Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Conférence de presse Porte parole Présidence, mardi 21/4/2020

Date de création: 23-04-2020 16:56
Dernière mise à jour: 23-04-2020 16:56
Lu: 44 fois


VIE POLITIQUE- DOCUMENTS POLITIQUES- CONFERENCE DE PRESSE PORTE PAROLE PRESIDENCE, MARDI 21/4/2020

 

© synthèse Neila Benrahal / El Moudjahid

 

La situation sanitaire en Algérie s’améliore comme le montrent des indicateurs positifs dans la lutte contre la pandémie du Covid-19, a indiqué, mardi 21 avril , le ministre-conseiller de la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, Mohand Oussaid Belaid. Lors d’une conférence de presse animée au siège de la Présidence, le haut responsable a argumenté le constat positif par la baisse de la propagation de la pandémie dans plusieurs wilayas ainsi que l’augmentation des cas de guérison à 1.090 et le recul des décès avec moins de 10 cas par jour. «Ces résultats ont été réalisés grâce à la volonté de Dieu mais également aux grands efforts fournis dans la lutte contre la pandémie d’une façon directe ou indirecte, en application des décisions du président de la République qui suit de près la situation et l’évolution, chaque heure, à travers toutes les wilayas», a assuré l’intervenant, rappelant également la mise en place d’un pont aérien avec la Chine pour l’acquisition d’équipements médicaux. 

Le conférencier a salué aussi l’esprit de discipline des citoyens et le respect du confinement sanitaire, les appelant à plus de patience et a mis en garde contre tout relâchement à l’approche du mois de ramadhan pour combattre cette pandémie, revenir à la vie normale et renouer le contact pour l’exécution des agendas de la nouvelle Algérie, notamment l’amendement de la Constitution.  Dans sa présentation, M. Mohand Oussaid Belaid a évoqué les différentes activités du président de la République, en dépit de la pandémie. «Le dernier Conseil des ministres s’est réuni, en vidéoconférence. Le président veille de près, donne des orientations et instructions et fait le suivi de la situation dans la région du Sahel», a-t-il précisé. Il est également revenu sur la visite qu’a effectuée le Président dans la capitale où il s’est enquis, à l'hôpital de Beni Messous et à la Pharmacie centrale algérienne, de la prise en charge des malades et des conditions de travail du personnel médical ainsi que du stock des équipements.  S’agissant des rencontres avec la presse, M. Belaid a souligné que «la Présidence de la République a assuré la continuité en matière d’information de l’opinion publique à travers des communiqués. Cela s’inscrit dans la nouvelle gouvernance basée sur l’efficacité et la transparence».

 Les Algériens font don de 230 milliards de centimes et d’un million de dollars 

 Dans son intervention à l’ouverture de la conférence, le ministre-conseiller a annoncé que le montant des dons financiers versés dans les comptes dédiés à la lutte contre le Covid-19 s'élève à 230 milliards de centimes et un million de dollars. Ainsi, «pour assurer la transparence de l’opération et barrer la route à toute mauvaise interprétation de la part de ceux, habitués à pêcher en eaux troubles, je vous informe qu’une commission, sous la supervision du Premier ministre, composée du Croissant-rouge algérien et des représentants de la société civile, sera mise en place après la fin de cette pandémie», a-t-il annoncé. La commission aura pour mission de présenter des propositions au président de la République sur la gestion des dons et leur distribution aux personnes affectées par la pandémie. M. Oussaid Belaid a tenu à cette occasion à saluer l’engagement et la participation des citoyens, des investisseurs privés et ceux qui ont fait des dons. «Les Algériens ont fait preuve d’esprit patriotique et d’un élan populaire qui doivent être préservés dans la bataille de l’Algérie nouvelle», a-t-il souligné.

Répondant à El Moudjahid sur le prolongement du confinement sanitaire au 29 avril, M. Oussaid Belaid a assuré que «la décision revient aux experts de la commission scientifique. Il y a des indicateurs positifs et on aura de bonnes nouvelles dans les prochains jours sur l’amélioration de la situation sanitaire générale», a-t-il estimé. Toutefois, il a précisé que la décision de levée du confinement sanitaire est «entre les mains des citoyens, qui doivent respecter les consignes de la prévention s’ils veulent mettre fin au confinement. Le citoyen responsable doit respecter les règles pour accélérer la levée de la mesure, mais il y a une inconscience, même si elle est minime, de la part de citoyens qui ne respectent pas les dispositions de prévention de la pandémie», a-t-il relevé. Quel est le rôle de l’ARAV (Autorité de régulation de l'audiovisuel) notamment en cette période sensible marquée par des fake news ? Le porte-parole de la Présidence a indiqué que «cette instance n’était pas efficace ni opérationnelle auparavant. Aujourd’hui, un nouveau directeur, Mohamed Louber, vient d’être nommé à sa tête et elle vient d’être dotée d’un nouveau siège. La pandémie de Covid-19 a fait que son action comme force sur le terrain a été reportée. Mais il faut savoir que le ministère de la Communication accomplit bien son rôle», a-t-il répondu. S’agissant des derniers changements au sein de l’ANP, «ils s’inscrivent dans le cadre de la nouvelle vision de modernisation des institutions et c’est là un mouvement ordinaire», a assuré M. Oussaid Belaid.

