Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Accidents- Accidents de la route- Direction nationale de la Sécurité routière 2019

Date de création: 11-03-2020 11:16
Dernière mise à jour: 11-03-2020 11:16
Lu: 11 fois


TRANSPORTS- ROUTE- ACCIDENTS- ACCIDENTS DE LA ROUTE- DIRECTION NATIONALE DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE  2019

 Les statistiques de la Délégation nationale de la sécurité routière (DNSR) de l’année 2019 signalent que les jeunes conducteurs sont surreprésentés dans les accidents de la circulation survenus l’année dernière.

Les statistiques de la Délégation nationale de la sécurité routière de l’année 2019 signalent que les jeunes conducteurs sont surreprésentés dans les accidents de la circulation survenus l’année dernière.
La tranche d’âge comprise entre 18 et 29 ans a été impliquée dans 7.678 accidents corporels, ce qui représente 34,1% du nombre global des sinistres enregistrés. Dans le chapitre des victimes de la route, les mêmes données indiquent que les enfants de moins de 14 ans tiennent également le haut du tableau avec 479 enfants qui ont perdu la vie sur les routes durant la période de référence, soit 14,6% du nombre global des décès alors que 6.050 enfants de moins de 14 ans ont été blessés, représentant près de 20% du nombre global des blessés. Selon le même centre, les titulaires d’un permis de conduire de moins de deux ans (permis probatoire) ont été impliqués dans 4.675 accidents, soit près de 21%, de la totalité des conducteurs impliqués. «Cet état de fait peut être expliqué, en grande partie, par le faible apprentissage à la conduite et le jeune âge des nouveaux titulaires des permis de conduire, lesquels favorisent les comportements intempestifs et les postures dangereuses et irréfléchies en circulation», explique Ahmed Ait El Hocine, directeur de la Délégation nationale de la sécurité routière, rencontré en marge de la journée de sensibilisation (samedi 7 mars 2020) pour les conducteurs des motocycles, organisée avant-hier, au complexe sportif Mohamed-Boudiaf (Alger). Les usagers les plus vulnérables en zones urbaines, en l’occurrence les piétons, ont payé un lourd tribut et représentent 55% des victimes, au nombre de 676. Et sur 19.151 blessés dans les villes, 8.576 d’entre eux étaient également des piétons, soit 44,7%. Pour ce qui est des régions les plus exposées à l’accidentalité, Alger se positionne, avec 1.236 sinistres, dans le peloton de tête des wilayas les plus touchées par l’hécatombe routière. Aussi l’axe M’Sila-Sétif-Biskra, qui constitue un grand carrefour desservant les régions Centre-Est et Sud du pays comptabilise 2.414 accidents corporels, soit près de 11% du nombre global.
En termes de gravité, il convient de faire remarquer que la wilaya de M’Sila a enregistré, selon les mêmes statistiques, le plus fort taux de mortalité durant l’année 2019, avec 139 morts sur les routes. En seconde position, on retrouve Alger avec 135 personnes décédées, suivie de la wilaya de Sétif avec 125 personnes ayant perdu la vie. Pour ce qui est de la tranche horaire à fort risque routier, le centre précise que les heures les plus accidentogènes se situent entre 18h et minuit avec 6.455 sinistres enregistrés. Lors de cette période de la journée, il a été constaté la fluidité du trafic qui favorise l’excès de vitesse, principale cause des accidents.