Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ntic Algérie- Comportements 2019- Sondage Ericsson

Date de création: 21-01-2020 18:45
Dernière mise à jour: 21-01-2020 18:45
Lu: 122 fois


INFORMATIQUE- ETUDES ET ANALYSES- NTIC ALGERIE- COMPORTEMENTS 2019- SONDAGE ERICSSON

 

 

A quoi ressemble un internaute algérien ? Ericsson vient de rendre publique une étude qui renseigne sur le profil des internautes algériens. « Cette étude a été effectuée sur un échantillon de 1000 personnes âgées entre 15 et 59 ans, de différentes catégories de la société », selon Lamine Ouerdi, responsable auprès de l’entreprise Ericsson, qui a présenté cette étude menée au cours de l’année 2019 sur le comportement des utilisateurs des nouvelles technologies dans six grandes villes d’Algérie, à savoir Alger, Blida, Constantine, Sétif, Oran et Ouargla. Cette étude n’est certes pas exhaustive, mais selon le géant finlandais, elle a été faite selon les normes internationales pour être représentative du comportement des utilisateurs du réseau mobile et de l’Internet. Ainsi, le premier constat est le fait que les Algériens sont devenus « hyperconnectés » depuis l’avènement de l’Internet mobile. Selon le sondage, ils sont 37% à se connecter entre 10 et 30 fois par jour, contre 17% moins de 9 fois par jour. On est passé de 46% de la population en 2015 à plus de 86,25 % en 2019. Une progression des plus incroyables qui s’explique par la vulgarisation du smartphone. Mieux encore, la 4G s’offre la part du lion. 77% des utilisateurs de smartphones se connectent au réseau 4G, lancé en Algérie en 2016, contre 21% à la 3G, lancée en 2014, au moment où seulement 2% avouent ne pas faire de distinction. D’ailleurs, l’autre constat de cette étude est le fait que l’internaute algérien est en mode « Mobile first », c’est-à-dire qu’il se connecte beaucoup plus avec son téléphone qu’avec un ordinateur. « L’utilisation quotidienne des applications sur smartphones a connu, au cours de ces deux dernières années, une progression majeure sur les réseaux 2G, 3G et 4G. Ainsi, 42 % des utilisateurs, soit quatre personnes sur 10 se connectent à leurs applications plus de 30 fois par jour contre deux personnes sur 10 auparavant », souligne le même rapport.
Que consomme un Algérien sur la Toile ?
Cela dénote donc que les Algériens sont « applivores ». Ils utilisent beaucoup les applications mobiles, notamment celles de messagerie. Mais pas seulement !
Les vidéos occupent également une place de choix dans le quotidien des Algériens connectés ! « Parmi les différentes activités effectuées par les utilisateurs sur leurs smartphones, plusieurs fois par jour, figure notamment la connexion aux réseaux sociaux, la navigation sur le Net, la messagerie instantanée et le visionnage de vidéos de courte durée », soutient la même source. Néanmoins, ce sont les petites vidéos qui les intéressent. La part des utilisateurs de smartphones qui regardent des vidéos de courte durée au quotidien a presque triplé en deux ans. « Ils sont ainsi 5 utilisateurs de smartphones sur 10 en 2019 à regarder chaque jour des vidéos de courte durée, alors qu’ils étaient à peine deux sur 10 auparavant », est-il précisé dans cette étude. « A l’inverse, la croissance est modérée pour les vidéos de longue durée avec quatre utilisateurs sur 10 seulement pour un usage hebdomadaire contre trois précédemment », est-il ajouté. Cependant, il semblerait que ces vidéos empiètent sur les activités scolaires et professionnelles des Algériens. Selon Ericsson, 55% des utilisateurs de smartphones regardent des vidéos à l’école et au travail, 47% dans les transports publics, 42% au niveau des places publiques et 32% à la maison ! Comme on l’imaginait donc, cette étude vient prouver qu’il y a une utilisation des plus croissantes de l’Internet mobile en Algérie avec une forte consommation de vidéos.
Les problèmes rencontrés
Cette frénésie vers l’Internet mobile veut-elle dire que les opérateurs proposent un réseau des plus fiables ? Bizarrement, non ! « 62% des utilisateurs rencontrent plus d’un problème par jour lié au réseau », est-il noté. « Parmi eux, 20% pâtissent de deux types de problèmes par jour et 15 % rencontrent jusqu’a sept types de problèmes, alors que 18% ne relèvent aucun souci journalier sur leur réseau », rapporte la même source. Quels sont donc les types de problèmes rencontrés ? Parmi les problèmes les plus fréquents rencontrés sur le réseau mobile national, figurent notamment le temps de latence data (50% des personnes sondées) et l’absence de couverture (49%). Selon les personnes interrogées, les problèmes rencontrés sont liés à la qualité du service fourni par l’opérateur mobile (46%), aux édifices alentours qui entravent la couverture réseau (29%) et aux faibles performances de certains smartphones (21%). Les utilisateurs se plaignent également des tarifs de la data. C’est d’ailleurs ce qui les pousse à changer d’utilisateurs. « Parmi les principales raisons qui poussent les clients à changer d’opérateurs, l’étude rapporte notamment les prix élevés des offres data, une faible couverture réseau pour l’utilisation de la data et une lente connexion 3G et 4G », assurent les personnes interrogées. Voilà donc une petite cartographie de l’utilisation de l’Internet en Algérie. Ces chiffres montrent que nous sommes face à un nouveau pétrole. L’avenir du pays passe incontestablement par…l’Internet. Avec près de 90% de la population qui a accès à l’Internet, la prochaine génération sera « digital natif ».