Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Chebel Malek

Date de création: 24-04-2020 11:09
Dernière mise à jour: 24-04-2020 11:09
Lu: 21 fois


SCIENCES- PERSONNALITES – CHEBEL MALEK

Date de première création: 08-07-2018 09:10
Dernière mise à jour: 24-04-2020 09:25
Déjà lu: 291 fois

© partie empruntée à Wikipédia

Malek Chebel est un anthropologue algérien des religions, né le 23 avril 1953 à Skikda (alors appelée Philippeville) et mort le 12 novembre 2016 à Paris. Il a été inhumé au cimetière de son, village natal (du côté du col de Bessi, entre Azzaba et Skikda)

Il étudie en Algérie, puis en France, à Paris, où il approfondit notamment la psychanalyse. Il enseigne dans de nombreuses universités à travers le monde.

Essayiste, auteur d’ouvrages spécialisés sur le monde arabe et l’islam, son travail s'appuie sur « l’islam des Lumières ». Il tient des conférences dans de nombreux pays d’Europe et d’Afrique, et il travaille à une vaste enquête sur l’islam dans le monde.

Il est réputé pour sa réflexion sur l'islam, sa culture, son histoire, sa vie intellectuelle, son érotisme. Il est aussi connu pour être proche de la pensée soufie. Il est d'autre part remarqué pour ses prises de positions publiques en faveur d'un islam libéral ainsi que d'une réforme de l'islam incluant certains aspects de la modernité politique, notamment :

« [...] opérer une séparation étanche entre le pouvoir temporel et le pouvoir intemporel, renvoyer la religion et les religieux dans leurs mosquées, et réévaluer le rôle politique et ses prérogatives. »

Malek Chebel perd son père alors qu'il n'a que 2 ans. Élevé par sa mère, il fait ses études primaires et secondaires en « centre de regroupement » puis obtient son baccalauréat philosophie et lettres arabes. Il entre en 1973 à l'Université de Constantine. Il est reçu premier de sa promotion pour son mémoire de licence en psychologie clinique.

 

Titulaire d'une bourse étudiante accordée par le consulat de France à Alger, il arrive en France en 1977et obtient, en 1980, un premier doctorat en psychopathologie clinique et psychanalyse1 à l'université Paris 7. Puis en 1982, Malek Chebel obtient son doctorat d'ethnologie1 à Jussieu, et en 1984 son doctorat de sciences politiques à l'Institut d'études politiques de Paris.

Il exerce et donne des conférences en Europe, dans le monde arabe et aux Amériques : dans des universités en France, (Université Paris Sorbonne-Paris IV) ; au MarocUniversité de Marrakech ; en Tunisie ; dans plusieurs établissements supérieurs égyptiens ; aux États-Unis, à Berkeley et Stanford

, à San Francisco, à l'UCLA de Los Angeles, à la CUNY à New YorkRockefeller University à New York ; en Belgique, l'ULB à Bruxelles ; etc.

Il donne à plusieurs reprises des interviews dans les médias et apparaît brièvement dans le film Secret Défense de Philippe Haïm. Il intervient fréquemment sur France-Culture1 dans les années 2010 sur différentes thématiques en lien avec l'islam. A partir de 2006, il participe également à l'émission télévisuelle inter-religieuse récurrente, d'abord mensuelle puis devant son succès devenue hebdomadaire, "Les Enfants d'Abraham"1 sur Direct 8, dans laquelle il échange aux côtés de Alain de La Morandais (abbé) et de Haïm Korsia

 (rabbin) sur des sujets d'actualité. Leurs dialogues donnent naissance à un livre à trois mains.

Malek Chebel a fait partie du Groupe des Sages de l'UE qui, auprès de Romano Prodi, président de la Commission européenne, réfléchissait aux implications culturelles induites par l'Europe, notamment dans ses rapports avec la rive sud de la Méditerranée, à l'origine de l'élaboration de la première charte euro-méditerranéenne. Il s'intéresse désormais particulièrement aux travaux de l'Union pour la Méditerranée (UPM).

