Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Malg

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 618 fois


Au départ, il y avait le Mlgc qui correspondait au ministère des Liaisons générales et Communication fondé en 1958 après la création du Gpra et le ministère de l'Armement général qui était intervenu en décembre 1959 lors du Congrès de Tripoli.
Ces deux départements ont fusionné pour donner naissance au ministère de l'Armement et des Liaisons générales (Malg).
Le Malg était constitué de plusieurs directions. On citera la Direction de la transmision nationale (Dtn) qui s'occupait des liaisons de télécommnication, la Direction nationale du chiffre (Dnc) qui s'occupait des codes secrets et du décryptage, la Direction vigilance et contre-renseignement (Dvcr), la Dlo Est et Ouest qui était chargée de la logistique. Celle-ci s'occupait principalement de l'achat et de la fabrication d'armement.
La plupart des membres du Malg étaient issus du lot de lycéens et d'étudiants grévistes de 1956.
Fort de quelque 1 500 personnes quand les autres ministères n'en comptaient que 40 ou 50, choisies parmi l'élite du moment, le Malg constituait, pour beaucoup, l'ossature de la Révolution. C'est à lui qu'est revenue, ainsi, la tâche de mettre sur pied et d'organiser la base Didouche Mourad en Libye où a été élaboré le " fichier de la Révolution ".
L'Indépendance venue, son chef, Abdelhafid Boussouf se lancera dans les affaires et il mourra à Paris, d'une crise cardiaque, en 1980. En 1962, le Malg est dissous et c'est un des " anciens ", Kasdi Merbah, qui sera chargé de mettre sur pied la Sécurité militaire qu'il dirigera jusqu'en 1987.