifice est classé par les services de la culture au patrimoine national comme monument à caractère muséal et a, par conséquent, bénéficié d’une opération de réhabilitation ayant permis la reconstitution de cette ancienne maison qui était sur le point de s’écrouler. De vieux ustensiles, de la poterie, de la cire de vieilles bougies fondues et un sabre en fer forgé datant probablement de l’époque où l’héroïne dirigeait l’une des premières résistances contre la conquête française sont jalousement conservés à l’intérieur de cet ermitage où chaque pierre raconte l’histoire de cette glorieuse épopée. Ce haut lieu chargé d’histoire a été sauvé de la disparition grâce à une symbolique, mais salvatrice, contribution financière des autorités de la wilaya et surtout l’appréciable participation des enfants du village aux travaux de restauration ayant permis de le conserver et de le maintenir pour qu’il soit témoin de l’héroïque résistance de la population du village et de tous les autres villages de la Kabylie contre les envahisseurs coloniaux.
C’est à partir de cette maison au cœur de ce village niché au pied du splendide col Tirourda que la légendaire Lalla Fadhma N’soumeur, de son vrai nom Fadhma Sid-Ahmed Bent Mohamed, organisait, à l’âge de 24, la résistance en commençant par l’achat des armes, ralliant tous les archs et les chefs de tribus ainsi qu’en mobilisant les femmes pour prêter main forte aux guerriers qui se sont lancés dans cette farouche résistance contre les troupes du maréchal Randon.
A la tête de plusieurs hommes, Lalla Fadhma N’soumeur infligea de grosses pertes aux troupes conquérantes (1854 et 1856), notamment durant les batailles d’Azazga, à Tachkirt, à Larbaâ Nath-Irathen.
La grande bataille d’Ichariden, qu’elle a menée en compagnie de ses honorables lieutenants et guerriers, a fini par faire de cette héroïne une véritable icône de la résistance populaire dans la région, voire à travers l’ensemble du territoire national. Surnommée, pour sa bravoure et son honneur, La Jeanne d’arc du Djurdjura par le maréchal Randon qui a fini par conquérir la Kabylie (1857), la légendaire héroïne est aujourd’hui le symbole de la résistance et de la lutte pour la préservation de l’unité du territoire national et contre la domination et la discrimination. Elle est aussi l’icône des femmes luttant pour leur émancipation et leurs droits. La légendaire combattante est décédée en 1863 à Béni Slimane, dans la wilaya de Médéa, où une zaouïa, en l’occurrence El Aïssaouia, lui a offert gîte et protection. Son refuge au sein de cette zaouïa devint, durant son séjour, un lieu de prière, mais aussi un endroit très fréquenté par les habitants des villages et hameaux limitrophes, qui faisaient de longs déplacements pour la rencontrer et trouver conseil auprès d’elle. Comme ce refuge, celui de son village de naissance, Soumeur, est lui aussi devenu un lieu de pèlerinage des habitants des villages et localités limitrophes mais aussi des autres régions du pays..