Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Réunion gouvernement mercredi 23/10/2019 (Extraits)

Date de création: 26-10-2019 12:06
Dernière mise à jour: 26-10-2019 12:06
Lu: 5 fois


ADMINISTRATION- CONSEIL DE GOUVERNEMENT- REUNION DU GOUVERNEMENT MERCREDI 23/10/2019 (EXTRAITS)

 

Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé, mercredi 23 octobre 2019 ,  à Alger, une réunion du gouvernement, durant laquelle il a été procédé à l’examen de deux avant-projets de loi et d’un projet de décret exécutif, ainsi qu’à l’écoute et l’examen de deux exposés relatifs au raccordement au réseau internet des établissements scolaires, et au Programme national de reboisement (PNR), et une étude sur l’habilitation et l’élargissement du Barrage vert, ont indiqué les services du Premier ministère, dans un communiqué.

«Le Gouvernement a entamé sa réunion par l’examen de deux avant-projets de loi relatifs respectivement à la définition des missions, de la composition et de l’organisation du Conseil national de la Recherche scientifique et technologique, ainsi qu’à l’amendement de la loi 15-21 portant loi d’orientation sur la Recherche scientifique et le développement technologique», a précisé le communiqué.
Ces deux avant-projets de loi interviennent, conformément aux nouvelles dispositions de la Constitution visant «la création d’une instance consultative indépendante, chargée de l’accompagnement des pouvoirs publics dans la définition des politiques nationales dans le domaine de la recherche scientifique et du développement technologique, à travers l’encouragement de l’innovation technologique et scientifique, le perfectionnement du rendement des compétences nationales en la matière», a précisé la même source. «L’instance doit également se baser sur l’évaluation de l’efficacité du système national de recherche, tout en veillant à la valorisation des résultats de la recherche, en les plaçant au service de l’économie nationale et du développement durable», a-t-on poursuivi. Placé auprès du Premier ministre, ce Conseil est composé de l’élite des chercheurs, de personnalités scientifiques et de compétences techniques jouissant d’une expérience avérée en matière de recherche scientifique, mais également de l’élite nationale établie à l’étranger, tout en y associant des gestionnaires d’entreprises économiques et des cadres du secteur socioéconomique. À l’issue de l’exposé, le Premier ministre s’est félicité de la création de cette haute instance consacrée dans la Constitution, préconisant l’élargissement de sa composante, pour englober l’ensemble des acteurs dans le domaine de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. La composante du Conseil «permettra de consolider les échanges et d’assurer une coopération entre les mondes de la recherche scientifique et de l’innovation technologique, d’une part, et entre les secteurs économique et social, d’autre part». À ce propos, M. Bedoui a mis l’accent sur l’impératif «d’élargir davantage cette instance, pour garantir une meilleure représentation du Conseil national socioéconomique, considéré comme une force de proposition et un instrument efficace pour la définition de la politique socioéconomique».

Préservation des ressources biologiques maritimes

La réunion du gouvernement a examiné aussi un projet de décret exécutif complétant le décret exécutif n 04-86 fixant les tailles minimales marchandes des ressources biologiques marines. Ce texte, précise la source, «s’inscrit dans le cadre de l’actualisation du cadre règlementaire de la préservation des ressources biologiques maritimes, à travers la définition de leurs périodes de pêche et les tailles et poids autorisés, avec l’intégration d’une nouvelle espèce maritime, soit le concombre de mer (holothurie), en raison de l’émergence d’un marché prometteur pour ce type de produit, notamment en Asie, et les richesses de notre pays en matière de ressources halieutiques». À l’issue de cet exposé, le Premier ministre a souligné l’importance de l’exploitation rationnelle et la valorisation de cette richesse maritime, en tenant compte des impératifs de sa préservation et du respect des normes internationales, par la lutte contre sa pêche intensive et anarchique, et l’exploitation de toutes les opportunités disponibles afin de développer le secteur de la pêche au service de l’économie nationale, dans le cadre de la diversification des exportations et de l’augmentation des recettes de notre pays en devises. Par ailleurs, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique a présenté un exposé sur le raccordement des établissements éducatifs au réseau internet. Cette communication s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des instructions données par le Premier ministre lors de la précédente réunion du gouvernement, visant à traiter immédiatement la question de l’indisponibilité du service internet au niveau de certains établissements éducatifs.

