Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Projet loi de finances 2020- Ministre/Apn

Date de création: 29-10-2019 12:33
Dernière mise à jour: 29-10-2019 12:33
Lu: 5 fois


ENERGIE- INFORMATIONS  PRATIQUES- PROJET LOI DE FINANCES 2020- MINISTRE/APN

 

(Extraits de l’intervention du ministre de l’Energie, lundi 28 octobre 2019 lors d’une séance d’auditoion devant les membres de la commission des finances et du budget de l’Apn dans le cadre du projet de loi de finances , PLF, 2020.

 

-Le pays a connu un recul sensible dans ses recettes en hydrocarbures atteignant les 24,6 milliards USD fin septembre 2019, contre 29 milliards USD durant la même période en 2018.

 

-Le prix moyen de pétrole algérien avait atteint, fin septembre 2019, les 65 USD/ baril, contre 72 USD durant la même période en 2018, soit une baisse de 11%. La valeur de la fiscalité pétrolière est restée stable de fin septembre 2018 à la fin septembre 2019, d'une valeur de 2.016 mds DA, soit une réduction de 0,5%. La production nationale en matière d'hydrocarbures,, a atteint 140 millions de TEP (fin septembre 2019), contre 143 million TEP durant la même période en 2018, enregistrant un recul de 2%. En revanche, la consommation nationale a augmenté à 45 millions TEP (fin septembre 2019), contre 42 millions TEP durant la même période en 2018, soit une augmentation de 8%. Cette hausse s'explique par l'augmentation ayant touché tous les produits, dont ceux pétroliers (22%), outre le gaz de pétrole liquéfié (GPL) (+11%). Eu égard à cette situation,les importations ont baissé à 67 millions TEP fin septembre 2019 contre 74 millions TEP durant la même période en 2018, soit une baisse de 9%. S'agissant de l'activité exploration,  SONATRACH avait effectué, jusqu'à la fin septembre 2019, treize (13) explorations. La demande nationale en matière de gaz naturel a connu une hausse durant les neuf premiers mois de 2019, où la consommation a touché les 34 mds m3, soit une augmentation de 4% par rapport à la même période en 2018. Concernant l'énergie électrique, l la puissance maximale appelée (PMA) avait atteint 15.656 MW (fin septembre 2019), soit une hausse de 14% par rapport à la même période de l'année dernière.  La production électrique nationale s'était élevée à 18.000 MW fin septembre 2019. La couverture en électricité avait atteint, fin 2018, près de 99% en raccordant 9,3 millions logements avec un taux de raccordement en gaz de 62% (5,6 millions logements raccordés). Les capacités de raffinage passeront, à la faveur des réalisations, de 29.6 millions/an actuellement à 35,6 millions de tonnes/an à moyen terme.

-S’agissant des investissements , une enveloppe de 50 milliards USD allouée principalement aux activités de recherche et d’exploration, pour la période 2020-2024.

 

-Pour ce qui est de l’énergie électrique, il ya aura l’entrée en service graduelle de nouvelles stations vers la fin 2019 et à l’horizon 2023, d’une capacité totale de 8.000 mégawatts, et dans le cadre du développement des capacités de production de l’électricité, . Cette réalisation serait suivie de l’exécution d’un programme ambitieux de développement des réseaux routiers et électriques. Le secteur poursuivra encore ses efforts en vue de couvrir la demande sur l’électricité sur l’ensemble du territoire national, d’augmenter le taux de raccordement en gaz à 75% à l’horizon 2022 et de développer le réseau de distribution des bouteilles de gaz de butane au profit des populations de régions éloignées et enclavées, et ce pour assurer un service public de qualité. .....Concernant le budget du secteur, dans le cadre de la loi de finances pour 2020, le montant de la fiscalité pétrolière est estimé à 2.714,5 milliards DA sur la base d'un prix référentiel du baril de pétrole à 50 USD. Le budget de fonctionnement du secteur est estimé à près de 59,8 Mds DA, dont la majorité est destinée à la subvention du prix de dessalement de l’eau de mer (92%).