Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etudes Crasc- "Les mpts au Maghreb.Dictionnaiore......."

Date de création: 05-02-2020 14:24
Dernière mise à jour: 05-02-2020 14:24
Lu: 128 fois


SCIENCES- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ETUDES CRASC- « LES MOTS AU MAGHREB.DICTIONNAIRE.... »

LES MOTS AU MAGHREB. DICTIONNAIRE DE L’ESPACE PUBLIC. Sous la direction de Hassan Remaoun et de Ahmed Khouaja.  Editions Crasc (Oran)  et Diraset (Université de Tunis), Oran 2019, 422 pages, 3 000 dinars

172 mots, 723  sources bibliographiques et 680 références signalées dans un index, chaque fiche explicative, longue ou courte mais toutes assez claires,  accompagnée de corrélats facilitant la recherche......Un dictionnaire des « mots » à nul autre pareil qui, assurément, avec les développements sociaux politiques actuels , ici et là, va s’enrichir à une allure folle , démontrant que c’est l’espace public qui construit ou reconstruit une langue en mettant en relief puis en imposant- au fil du temps et des marches, devenues des arènes , des sphères et des lieux de médiation et de négociation de l’intérêt public –des expressions et des mots nouveaux.

On y retrouve donc un peu de tout. De l’ancien et du nouveau . Quelques extraits pour quelques exemples :

Hirak : Le mot demeure, quelques mois après le début des grands rassemblements de contestation politique en Algérie, le 22 février 2019, le mot utilisé pour parler de cette dynamique de contestation....dans le sens où il est symbolique d’une situation d’effervescence , de vivacité et d’agitation....(B. Benzenine).

Aisaba : Oligarchie. Dans l’espace public, on désigne les groupes mafieux de «’isabet » ou « bandéâ »...( Kh .Mokeddem)

Ghachi : Dans l’arabe classique, le mot renvoie à l’obscurité de la nuit. Dans le dialecte populaire algérien, il renvoie à la foule, au bas peuple, populace...Souvent, il est employé pour parler des gens ordinaires dans un sens péjoratif parfois....Dans les écrits de certains  journalistes arabophones surtout, le mot est utilisé pour montrer qu’il est question d’humiliation et de mépris de la part des élites intellectuelles et politiques.. ....selon un politologue (Tlemçani), il s’agit bien « d’un peuple mûr, avec ses problèmes et ses contradictions... » (B. Benzenine)

Harka (el) : ....Alors qu’à sa naissance, elle visait à défendre la tribu, elle est devenue un instrument aux mains du colonisateur.....A partir de la guerre de libération, la mot signifiait plus celui qui était du côté de la France, c’est-à-dire le traître, qu’autre chose (M. Kedidir)

Djumhûriya : Nom de la formation étatique qui tire sa légitimité du Peuple ou Public au sens large, d’où l’étymologie latine de Res Publica, « chose publique » , ......Un vocable qui a , en fait, remplacé , un certain nombre d’autres appellations usitées ...notamment celui de al-madina (la cité) (H.Remaoun)

Hizb frança : La formule a fondamentalement une charge politique et polémiste .C’est sans conteste une appellation dont le but est de jeter l’anathème et de déconsidérer l’Autre. Ce poncif exprime une présumée allégeance à l ’ancien colonisateur......Dans la réalité, il est très difficile de situer celles et ceux qui sont dans cette catégorie...( A. Mohand-Amer)

Djayche : Les marches et rassemblements des Algériens, sur l’ensemble du territoire national, depuis le 22 février 2019, ont fait intervenir l’institution militaire comme acteur majeur dans les inédits bouleversements que vit le pays depuis le 2 avril 2019 (départ de A. Bouteflika) .......Le socle de l’Anp est l’armée des frontières........L’Armée des frontières  est une institution qui s’est toujours considérée comme une force politique......In fine, l’Anp est une institution qui est encore dans la logique de la Guerre de libération nationale..... (A.Mohand-Amer)

Chahid......Cha’b.......... Charabia.......... Chikour....Chrîki.....Digoutage........Ghorba.....Guesra.....Ilmaniya......Nizam.....Qahwa.........Siyassa......... Zarta............. Zmane..............

A noter que ,par ailleurs, des dico’ sont en préparation car, entre-temps, des mots nouveaux ont été créés et sont désormais couramment utilisés par les grands et les petits : BladBladna............Cachirist.....Chardama.......... Chita.....Digage.........Doubab....... Lmendjel.....Khawakhawa....Novambriya....Silmya.........Vendredire...............et le très fameux.............Yetnahhaw gâa.....et le très malheureux .....Zouaf

Vivement un deuxième tome !

 

Les Auteurs : Au total 40 contributeurs d’Algérie et de Tunisie...et de France, enseignants universitaires d’horizons divers, chercheurs en diverses spécialités, journaliste (1).....On a même un docteur en médecine, un docteur en psychologie clinique et psychopathologie......C’est dire la qualité du travail accompli et surtout la qualité et le sérieux de la coopération

Extrait : «  ...des mots en usage et abordés .... (qui) ont un statut ambivalent parce que relevant d’un privé qui tendrait à déteindre ou même à se confondre avec le public, et d’un public assez souvent privatisé dans les faits » (p 23)

Avis : Un projet : « Les espaces publics au Maghreb, 2012-2019 » dans le cadre d’un accord de coopération scientifique algéro-tunisien signé en 2012. Mais, déjà une coopération qui remonte à une quinzaine d’années et riche en rencontres, colloques , en  séminaires.....et, déjà, en la coédition de deux premiers ouvrages.

Prix assez élevé .....mais, pour un dico’ à conserver......et, surtout,  bien fait, contenu et contenant, le produit vaut largement le détour.

Citation : « En cette période d’ébullition politique au Maghreb et dans le Monde arabe, la vie publique entretient dans nos pays, plus qu’ailleurs sans doute , une relation extrêmement intime avec l’espace privé » (p 23)