Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Boudjedra Rachid

Date de création: 21-03-2020 12:58
Dernière mise à jour: 21-03-2020 12:58
Lu: 141 fois


CULTURE- LITTERATURE- RACHID BOUDJEDRA

Écrivain algérien d'expression française et arabe né le 5 septembre 1941 à Aïn Beïda (Algérie).

Rachid Boudjedra est élevé dans la tradition musulmane en Algérie et en Tunisie (d’où, lycéen il rejoint le Fln qui l’envoya par la suite en missin dans plusieurs pays : Chine, Viennam, pays de l’Est….) , puis effectue des études en Espagne, en Algérie (licence de mathématiques) et à Paris où il obtient un diplôme de philosophie à la Sorbonne. Il enseigne cette discipline à Paris, puis à Rabat (Maroc), et devient conseiller pour le ministère algérien de l'Information et de la Culture (avec Reda Malek, nministre, qui avait ramené  dans ses bagages Boudjedra, N. Abba ; M. Khadda, S. Benaissa et Mohamed Saidi afin de « booster le secteur de la Culture…mais l’expérience ne dira que deux années )

Écrivain prolifique et révolutionnaire, Boudjedra est propulsé sur le devant de la scène avec son premier roman, La Répudiation (1969), en raison du langage cru qu'il y emploie et la critique sans ambages qu'il y fait du traditionalisme musulman de l'Algérie contemporaine. Il est salué comme le chef de file d'un nouveau mouvement de fiction expérimentale. La Répudiation fait référence à la jeunesse difficile de Boudjedra. Sa rage sexuelle et sa sauvagerie lyrique peu orthodoxes sont un défi aux traditions morales. Il rejette les valeurs conventionnelles et la suffisance béate des pouvoirs en place dans l'Algérie d'après l'indépendance. Il subira les « foudres » des conservateurs et aussi du pouvoir en place ce qui l’obligera à s ’exiler un certain temps en France. Son deuxième roman, L'Insolation (1972), évoque des délires expérimentaux où se mêlent le rêve et la réalité. Ses écrits suivants empruntent à différents styles. Topographie idéale pour une agression caractérisée (1975) met en scène un paysan berbère illettré qui arrive en France dans l'espoir d'y trouver du travail. Perdu dans les couloirs du métro parisien, il est assailli par une série de scènes de racisme ordinaire plus déroutantes les unes que les autres. Dans L'Escargot entêté (1977), c'est un bureaucrate sans envergure qui expose ses valeurs et sa petite vie mesquine, symbolisant le caractère inachevé de la révolution algérienne. Avec Les 1 001 Années de la nostalgie (1979), Boudjedra propose une satire peignant un village saharien imaginaire confronté au dernier symbole de l'impérialisme culturel contemporain sous les traits d'une société américaine de production cinématographique. Ses œuvres plus récentes, certaines écrites en arabe puis traduites en français par l'auteur ou avec sa collaboration, comprennent notamment Al Tafakouk (1982 ; Le Démantèlement, 1982), le recueil de poèmes Likah (1980 ; Greffe, 1984) et Fawdā al-asyā' (1990 ; Le Désordre des choses, 1991). On lui doit également Lettres algériennes (1995), Fascination (2000) et Les Figuiers de Barbarie, qui a obtenu le prix du roman arabe 2010.

Ravhid Budjardra a publié aussi bien des romans que des receuils de poésie, du théâtre, des essais, des carnets de voyages , des recueils de chroniques….. que des pamphlets …son tout dernirer tombant à bras raccourcis sur « les Contrebandiers de l’Histoire », s’en prenant aussi bien à Sansal qu’à Kamel Daoud….et à bien d’autres  (Voir in www.almanach-dz.com/bibliothequed’almanach

Selon Achour Cheurfi, journaliste,   la littérature de Boudjedra est une littérature du délire qui,a udelà de sa valeur de témoignage et de contestation illustre avec lucidité la déchirure entre tradition et modernité .Elle vaut surtour par sa structure narrative ironique ou déceptive, permettant une initiation ludique en invitant le lecteur à démêler dans l’affabulation la part de réalité et la part du rêve dont se tisse la part du monde

Grand dénonciateur du terrorisme islamiste durant les années 90 (il écrivit « Fis de la haine » en 1992…..ce qui l’avait obligé à vivre dans la plus grande des clandestinités) , opposant confiné dans un certain silence au pouvoir de A. Bouteflika, il s’est retrouvé un moment assez « bousculé » par les islamistes qui voyait d’un mauvais œil ses déclarations (par la suite revues et corrigées) d’ « athéisme » (en 2015 il avait même reçu des menaces de mort, ce qui avait entraîné une grande manifestation de démocrates devant le siège de l’Aurtorité de régulation de l’Audiovisuel afin qu’elle sanctionne les « télés-poubelles » )

Rachid Boudjedra a écrit une dizaine de scénarii de films à succès dont « Chronique des années de braise » de Mohamed Lakhdar Hamina qui avait obtenu une Palme d’or du Festival de Cannes en 1975 et, aussi, le film de Ahmed Rachedi, « Ali au pays des mirages »