Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Hachemi Chérif

Date de création: 18-04-2020 16:50
Dernière mise à jour: 18-04-2020 16:50
Lu: 12 fois


VIE POLITIQUE- PERSONNALITES- HACHEMI CHERIF

 

© Aissa Kasmi, avril 2020 (et revu légèrement)

………dans le cadre de son travail de mémoire sur la région de Toudja, ses hommes et ses femmes, parce que précisément, il est originaire de Toudja, ce que ne mentionnent guère les différentes biographies publiées à son sujet.

….Certains disent qu’il est né dans la Soummam, d’autres à Bougie, d’autres en Kabylie, mais aucune ne précise le lieu de sa naissance exactement. Il s’agit de Cherif Hachemi, communément appelé El-Hachemi Cherif, né le 5 octobre 1939 à Attallah (Toudja), fils de Smail Chérif et petit-fils de Cheikh El-Hocine Cherif, un grand « Faqih », qui a habité au début du XXème siècle à Ihaddaden (Toudja) dans une maison mise à sa disposition par la famille Ihaddaden pour enseigner l’arabe et le Coran aux enfants de Toudja et contribuer autant que possible à leur éducation. A la suite de Cheikh El-Hocine, c’est son fils Larbi, diplômé de l’Institut Benbadis de Constantine et membre de l’Association des Oulémas Algériens, qui l’a remplacé vers le milieu des années trente, afin de poursuivre la mission entamée par son père. Ce dernier s’était marié avec la sœur d’Aami Salah Oul-Mahdi (Mahdi Salah), du bourg d’Ibourdjiouen.  El-Hachemi avait été élevé dans sa prime jeunesse par son oncle Cheikh Larbi Ben Cheikh El-Hocine à Toudja où il a suivi sa scolarité primaire tant en arabe qu’en français. Son père Smail avait émigré à Alger où il s’était fait recruter au jardin d’essai du Hamma à Belcourt comme jardinier. El-Hachemi a rejoint son père à Alger pour poursuivre ses études qu’il a achevé au lycée franco-musulman de Ben-Aknoun dont l’enseignement était bilingue. Ensuite, il a travaillé en qualité de script et assistant-réalisateur à la RTF à l’époque de 1957 à 1960, date à laquelle, il rejoint le maquis dans la wilaya IV historique jusqu’à l’indépendance. Nommé d’abord chef de Daïra à Lakhdaria (Bouira), il n’a pas tardé à rejoindre la RTA comme Secrétaire Général de 1963 à 1967. S’étant opposé au coup d’Etat du 19 juin 1965, il s’engage résolument dans l’opposition comme militant de l’Organisation de la Résistance Populaire (ORP), avant de se retrouver membre fondateur du PAGS en 1966. Ayant abandonné toutes fonctions administratives, il dirige la Fédération des Travailleurs de l’enseignement et de la culture (FTEC) et il a réalisé quelques courts et longs métrages. A partir de 1981, il se consacre entièrement à l’activité politique à la tête du PAGS à partir de 1990, puis ETAHADI, avant de créer en 1998 le Mouvement Démocratique et Social (MDS). Il avait échappé à un attentat terroriste perpétré contre lui le 10 avril 1993. Doté d’une large culture, parfait bilingue, homme de principe et de conviction, El-Hachemi Cherif auquel nous rendions souvent visite lors de sa maladie avec mon frère M’hand qu’il estimait beaucoup, nous parlait souvent de Toudja avec une grande nostalgie. Il est décédé le 2 août 2005 à l’âge de 66 ans suite à une longue maladie.