Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Mouloud Mameri - "Le sommeil du juste"

Date de création: 27-10-2019 19:08
Dernière mise à jour: 27-10-2019 19:08
Lu: 3 fois


POPULATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN MOULOUD MAMERI- « LE SOMMEIL DU JUSTE »

Le sommeil du juste. Un roman de Mouloud Mameri. Editions EL OTHMANIA. Alger  2005. 174  pages, 250 dinars.

 

C’est le second roman (1955), après La colline oubliée (1952), porté à l’écran en 1994,  de Da Mouloud. Plus tard, on aura L’opium et le bâton (1965), porté à l’écran en 1967.

L’auteur, alors âgé de 38 ans, l’ âge mûr,  enseignait en Algérie après avoir participé à la libération de la France (campagnes d’Italie , de France et d’Allemagne, ce qui n’est pas peu !). Hélas, et c’est ce qui est rapporté en la forme fictionnelle, dans le roman avec d’autres personnages ..Le héros, Arezki, qui a presque le même itinéraire (dans ses grandes étapes),  en voit de toutes les couleurs, de retour au pays.

Comme beaucoup d’Algériens, il a cru que la guerre (mondiale)  allait amener des bouleversements et des ruptures bénéfiques …à la société , une société, il est vrai, largement bloquée dans ses us , ses  coutumes et son « ordre ancien  » et vivant dans une bulle entretenue par les administrateurs du  colonialisme…pour qu’elle continue à n’être que « rien » alors que le monde avance à grands pas , partout ailleurs. Oubliée la lutte et les sacrifices contre Hitler et la solidarité des tranchées ! « La guerre s’est terminée et rien n’a changé ».

De retour au pays, la conclusion est claire : il faut tout détruire même si on ne sait pas ce qu’il faut reconstruire… Un autre exil ? Non, plutôt être « libre » en prison qu’être esclave en « liberté ». Car , il sait, déjà, qu’un autre combat, vraiment libérateur, a commencé.

Avis : A lire (ou à relire) absolument – en Algérie, en France et en Navarre - si vous voulez améliorer votre français. A lire, aussi, pour se mettre « bien dans la tête », une bonne fois pour toutes, que l’Algérie a eu de très grands, d’immenses écrivains. Et que la littérature algéro -francophone d’hier (et d’aujourd’hui) peut en remontrer largement à celle franco-francophone. Et, bravo pour les ré-éditions à des prix à la portée de tous.