Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Hirak -Chronologie dates marquantes II (54ème marche à 56 ème)

Date de création: 11-03-2020 12:01
Dernière mise à jour: 11-03-2020 12:01
Lu: 37 fois


VIE POLITIQUE- DOCUMENTS POLITIQUES- HIRAK- CHRONOLOGIE  DATES MARQUANTES II (54ère MARCHE à 56 ème)

Le Vendredi 28/02/2020 : Hirak 54 : Marches populaires à travers le s villes du pays. Un nouveau slogan apparaît : « Le système , c’est lui (le virus Corona)» …. « Le Corona ne tuera pas le Hirak ».

A noter que mardi 25/2 et comme tous les mardis et ce sans interruption, les étudiants (auxquels se mêlent des citoyens, tout particulièrement à Alger) ont entamé leur 53ème mardi de marches pacifiques. Idem à COnstatine, Tizi Ouzou, Oran et Annaba.Avec toujours le  même slogan : « Yetnahaw gaa3 » (Ils dégagent tous !) et « El Hirak makan islami, nmakan ilmani »(Le Hirak n’est ni islamique ni laic)

Le Samedi 29 février 2020 : Tentatives de marches à Alger et dans d’autres villes du pays (Alger, Tizi Ouzou, Oran, Annaba….…..pour la pluaprt avortées et peu de mnde…et des interpellations par un dispositif fluide mais efficace……En même temps, lors des travaux de la réunion des présidents des cours et des procureurs généraux (Alger) le ministre de la Justice définit les missions des magistrats : « La révision des critères de recrutement des magistarts est une nécessité majeure »

Dimanche 1er mars 2020 : Les 56 manifestants arrêtés samedi  à Alger, sont remis en liberté mais ils diovent se présenter devant le tribunal  (Sidi M’hamed) dans les prochains jours……et Fodil Boumala, le militant du Hirak en détention prvisoire depuis le 19 septembre 2019 est relâché (Tribunal de Dar El Beida)

 

Le Vendredi 06/03/2020 : Hirak 55 :  Les Algériennes et les Algériens maintiennent leur mobilisation en faveur du changement du système en ce 55e vendredi de manifestations à travers les villes du pays. Ils étaient ainsi encore nombreux à investir les rues ce vendredi pour scander et brandir les slogans du Hirak réclamant l'instauration d'un Etat de droit et des libertés démocratiques. "Nous voulons un Etat civil et non un Etat militaire", "Liberté pour les détenus", "L'Algérie libre et démocratique" et d'autres revendications chères au mouvement populaire du 22 février ont été entonnées par les manifestants à Alger, Annaba, Bouira, Biskra, Médéa, Béjaia, Constantine, Oran, Guelma, Tizi-Ouzou, El Oued et dans les autres villes du pays. Les manifestations se sont déroulées dans le calme hormis quelques  incidents signalés à Boumerdès et Alger lorsque des policiers sont intervenus pour disperser les premiers manifestants à l'entame du nouveau vendredi de mobilisation populaire. A Alger et Boumerdès des interpellations ont été opérées parmi les manifestants.

Dans la capitale, le journaliste Khaled Drareni a été brièvement interpellé avant qu'il ne soit relâché après un rassemblement de manifestants devant le commissariat où il était retenu pendant une demi heure. A Boumerdès la fin de la marche hebdomadaire a été marquée par un rassemblement de manifestants pour exiger la libération de toutes personnes interpellées plutôt dans l'après-midi. A Alger, des incidents ont été enregistrés à la place Audin quand des policiers ont tenté de disperser les manifestants à la fin de la marche.

Le Samedi 07/03/2020 :  Tentative de manifestation populaire  à partir de la rue Victor Hugo (Alger) assez vite bloqué par les forces de sécurité…..empêchant ainsi la production d’un « hirak  du samedi ». 32 manifestants sont arrêtés puis relachés…..mais Khaled Drareni, le journaliste qui « couvrait » la marche, l’activiste Samir Benlarbi , l’ancien policier Toufik Hassani (arrêté déjà lors du 55è vendredi à Alger) et le militant Hamitouche Lyes  sont retenus  et mis en « garde à vue »  pour être  présentés devant le procureur général , accusés d’ « incitation à attroupement non armé »

Le dimanche 8/03/2020 (Journée internationale de la femme) : Hirak 56 :Les rues de la Capitale (et d’autres villes du pays)  envahies par les femme. Slogan : « Jour de lutte, non de fête.. »….et le Président de la République crée un « Prix national dédié à la femme algérienne innovante »