Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Football - Salaires joueurs

Date de création: 06-11-2019 10:54
Dernière mise à jour: 06-11-2019 10:54
Lu: 6 fois


SPORTS- DISCIPLINE – FOOTBALL- SALAIRES JOUEURS

 

La Ligue de football professionnel, dans son rapport de gestion de mai 2018 rendu public à l’occasion de la tenue de son Assemblée générale ordinaire (fin octobre 2019) , annonce que 22 joueurs de la Ligue 1 algérienne touchent un salaire mensuel de plus de trois millions de dinars (300 millions de centimes), ce qui représente 6% de l’ensemble des effectifs.

Elle évoque le salaire de quatorze (14) joueurs de la Ligue1 algérienne de football qui perçoivent mensuellement plus de 2 millions DA (100 DA= 2 DT ou 0,937 Euro), alors que quatre-vingt-trois (83) autres touchent entre 1,2 et 1,9 millions DA, rapport la LFP dans son rapport lors de son assemblée générale ordinaire tenue à Alger. Ce sont ces salaires qui ont fait basculer les caisses des clubs vers un déficit. L’on se rappelle que Fawzi Guellil, alors vice- président de la LFP, avait conseillé «les membres de l’assemblée générale de revoir leur politique en la matière. Les chiffres dévoilés montrent aussi qu’ils sont 59 joueurs à percevoir des salaires de 0 à 399.999 DA, 33 joueurs de 400.000 à 599.999 DA, 48 de 600.000 à 999.999 DA et 56 de 1.000.000 à 1.999.999 DA». Le rapport met en exergue une information qui ne surprendra personne «la catégorie des joueurs les mieux payés comptent un temps de jeu de l’ordre de 3,66%. Les joueurs touchant de 800.000 à 999.999 DA sont les plus utilisés avec 23,57% comme temps de jeu».
La Fédération algérienne de football avait de son côte tenté de mettre en route une nouvelle loi de plafonnement de salaires, sa proposition variait entre 800.000 à 1.200.000 DA. Cette proposition ne verra malheureusement pas le jour «son projet, qui devait entrer en vigueur l’été dernier (2018) a été voué à l’échec. Les présidents des clubs n’ont pas ‘joué le jeu’». Faisant l’inventaire des salaires des joueurs des deux Ligues professionnelles, il en ressort que pour ce qui est de l’élite (Ligue 1), 99 joueurs ont un salaire de moins de 100 millions par mois (29%), 79 (23%) entre 100 et 150 millions, 72 (21%) entre 150 et 200 millions, 43 (13%) entre 200 et 250, 29 (8%) entre 250 et 300 et finalement 22 joueurs (6%) plus de 300 millions de centimes.
«En Ligue 2, la majorité des joueurs touchent moins de 100 millions de centimes. Ils sont au nombre de 185 (79%). Mais il y a des joueurs de ce palier qui perçoivent des salaires élevés. Ainsi, ils sont 45 (19%) à toucher entre 100 et 150 millions, 3 (2%) entre 150 et 200 millions. Par ailleurs, il y a un joueur qui a un salaire se situant entre 200 et 250 millions», relève un quotidien


Le compte à rebours est déclenché pour la SSPA-le Doyen (MCAlger) . Il a deux années ferme pour effacer un déficit élevé a la somme de 150 milliards. La masse salariale a atteint le sommet de 85 milliards, soit 80% du budget de 2019 évalué à 123 milliards. C’est ce qui est signalé dans son dernier rapport présenté lundi 287 octobre ), lors de la réunion des actionnaires de la société. Les actionnaires du MCA sont donc face à un dilemme. Voter à main levée, comme le prévoit le code du commerce pour continuer à écrire sa belle histoire, celle d’un club qui n’est plus à démontrer, ou alors à se retirer et déclarer ce qui n’est pas souhaité, en l’occurrence la faillite.
Aujourd’hui, comme hier et demain, le club ne voudra pas tourner le dos à l’histoire parce qu’il gardera toujours cette allure, celle d’un club engagé dans un style qui lui reste propre pour maintenir un rythme d’un football qui se veut professionnel. Le président du Conseil d’administration, Achour Betrouni, sait que les salaires d’hier accordés sont faramineux. A l’image de la nouvelle recrue Rebaï, qui perçoit un salaire «de 300 millions et qui a bénéficié d’une avance de quatre mois, soit 1,2 milliard, sans oublier le payement de sa lettre de libération (4 milliards) au profit de son ancien club, l’ESS».
Le budget 2019 présenté par l’ancienne direction a été évalué à 123 milliards, alors que les ressources se limitent à 60 milliards, ce qui a augmenté le déficit. «Le commissaire aux comptes a relevé également que les catégories jeunes du MCA ne bénéficient que de 5 milliards de budget sur les 123 milliards. Lors de la dernière réunion du Bureau fédéral de la FAF, le président de la DNCG, Réda Abdouche, a dressé un premier bilan où il a révélé que 31 clubs sur les 32 formant les deux Ligues 1 et 2 professionnelles sont déficitaires».