Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Essai Henri Alleg- "La Torture"

Date de création: 28-02-2020 18:21
Dernière mise à jour: 28-02-2020 18:21
Lu: 91 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ESSAI HENRI ALLEG- « LA TORTURE »

 

© El Moudjahid/M.Bourkaib, mercredi 26/2/2020

 

Ce livre-témoignage demeure un stupéfiant document sur la torture qu’avait subie, en 1957,  Henri Alleg, né le 20 juillet 1921 à Londres et mort le 17 juillet 2013 à Paris. De son vrai nom Harry Salem, membre du Parti communiste algérien, directeur du quotidien «Alger républicain», il était tombé entre les mains des parachutistes français. Il faut imaginer les sévices qu’il a endurés : emploi de la gégène, roué de coups,  le supplice de la baignoire, privé d’eau, de nourriture, d’hygiène élémentaire, Henri Alleg ne parlera pas. Il écrira un récit poignant pour en témoigner. Son arrestation date du 12 juin 1957. Les soldats l’attendaient  au domicile de Maurice Audin, jeune assistant en mathématiques, lui aussi militant du PCA. Il  mourra  le 21 juin sous la torture.  
Parmi les nombreux ouvrages qu’Henri Alleg a écrits, deux sont de nature très différente, mais se complètent convenablement ; «La Question», publié aux Editions de Minuit en 1958, et «Mémoire algérienne» édité chez Stock en 2005 puis aux Editions Casbah à Alger.  Le premier document est un récit circonstancié rédigé dans les geôles de Serkadji  à Alger, où il a été transféré après son «séjour» à El Biar. De prison, les  petits bouts de papier sortent au compte-gouttes, Gilberte, l’épouse d’Henri Alleg les tape à la machine. Jérôme Lindon, qui dirige les Editions de Minuit, publie l’ouvrage en février 1958. Le livre fait l’effet d’une bombe, la chape de plomb maintenue exprès pour dissimuler ces actes de torture vole en éclats. Le témoignage va être pour notre lutte de libération, ce que la photo des enfants brûlés au napalm sera durant la terrifiante guerre du Vietnam. La Question est rééditée en Suisse, avec une postface de Jean Paul Sartre. Nils Andersson, un Suisse, qui faisait partie des soutiens de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie, se chargera de le republier en terre helvétique. Des extraits de cette vigoureuse charge contre la torture ont été publiés dans plusieurs journaux. «L’Humanité», «France Observateur», «L’Express» ou «Témoignage chrétien». Il faut noter qu’Henri Alleg signera, en 2000, «l’Appel des Douze» pour la reconnaissance par l’Etat français de la torture. Le mérite de Jérôme Lindon fut d’avoir engagé les éditions de Minuit dans un combat honorable, en s’élevant contre la torture et les dérives de «la guerre qui ne dit pas son nom», avec la collaboration du célèbre avocat Jacques Vergès et de l’historien Pierre Vidal-Naquet. Jérôme Lindon publia 23 livres dédiés à la guerre d’Algérie jusqu’en 1962, pour douze saisies et un procès. «La Question» provoqua une onde de choc en frappant l’opinion publique : aux 84.000 exemplaires diffusés, s’ajoutèrent les 90.000 du bulletin «Témoignages et Documents» de Maurice Pagat qui reproduisait le texte en intégralité. À la fin des années 1960, les Editions de Minuit devinrent une tribune éditoriale en faveur de la cause palestinienne, avec la publication en 1969 de «Pour les Fidayine» de Jacques Vergès, préfacé par Jérôme Lindon, suivi de la «Revue des Études palestiniennes» de 1981 à 2008, et des poèmes du regretté Mahmoud Darwiche au cours des années 1980. Comme François Maspero, Nils Andersson, Jérôme Lindon incarne un éditeur militant. La sinistre OAS plastiquera, d’ailleurs, ses locaux. Fidèle au modèle éprouvé depuis les années 1950, la  maison d’édition demeure toujours d’une taille modeste, ne dépassant jamais la dizaine d’employés pour au plus une vingtaine de nouveaux titres par an. Malade, Jérôme Lindon mourut à Paris le 9 avril 2001. Nous ne saurions trop conseiller aux lecteurs de lire ou de relire cet accablant document contre la bête immonde. C’est d’autant nécessaire que depuis la fin de notre lutte de libération, des «révisionnistes», en mal de notoriété, s’échinent à travestir la réalité historique, persistent à glorifier ceux qui avaient commis des crimes impardonnables, à les blanchir.