Sur une question économique, le ministre-conseiller a assuré que l’Algérie ne va pas recourir à l’endettement extérieur. «Du moment que le président de la République a écarté le recours à l'endettement extérieur, la position de la République algérienne sur cette question reste la même». Pour ce qui est des dispositions prises par l’Algérie face à la crise financière engendrée par la chute des prix du pétrole, suite à la propagation de la pandémie de coronavirus, des mesures ont été prises il y a deux mois. «Nous avons prévu cette crise et nous avons pris nos précautions», a-t-il affirmé, citant la réduction des importations à 30% et la réduction des budgets dédiés aux services et études. «La situation reste maîtrisée. Nous espérons Inch Allah que le marché mondial du pétrole reprendra son souffle et que les prix remonteront aux niveaux qui soulagent et les producteurs et les consommateurs», a-t-il affirmé.

Plusieurs fonctionnaires ont été affectés par la crise sanitaire en Algérie. Le porte-parole de la Présidence a été rassurant : «Le président de la République accorde un intérêt à tout ce qui a trait à la prise en charge des répercussions de la pandémie et au soutien de l'ensemble des personnes affectées, y compris des journalistes avec moins de charges», rappelant l’allocation de solidarité d'un montant de 10.000 DA qui sera octroyée aux familles nécessiteuses et à celles affectées par les mesures de prévention et de lutte contre l'épidémie du Coronavirus et qui seront versées à la veille du mois de Ramadhan ou durant la première semaine du mois sacré. 

Cette question devrait être posée au ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a-t-il dit. Il a fait savoir en ce sens qu’un recensement est en cours pour cerner les personnes et les entreprises impactées dans tous les secteurs par les mesures de confinement. 

 Encouragement total de la liberté de la presse mais…

 A une question sur des journalistes arrêtés et mis en détention provisoire et la pression exercée sur certains médias à travers la publicité, le ministre-conseiller a assuré «que l’Algérie nouvelle est en train de construire l’Etat de droit, mais il existe encore des pratiques auxquelles certains sont habitués, des pratiques qui n’ont pas de place dans un Etat de droit», précisant que «le président de la République, soutient énormément la liberté de la presse à travers l'encouragement de la formation et du professionnalisme et l'accès des journalistes aux institutions», a-t-il répondu tout en affirmant qu’il espère se prononcer sur cette question pour la dernière fois. Selon lui, la liberté de la presse obéit à trois principes, à savoir «le respect de la loi sur l'information, de l'éthique et des mœurs générales qui sont les limites de la liberté de la presse en Algérie».  

Les journalistes en question sont des citoyens concernés par le droit commun. Ils ne sont pas poursuivis parce qu’ils ont critiqué les pouvoirs publics. «Nous acceptons les critiques dans plus de 150 titres de presse, et c’est tout à fait normal, la démocratie, c’est accepter l’avis contraire et le contre-pouvoir représenté par l’opposition», a-t-il assuré. Le porte-parole à la présidence s’est félicité de la présence de plusieurs sites électroniques et journaux, rappelant qu'aucun pays du monde arabe ou en Afrique ne dispose d’autant de médias, de sites électroniques et de chaînes de télévision privées, mettant en avant «l'encouragement total à la liberté de la presse en Algérie». 

 S’agissant des questions relatives à la politique étrangère, Mohand Oussaïd Belaïd n’a pas voulu commenter les dernières campagnes tendancieuses contre l’Algérie. «Je n’ai pas de réponse à ceux qui n’ont rien d’autre à faire que de cibler l’Algérie, du moins s’ils ciblaient la politique algérienne, mais ce sont des campagnes contre la personne du président de la République. Notre éducation ne nous permet pas de leur répondre, car nous sommes préoccupés par la modernisation de notre pays», a-t-il insisté.

