Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etudes Naqd- "Médias, communication et société...."

Date de création: 05-02-2020 14:26
Dernière mise à jour: 05-02-2020 14:26
Lu: 45 fois


COMMUNICATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ETUDES NAQD- « MEDIAS,COMMUNICATION ET SOCIETE..... »

MEDIAS,COMMUNICATION ET SOCIÉTÉ DES TEMPS NOUVEAUX. Etudes présentées par Daho Djerbal et Belkacem Mostefaoui. Revue d’études et de critique sociale NAQD, Automne- Hiver 2019, n° 37, Alger 2020, 151 pages en français et 75 pages en arabe, 700 dinars

Neuf études......toutes consacrées aux médias nationaux et à la communication dans le cadre d’une société algérienne qui appelle à des temps nouveaux. Vaste et ambitieux programme ....et délicate exploration d’un « nouveau monde »!

Pour la revue « Naqd » dont toute l’existence , depuis sa création , et dans le sillage des mouvements sociaux d’Octobre 88, et de la libéralisation (relative et limitée cependant) du paysage médiatique national à partir de mars-avril  1990 , n’ a cessé de s’interroger sur les transformations sociétales dont beaucoup, sinon  la plupart, sont nées avec les changements profonds enregistrés dans le paysage médiatique algérien qui s’était retrouvé, après l’acquisition par le public d’antennes  paraboliques de dimensions variables, plongé quasi-brutalement dans des images et des sons venus du ciel et impossibles à « censurer »,  diffusés grâce aux nombreux satellites qui couvraient la totalité de la planète.

D’autres changements profonds vont suivre à la fin des années 1990 et au début des années 2000, avec un nouveau régime politique (qui durera près de deux décennies entières) qui « favorisera » l’apparition de nouveaux acteurs et une autre organisation du paysage .......pour mieux  prendre en charge les usages.....afin de les mettre, si possible,  à son service. Un véritable  logiciel « d’ouverture contrôlée »....une « ouverture » sans cesse bousculée, et sans cesse  prise  entre une « enclume d’entrepreneurs » endogènes et/ou exogènes et de professionnels (pour la plupart jeunes et nouveaux dans la « profession ») démultipliant les formats et les contenus, et à volonté indépendantiste ....et un « marteau de pouvoirs politiques et économiques » ; pouvoirs ,pour les plus puissants, refusant (et réprimant) toute tentative de libération des idées et des projets. Les répercussions sur les pratiques journalistiques, sur les corps professionnels, sur l’organisation des entreprises et sur les contenus se feront assez vite sentir : un semblant de développement........et une paralysie des initiatives. On aboutira ainsi, et cela se verra, surtout  à partir de 2011, avec l’émergence des télés offshore privées et très commerciales (plutôt « commerçantes »), avec des flux d’images débridées et souvent attentatoires aux principes d’éthique , voire de dignité humaine.

Le sommaire !

Belkacem Mostefaoui  se penche sur les «  Jeux de pouvoir dans la gouvernance des médias... »,

 Belkacem Ahcene-Djaballah sur l’ « Economie de la presse et de la communication....De l’aventure intellectuelle à la mésaventure économique »,

Imad Eddine Raef sur les «  Problèmes et facteurs sociaux dans les médias libanais... »...... ou l’érosion de la presse traditionnelle à partir de 2007,

Nor El Hoda Bouzegaou sur « La publicité et la télévision publique ....Le cas de l’Eptv ».....ou la publicité au centre du débat,

Fatma Kebour sur « Les médias, l’individu et les mouvements de protestation en Algérie depuis 2011 ».........ou l’Algérie, une exception «  attiré l’attention durant les événements du dit « Printemps arabe »

Afaf Zekkour sur « Les Ulémas et le 1er novembre 1954 : Entre les attentes du Hirak........ » ou l’instrumentalisation des médias avec l’emploi , entre autres, par l’ensemble des média et réseaux sociaux du slogan « Badissya Novembariya »,

Aldjia Bouchaala et Aissa Marah sur « Les mutations de l’espace public médiatique....Les journalistes hors-champ »............ou des changements qui n’ont pas produit de pluralité dans l’expression d’une identité claire, vécue et pensée au pluriel,

Fateh Chemrik sur « la Presse, le football et la politique en Algérie..... »................. ou l’imbrication des stratégies populistes de captation et d’aliénation,

Et, enfin, Hakim Hamzaoui sur « La liberté d’expression à la Radio Algérienne... ».....ou les origines de la révolte des journalistes radio durant le Hirak .

A noter que sur  toutes les études plane, et c’est tout à fait normal, l’ombre et parfois les réalités  du Hirak populaire et du « Printemps arabe »....

Pour mon étude, je signale seulement une erreur d’inattention. Ainsi,   en page 63, il faut lire « Bien sûr, il y avait la loi organique relative à l’Information du 12 janvier 2012 (et non « loi de  janvier 1992 » ) qui interdit  la cession des agréments   et  le possession, le contrôle ou la direction par une même personne morale de plus d’une seule publication d’information générale de même périodicité »....

Les Auteurs : Belkacem Mostefaoui, Belkacem Ahcene-Djaballah, Imad Eddine Raef (en arabe et en français), Nor El Houda Bouzegaou, Fatma Kebour (en arabe et en français) , Afaf Zekkour (en arabe et en français) , Aldjia Bouchaala et Aissa Merah, Fateh Chemrik, Hakim Hamzaoui.

Pour lecture (en cas de non-achat) voir......revue.naqd@gmail.com/ revue_naqd@yahoo.fr/ http://www.revue-naqd.org/ http://www.cairn.info/revue-naqd.htm

 

Extraits : « Ce qui a accru le débat sur la présence de la publicité dans les télévisions publiques, c’est qu’il s’agit d’une ressource financière à la fois dynamique et mouvante.... » (Nor El Houda Bouzegaou, p 65) , « En l’absence (de ce genre) de structures syndicales et interprofessionnelles, les journalistes algériens se trouvent incapables d’exercer ce travail de régulation et de constituer un quatrième pouvoir. Pour plus d’un observateur, la corporation est plus que jamais déstructurée et désolidarisée » (Aldjia Bouchaala et Aissa Merah, p 85)

Avis :Dossier thématique avec pour ambition l’ interrogation des ressorts essentiels des réalités dans le domaine et leur mise en perspective. L’exploration avec une distance critique de ce qui s’est passé dans le domaine des médias comme au sein de la société algérienne durant ces trois dernières décennies.

Sujets au contenu accessible pour peu que l’on considère comme importants et essentiels , pour l’avenir de la société, les médias et la communication

Citations : «  L’Algérie est, aujourd’hui, dotée d’un espace médiatique « national » à double façade : d’un côté , des radios et télés étatiques encore très peu libérées.......De l’autre , un nombre pléthorique de journaux et de télés de droit privé, en majorité domestiquées.... » ( Belkacem Mostefaoui, résumé, p 145), «  Durant cette période (1991-2009), le football algérien, historiquement dirigé par l’Etat, a été « désarmé politiquement » (Fateh Chemrik, p 103), «  Le pouvoir algérien mise souvent sur le sport en général, le football en particulier , afin de na pas éveiller l’esprit crique des citoyens » (Fateh Chemrik, p 109),  «  Si le football peut servir à une stratégie de mobilisation , de contrôle et surtout d’ « aliénation » des foules, celles-ci ne restent pas sans réaction » (Fateh Chemrik, résumé, p 151)