Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Infos' diverses 2019

Date de création: 08-01-2020 12:56
Dernière mise à jour: 08-01-2020 12:56
Lu: 82 fois


ENVIRONNEMENT- INFOS’ DIVERSES- INFOS’ DIVERSES 2019

-L’Algérie compte, à fin 2018, 689 sites inondables dont 233 à risque élevé

-L’Algérie recèle , en 2018, 2360 tonnes de pesticides périmés stockées au niveau de 500 sites

- Une stratégie de prévention et de lutte contre les morsures de serpents a été lancée jeudi 23 mai 2019 ,par L'Organisation mondiale de la Santé (OMS), s'engageant à réduire de 50% d'ici 2030 la mortalité et l'invalidité dues aux morsures.    
Pour atteindre cet objectif, des priorités seront données à quatre objectifs stratégiques : Impliquer les communautés à travers l'éducation et la formation, assurer un traitement sûr et efficace en créant un stock tournant d'antivenoms ou anti-venins dont l'efficacité a été prouvée, renforcer les systèmes de santé en intégrant une prévention, un traitement et une gestion plus efficaces des morsures de serpent dans les systèmes de santé nationaux , et promouvoir les partenariats et la coordination, a précisé l'OMS. Comme la stratégie est basée sur les ressources, les compétences et l'expérience existantes tout en se tournant vers les solutions de la prochaine génération, elle vise également à renforcer les systèmes de santé nationaux afin de fournir des solutions au niveau communautaire. La mise en œuvre de ces quatre objectifs est divisée en trois phases   entre 2019 et 2030, qui devraient coûter respectivement 8,96 millions, 45,44 millions et 82,36 millions de dollars américains. Selon l'OMS, l'invasion des morsures de serpents est une maladie tropicale négligée qui est responsable d'énormes souffrances, de handicaps et de décès prématurés sur tous les continents. Plus de 5,8 milliards de personnes dans le monde risquent de rencontrer un serpent venimeux, près de 7 400 personnes sont mordues par des serpents chaque jour, causant 220 à 380 décès, ce qui représente environ 2,7 millions de cas d'invasion et 81000 à 138 000 décès par an.

-Recyclage du plastique : l’Algérie perd au moins 7 mds de DA /an

-Conséquences de la pollution de l’air : 2500 décès chaque année dus essentiellement aux émanations toxiques du trafic routier urbain

- Cinquante-huit cas de décès ont été déplorés en 2017 des suites d’envenimation due aux piqûres de scorpion, à travers 16 wilayas du pays, a-t-on appris à Laghouat d’une responsable du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (MSPRH).106 morts sur 22 000 piqûres enregistrées en 1991
Ces cas de décès ont pour la plupart, soit 80%, touché des enfants, a précisé Dr Farida Aliane, chargée du programme de lutte contre l’envenimation due au scorpion, en ouverture d’un séminaire régional sur le thème la semaine écoulée. Ce bilan est lourd, comparativement à l’année précédente qui a enregistré 48 décès sur les 43 150 cas de piqûres de scorpion, en dépit des campagnes de sensibilisation aux dangers de cet insecte nuisible, a-t-elle affirmé. La wilaya de Biskra vient en tête des régions touchées par le fléau sur la période 2010-2017, avec 53 décès pour 48 150 cas de piqûres de l’insecte, suivie d’Ouargla avec 48 décès pour 23 576 cas d’envenimation, puis Tamanrasset avec 46 cas pour 13 000 piqûres de scorpion, a-t-elle détaillé. La situation épidémiologique concernant ce type d’envenimation connaît une certaine “stabilité”, sachant que l’Algérie enregistre annuellement quelque 40 à 50 000 piqûres de scorpion, entraînant entre 40 et 100 décès, en majorité (70%) chez les enfants, a estimé Dr Aliane. S’agissant du volet préventif, l’intervenante a insisté sur la complémentarité intersectorielle afin de freiner la prolifération de l’insecte, notamment à travers le respect de l’hygiène du milieu, l’extension de l’éclairage et l’intensification de la sensibilisation, des actions impliquant divers secteurs, dont les collectivités locales, la santé et l’éducation nationale.

- Selon un rapport de l’ONU, les 5 dernières années sont les mplus chaudes de l’histoire : +1,1°C par rapport à 1850-1900.La terre sera plus chaude d’environ + 3°C à la fin du siècle

-5 milliards de sachets en plastique utilisés/an en Algérie