Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Etude Leila Benammar Benmansour- "Ferhat Abbas...."

Date de création: 26-10-2019 12:41
Dernière mise à jour: 26-10-2019 12:41
Lu: 3 fois


 

 

HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ETUDE LEILA BENAMMAR BENMANSOUR- «  FERHAT ABBAS..... »

Ferhat Abbas, l’homme de presse. Une étude de Leila Benammar Benmansour. Alger-Livres Editions. Collection Etudes et documents. Alger 2012. 273 pages, 680 dinars

C’est seulement le 30 octobre 1984 que Ferhat Abbas est décoré de la médaille nationale de résistant…….après avoir « goûté » de la prison dans le Sud algérien (1964-1965), de la « résidence surveillée » (1976-1977), la « confiscation  » de sa pharmacie et de son passeport ainsi que  le blocage de son compte en banque  (1976-1982). ………..La liberté est totalement retrouvée ……………. à 80 ans, bien malade, éprouvé par les épreuves infligées par ceux (ou leurs enfants et petits enfants ) qu’il a défendu contre le colonialisme …..déjà dans les années 20.

Lui,   le premier Président du Gouvernement Provisoire de la République Algérienne (Gpra) . Lui, le premier Président de l’Assemblée nationale de l’Algérie indépendante, le rédacteur d’un ouvrage-choc , en 1931, s’il vous plaît, « le Jeune Algérien », dénonçant la colonisation française et défendant l’algérianité de son peuple. Lui ,  entré en politique déjà en 1933 luttant pour l’égalité des droits face à l’égalité des devoirs afin « de préparer les Algériens à de meilleures conditions de lutte ».  Lui, le journaliste-militant  dans son journal , « L’Entente » (1935)…puis « L’Egalité » (1944) , puis « La République Algérienne  »(1948) ……… .Lui, l’auteur du Manifeste du Peuple algérien ( 1943)….Lui, qui, en 1948, lance un Appel pour la lutte armée, dans le cas où la France refuserait l’autonomie…Lui, dont « l’ami le plus cher »   sera Abane Ramdane . Lui, membre du Cnra, du Cee…. 

Aujourd’hui encore, bien que les historiens , les universitaires et bien des politiques aient reconnu sa forte empreinte sur le cours de l’Histoire de l’Algérie contemporaine…..il reste encore pas assez « présent » dans l’univers politique officiel du pays. Un aéroport ! une université ! Alger, zone interdite ! ………….Il faut reconnaître que Benyoucef Benkhedda ( le second président du Gpra) n’ a pas  plus ou mieux.Et d’autres, et d’autres .  C’est dire toute la « haine » ou l’ « envie» ou la « jalousie » qu’ont certains de nos baroudeurs , aujourd’hui encore,  à l’endroit des « intellectuels », tous ceux qui « pensent » , qui « doutent », qui «  critiquent », qui s’ « opposent », qui font preuve d’ « humanisme »….C’est encore pire pour ceux de la « tribu ». Alors que pour les autres, parfois même pour des responsables de heurts sanglants,  régionalisme et circonstances aidant,  la « rahma » va jusqu’au révisionnisme.

Avis :Tout ce que vous voudriez savoir sur Ferhat Abbas. Et, surtout, sur le journaliste impénitent ( le vrai doyen du journalisme moderne algérien , avec son camarade Kessous) au service des idéaux de liberté de son peuple . Un vrai lutteur…mais aussi un grand humaniste : Savez-vous que Ferhat Abbas est intervenu en faveur de Messali Hadj, réfugié en France, pour lui faire obtenir la nationalité algérienne qui lui avait été refusée par les gouvernants algériens de l’époque. Et, à sa mort, il est intervenu afin que sa dépouille soit transférée à Tlemcen, sa ville natale ? Qui dit plus. Qui dit mieux ?

 

Phrase à méditer : « C’est une erreur, en politique, de

compter sur la sagesse de l’adversaire » (p. 88)