À une autre question sur le retrait de la candidature du diplomate algérien Ramtane Lamamra au poste de chef de la mission des Nations unies en Libye, considéré par certains comme un «échec de l’Algérie», le porte-parole de la présidence de la République a précisé que «Monsieur Lamamra n’avait pas postulé à ce poste. C’est le SG de l’ONU qui l’a désigné. De ce fait, ceux qui voient en ce retrait un échec de la diplomatie algérienne, évoquent ainsi l’échec du SG de l’ONU», a-t-il dit, ajoutant qu’»un membre avait émis des réserves par rapport à ce choix et ce n’est pas la position de son pays, mais pour des intérêts locaux et des systèmes qui tirent bénéfice de la persistance de la crise libyenne». 

M. Oussaïd Belaïd a insisté sur le fait que «la Libye est un pays frère et aucune décision ne pourra être prise sans l’accord de l’Algérie ou contre elle». «Notre pays poursuivra ses efforts pour la paix loin de toute surenchère et marchandage, car c’est un devoir envers un peuple qui a soutenu la cause algérienne», a-t-il indiqué. Évoquant la diplomatie algérienne, il a rappelé que deux grandes sommités, MM. Lakhdar Ibrahimi et Mohamed Shanoun, avaient été désignées pour le règlement de conflits. «C’est une fierté pour la diplomatie algérienne», a-t-t-il soutenu.

 L’Agence algérienne de coopération internationale, une valeur ajoutée 

 S’agissant de la création de l’Agence algérienne de coopération internationale pour la solidarité et le développement, le porte-parole de la présidence a assuré que le président de la République avait décidé la mise en place de cette agence, lors de sa participation, en février dernier, au sommet de l’Union africaine. «Le projet a été concrétisé lundi, avec l’installation de son directeur. L’objectif principal de cette agence est de promouvoir une dynamique de développement dans le cadre de la coopération internationale avec l’Algérie», a-t-il relevé. «Elle a 12 missions , dont la formation des Algériens à l’étranger et des étrangers en Algérie, ainsi que le suivi technique des projets supervisés par l’Algérie pour soutenir des pays frères dans la région du Sahel», a-t-il expliqué, tout en assurant que «cette agence est une valeur ajoutée et un outil d’orientation pour la prise de décision et la concrétisation des liens d’amitiés avec les pays frères». 

Concernant le projet d’amendement de la Constitution, il dit qu’il ne constitue pas actuellement une priorité majeure, en raison de la mobilisation dans la lutte contre la pandémie. «Aucune date n’a été fixée pour la présentation de la mouture. Les conditions ne sont pas réunies pour débattre de ce projet en cette conjoncture sanitaire qui retient toute l’attention des citoyens. Pour lancer des discussions, il faut des mesures opérationnelles de prévention, comme le respect de la distance. Nous attendons l’amélioration de la situation», a-t-il souligné.

 Message à la presse 

 Mohand Oussaïd Belaïd a conclu sa conférence par un message en direction des médias nationaux. «Faites preuve de responsabilité et de patriotisme en cette période. L’Algérie se construit par une presse libre et indépendante pour renforcer la démocratie», a-t-il indiqué, assurant que l’objectif de cette rencontre «est d’apporter les informations justes pour battre en brèche les rumeurs et les informations tendancieuses».

----------------------------------------------- :
«Le culte de la personnalité est révolu dans l’Algérie nouvelle»

Le Président Abdelmadjid Tebboune a ordonné, lundi dernier, dans une instruction à l'ensemble des départements ministériels et des institutions publique de cesser d'utiliser les expressions «sur orientations» et «sur instructions du président de la République», a annoncé le ministre-conseiller de la communication, porte-parole officiel de la Présidence de la République, Mohand Oussaid Belaid, lors de sa conférence de presse. Il a précisé, que cette décision est motivée par la volonté de bannir le culte de la personnalité par le président Tebboune, qui a décidé lors de la cérémonie de prestation de serment, sa première sortie médiatique, le retrait du titre de «Son Excellence».  Le Président ne demande pas à être sacralisé ou glorifié, mais un soutien solide. «Je tiens à l’occasion à rappeler les propos du discours d’investiture du président de la République :  «Si je réussis, aidez-moi et encouragez-moi, et si j'ai failli corrigez-moi», tout en affirmant que «le culte de la personnalité est révolu dans l'Algérie nouvelle».

Le projet du port de Cherchell après la pandémie 

En réponse à une question sur le sort du projet du port Centre à Cherchell, dans la wilaya de Tipasa, en partenariat avec les Chinois, le ministre conseiller a répondu que «les deux pays sont occupés actuellement, chacun de son côté, par la lutte contre la pandémie». «Après la fin de cette catastrophe, le sujet sera soumis à l'étude», a-t-il ajouté.