Il meurt le 12 novembre 2016 à Paris à la suite d'un cancer.

L'œuvre prolifique de Malek Chebel, nourrie de son triple bagage d'historien, de psychanalyste et d'anthropologue est principalement consacrée à la défense de la liberté sous toutes ses formes, liberté politique, liberté de pensée, de vivre et d'aimer, et de sa place dans l'islam et la culture musulmane. Déclinée comme objet de perception, de construction, de pratique, la liberté guide la réflexion de Malek Chebel pour travailler sur le corps, le désir, l'amour, les relations entre les sexes, mais aussi la tolérance, l'engagement politique, le don.

Il a rédigé plusieurs préfaces, dont celle du Coran traduit par Edouard Montet (Éditions Payot). Cette préface est consacrée à la nouvelle méthodologie d'interprétation du Coran. Malek Chebel a pris des positions fortes pour prôner ce qu'il considère être un islam moderne. Qu'il s'agisse du voile qui est d'après lui un sujet « secondaire », - ce qui ne l'empêche pas de qualifier cette revendication de « régression » -, qu'il s'agisse encore du besoin de traiter les problèmes entre les hommes par les hommes eux-mêmes, et non par le recours à la religion, au nom de Dieu, ou en invoquant le nom de Dieu.

Quelquees œuvres

Son ouvrage, Islam et libre-arbitre a pour objet de comprendre l’islam dans sa relation à l’Occident.

Malek Chebel écrit aussi pour réhabiliter l'islam. En Occident, les musulmans peuvent susciter haine et suspicion, mais surtout de l'incompréhension.

Il dénonce le manichéisme des fondamentalistes, car d'après lui, les islamistes intégristes ramènent la pensée de l'islam au viie siècle. Ils veulent faire oublier et effacer l'apport musulman dans le domaine philosophique, ainsi que toutes les réformes et mutations que la

Tout à l'opposé de cette ligne intégriste de la défense de la pureté, Malek Chebel plaide pour un « islam des Lumières « , notion qui donne son titre à un de ses derniers ouvrages. L'islam dont il parle, c'est celui du partage :

En vingt-sept propositions, Malek Chebel répond aux grandes  interrogations sans masquer les contradictions de l'islam ni éluder les questions difficiles : il se fait le théoricien d'un « autre islam », un islam en prise sur le réel.

L'islam, passion française : une anthologie,  permet de mieux comprendre la perception que les occidentaux ont de cette religion.

En 2004, Malek Chebel  publie son Dictionnaire amoureux de l'islam, où il aborde l'ensemble des questions qui ont trait à l'islam, en matière de droit et de mariage, mais aussi d'érotique 

Dans Psychanalyse des Mille et Une Nuits Malek Chebel montre qu'il a fallu aux femmes réinventer le monde à leur mesure pour le maîtriser 

Quant à L'esprit de sérail, Mythes et pratiques sexuels au Maghreb , il étudie toutes sortes de thèmes liés à la sexualité : tabou de la virginité, obsession de la virilité, androgynie, et aussi le langage obscène, les homosexualités, voile, yous-yous, circoncision…

L'Encyclopédie de l'amour en Islam rappelle ce qu'il en fut de l'amour et de la sensualité aux origines de l'islam : « On m’a fait aimer en ce bas-monde trois choses : les parfums, les femmes et la prière, qui reste la plus importante à mes yeux », affirmait Mahomet.

Il publie Le Kama-sutra arabe (Pauvert), qui exhume de la clandestinité, les grands textes de l'érotisme arabe qu'il présente ainsi : « l'islam aime la chair, l'amour et les femmes ».

Dans L’érotisme arabe paru en 2014, il rassemble un florilège de textes arabes érotiques de Cheikh NefzaouiIbn DawoudIbn