Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Nadjib Stambouli- " La Rancune"

Date de création: 23-02-2020 12:29
Dernière mise à jour: 23-02-2020 12:29
Lu: 78 fois


POPULATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN NADJIB STAMBOULI- « LA RANCUNE »

LA RANCUNE. Roman de Nadjib Stambouli. Casbah Editions, Alger 2019, 222 pages, 700 dinars

 

Au départ, une très belle histoire d’amour entre deux jeunes gens ayant grandi ensemble et dont les familles sont proches. Proches géographiquement seulement . Car autant la famille de la belle est compréhensive,  celle du jeune homme l’est, en face de la réalité,  bien moins   sous la coupe d’un père autoritaire, dictatorial et même violent.

Mariage, ok ......mais la jeune fille , mariée au fils doit obligatoirement « porter le voile » et se plier à la discipline religieuse.......telle que comprise par le patriarche . C’est la rupture annoncée .....le garçon étant (encore) terrorisée par l’idée de s’opposer au père et la fille ne voulant en aucun cas (et ce avec l’assentiment de ses parents) renoncer à sa liberté de pensée. Mais c’est aussi, pour la jeune fille, une immense déception, elle qui vouait son amoureux de l’ adoration et du respect .

Commence alors une invraisemblable histoire de morceau de « rose des sables » découvert sous le bras du frère de la belle, récemment décédé.

Mais, commence aussi une descente aux enfers pour notre héros qui ,après avoir perdu sa promise, va perdre « le pot et le lait »..... son travail , sa famille, son meilleur ami.....et sa raison.

Mais pourquoi donc.....et qui donc ? Et, surtout, à qui la faute ?

L’Auteur :Economiste de formation, journaliste. Il a été directeur de rédaction dans de nombreux journaux (hebdos et quotidiens). Déjà auteur de plusieurs ouvrages dont « Ma piste aux étoiles » et « le fils à maman ou la voix du sang »

Extraits : « Un salaire rémunère une production, matérielle ou intellectuelle, mais aussi le loisir dont on se prive en se rendant à son travail » (p 118), « Contrairement aux couples classiques, les amants non accrédités par la société ne connaissent pas la routine et ils n’y intègrent pas la répétition des mêmes faits et gestes. Passée le tamis de la passion amoureuse, la routine entre amants et maîtresses se dilue pour se transformer en découverte permanente, autant dire en exact contraire de la routine. Les mêmes mots dits au même moment, ou au même endroit , s’habillent de nouveauté sans cesse renouvelée » (pp 132-133), «   La magie noire et les histoires de vaudou, ça ne marche pas avec moi pour deux raisons, parce que je ne réponds pas à deux conditions: il faut d’abord y croire pour que ce soit efficace, et de plus, ne pas être buveur, parce que l’alcool dilue l’effet du sortilège » (dixit un personnage, p 199)

Avis : La vengeance est un plat qui se mange.......tout chaud !.......chez la jeune femme abandonnée. Lecture laborieuse au départ, mais haletante par la suite. Un suspense bien entretenu !

Citations : « La vie produit des évènements qui sont le fruit du hasard ou d’un plan, d’une projection. Entre les deux, aucun élément n’est en mesure de s’immiscer » (p 59), « Quand on a perdu l’habitude de se prélasser, rien n’est plus fatiguant que le repos » (p 120), « Une femme déçue se tait, elle encaisse mais ne pardonne pas » (p 157), «  Tout peut changer dans la vie, sauf une tombe, immobile à travers les temps, comme la mort qu’elle enveloppe » (p 218)