Extension du réseau de fibre optique à travers tout le territoire national

Outre un compte rendu sur la stricte application de l’instruction du Premier ministre, à travers le rétablissement du service internet au niveau de tous les établissements éducatifs concernés, la communication a également porté sur des données concernant le taux d’avancement du processus de raccordement de tous les établissements du secteur au réseau de fibre optique, qui a connu un progrès considérable atteignant les 100% dans certaines wilayas, telles que Tindouf, 97% à Illizi et 95% dans la wilaya de Constantine. Il convient de noter certaines difficultés qui entravent le parachèvement du raccordement de certains établissements éducatifs sur le territoire national. À l’issue de cette communication, le Premier ministre s’est tout d’abord félicité des efforts consentis en matière d’extension du réseau de fibre optique à travers tout le territoire national, plaçant ainsi notre pays à la première place en Afrique dans ce domaine, d’autant que la concrétisation de la stratégie nationale dans le domaine du numérique dépend entièrement de l’achèvement de ce programme qui profitera à l’économie nationale, et en particulier à l’économie du savoir, ainsi qu’aux citoyens en matière d’accès à l’information et aux services électroniques. En vue de mener ce programme stratégique important à son terme, le Premier ministre a donné une série d’instructions, notamment en chargeant la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique de prendre les mesures visant à lever les contraintes règlementaires, en vue d’assurer le service internet au niveau de l’ensemble des établissements éducatifs. Le ministre de l’Intérieur a été également chargé de mettre en place des mécanismes au niveau des wilayas permettant de lever toutes contraintes dans la perspective d’accélérer l’achèvement du programme de raccordement au réseau de fibre optique, et ce avec la participation des organismes concernés relevant du secteur de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique. Dans ce même contexte, le Premier ministre a souligné la nécessité d’assurer de meilleures exploitation et rentabilité des investissements majeurs consentis par l’État dans le domaine des communications, notamment le satellite ALCOMSAT-1».

Présentation d’une étude sur la réhabilitation et l’extension du Barrage vert

Par ailleurs, le gouvernement a entendu un exposé présenté par le ministre de l’Agriculture portant sur le Programme national de reboisement, ainsi que sur une étude relative à la réhabilitation et à l’extension du Barrage vert. Ce programme vise la plantation de plus de 43 millions d’arbres, en tant que première étape, et s’inscrit dans le cadre du programme du gouvernement visant à préserver l’environnement et à fournir un cadre de vie adéquat aux citoyens, d’autant que notre pays dispose de toutes les qualifications nécessaires. En outre, ce programme prévoit la réhabilitation des richesses forestières endommagées par les incendies, l’amélioration des zones urbaines et semi-urbaines, l’accroissement des espaces verts et la réhabilitation et l’extension du barrage vert. À l’issue de l’exposé, le Premier ministre a affirmé que ce programme revêt une importance particulière, et que le gouvernement est décidé à mobiliser toutes les ressources pour sa réussite, conscient de la nécessité de se réconcilier avec l’environnement et d’enraciner les valeurs et la culture de la préservation de l’arbre et des richesses forestières, avec la participation de tous, et dans le cadre d’un vaste mouvement communautaire. Concernant le Barrage vert, le Premier ministre a souligné que notre pays a été le précurseur d’une expérience pionnière au niveau international, à la reconnaissance d’experts internationaux, et constitue également un gain historique et un héritage national réalisé par des forces jeunes des éléments de l’Armée Nationale Populaire, et dont la réalisation a coûté la vie à nombre d’enfants de cette Institution, ce qui augmente le poids de la responsabilité de sa préservation, sa réhabilitation et son extension. Dans ce cadre, le Premier ministre a décidé de charger le ministre de l’Agriculture de lancer, en coordination avec les secteurs concernés, une vaste campagne médiatique, notamment via les réseaux sociaux, en y associant les influenceurs et propriétaires de sites électroniques, pour faire aboutir ce projet, et de prendre toutes les mesures à même de garantir la viabilité de ce programme, à travers la mise en œuvre de ce programme sous forme d’opérations annuelles périodiques de reboisement, avec la garantie d’un entretien permanent, la mise sur pied, dans les plus brefs délais, d’un mécanisme sous forme d’une instance de haut niveau dotée de larges prérogatives et chargée du suivi des opérations de reboisement et de la réhabilitation du barrage vert. Ladite instance disposera d’antennes au niveau des wilayas concernées. Il s’agit également de garantir un accompagnement scientifique, pour la mise en œuvre de ces programmes par des experts et spécialistes.
Le ministre de l'Enseignement supérieur a été chargé de veiller au lancement d'une initiative à même de garantir la participation de la corporation et des étudiants, dont le nombre dépasse les 1,7 million, dans le cadre de ce programme, et ce à travers le bénévolat.
Le ministre de l'Éducation a été chargé de consacrer la culture environnementale chez nos enfants dès leur jeune âge, tout en créant des espaces verts au niveau des établissements éducatifs, de même qu'au niveau des universités et établissements de formation. Ces mesures portent en outre sur la réhabilitation et l'ouverture de tous les jardins publics fermés et l'exploitation des espaces verts abandonnés, en les mettant à la disposition des citoyens, qu'il convient d'impliquer dans leur entretien, à travers les comités de quartier, et ce dans le cadre du principe de délégation de service public, revoir les cahiers des charges, par l'introduction de l'obligation de reboisement, et consacrer des espaces verts, dans le cadre des différents projets de réalisation de structures et des logements. En vue de garantir un suivi efficace et durable de la mise en œuvre de ce programme au plus haut niveau, le Premier ministre a chargé le ministre de l'Agriculture d'élaborer une évaluation périodique de son état d'avancement, à soumettre lors des réunions du gouvernement.