Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mémoires Mohamed Mechati- "Parcours d'un militant"

Date de création: 22-10-2019 19:15
Dernière mise à jour: 22-10-2019 19:15
Lu: 3 fois


HISTOIRE-BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- MEMOIRES MOHAMED MECHATI- « PARCOURS D’UN MILITANT »

Parcours d’un militant. Un ouvrage mémoriel de Mohamed Mechati (avec une préface de Daho Djerbal et  une post-face de Boubekeur Hamidechi). Chihab Editions, Alger 2009.237 pages, 550 dinars

 

On a attendu ses mémoires de combattant durant si longtemps. Encore que…Car, durant plusieurs années , il n’avait pas manqué -   un des cinq membres encore en vie qui ont pris part à la réunion…………des « 22 » ( « 21 » selon lui) en juin 1954, à Alger - chaque fois que cela lui paraissait nécessaire, d’intervenir publiquement pour dire son mot, exprimer ses idées, rétablir la vérité ou tout simplement dire son fait sur des situations particulièrement délicates alors que beaucoup de “matamores” se taisaient ou se terraient.

Franchement, directement, mais jamais brutalement. Et, dans le champ clos ,depuis juillet 1962,  de l’expression   , de la famille révolutionnaire,  il “rattrapait” , par son propos , et par ses comportements quotidiens d’ une honnêteté et d’une modestie désarmantes,   aussi bien auprès de ceux de son âge qu’auprès de bien plus jeunes, tous les silences , toutes les contre-vérités et tous les évitements.

Le livre est, donc , disponible , en attendant de voir sur le marché national son dernier-né, « Militants de l’indépendance algérienne –mémoires 1921-2000 », récemment édité aux éditions Tribord et qu’il a présenté au CCA de Paris, fin février 2013 :

 

- Une première partie faite de “confessions” : l’enfance,  la vie militaire, durant la deuxième guerre mondiale et la prise de conscience, le militantisme au sein du PPA, la période de “chef de zone de l’OS”, les divergences de vue et les discordes sur le déclenchement de la lutte armée” (point très important, car il éclaire sur la mise à l’écart du groupe de Constantine-ville qui ne fut pas mis au courant de la date du déclenchement de la Révolution armée…..ce qui causa aux militants bien des déboires:  connus et fichés par la police coloniale, les anciens  éléments de l’OS de la région  furent tous arrêtés, torturés et condamnés. Après avoir purgé leur peine, ils rejoignirent le maquis….  ils subiront, pour certains d’entre-eux, le même sort que Abane Ramdane”).  De ce fait, on comprend les reproches faits à Boudiaf…qui, lui-même, reprochait aux “Constantinois” d’avoir été quelque peu compréhensifs avec les “messalistes” de passage à Constantine . Il conte  le passage au sein de la Fédération du FLN de France, les années de prison et……….la suite bien amère puisqu’il s’est même retrouvé “accusé de vol” lors de son passage à l’ambassade d’Algérie en Allemagne , esté en justice à son retour au pays…juste après le coup d’Etat du 19 juin 1965, et emprisonné à El Harrach durant cinq jours et cinq nuits…..: “Les avatars d’une révolution” . Ce n’est qu’en 1967 qu’il reprit sa carrière diplomatique…et même après, il ne fut nommé …que durant une seule année ambassadeur en Hongrie. On lui faisait payer assez cher son comportement de gêneur , à l’endroit “du pouvoir et de ses services” , et son “peu de goût pour la complaisance envers les puissants”. 

Une autre partie, toute aussi importante , reprend les écrits et les interventions : “les articles de combat” comme il est précisé. Des articles qui, en leur temps, diffusés quasi-clandestinement ou publiés, avaient permis, alors,  de garder l’espoir d’une Algérie digne du combat de ses chouhadas.

 

Avis : A lire, bien sûr.En attendant de voir sur le marché national son dernier-né.

Phrase à méditer : « Oui, ce sont bien toutes ces tares : populisme et zaimisme surtout, qui continuent de tirer le pays vers l’arrière. Elles ont produit l’arrivisme, la prise du pouvoir réel par des opportunistes…. » ( p.124)