Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Laurent Mauvignier- "Des hommes"

Date de création: 13-10-2019 11:50
Dernière mise à jour: 13-10-2019 11:50
Lu: 5 fois


POPULATION- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH- ROMAN LAURENT MAUVIGNIER – « DES HOMMES »

Des hommes. Un roman de Laurent Mauvignier. Barzakh Editions . Alger 2010 (Les Editions de Minuit, France,  2009) . 232 pages, 800 dinars

 

L’Histoire de « petites gens » de la « France profonde », la rurale et du gros rouge qui tache  , des jeunes hommes « mineurs, pas bons pour voter, mais déjà bons pour les djebels » qui sont appelés à participer à ce que l’on n’appelait pas encore le Guerre d’Algérie, mais des « évènements ». « Ce ne sera pas Verdun » leur dirent les vieux piliers de bar du coin….dont beaucoup ne savaient même pas où se trouvait très exactement l’Algérie et par qui elle était habitée. Si ! des Indigènes et des « mouquères »

Les jeunes appelés découvrirent très vite une véritable guerre avec toutes ses horreurs et ses drames. Et, des Arabes , « des chiens , rien que des chiens » ,  tous des « fellaghas »,  tout juste bons à « regrouper » ou  à torturer et à éliminer (en les tuant bien sûr, puis en faisant disparaître les corps)….Et, de gros  colons…qui  s’en mettent « plein les poches »

Beaucoup d’appelés. Peu d’élus qui en réchappèrent ? Beaucoup d’entre-eux ne s’en relevèrent jamais et finiront traumatisés, déséquilibrés, hantés …Des fous , quoi ! enfermés soit dans des silences lourds de sens , soit dans des réactions quasi-criminelles contre toute ce qui leur rappelle leur passé….quand ils étaient encore pris dans la naiveté de la jeunesse.

 

 

Avis :Un roman au rythme haletant se déroulant dans des « mouchoirs de poche » (lieux d’affectation -village d’origine) , avec très peu de personnages. Des remontées dans le temps avec un va et vient incessant présent-passé. Une écriture cassée, déroutante… qui se met à la hauteur du niveau intellectuel des « héros ». A lire par ceux qui voudraient connaître les dérives passées et les états  présents des « français » de métropole en uniforme militaire  durant la guerre de libération nationale

Phrases à méditer : «  Il n’est pas seul à être seul, ils sont seuls tous ensemble  »  (p. 134) et « On est là maintenant à se regarder vieillir et ne pas comprendre…avec une mémoire si vieille, et une haine si vieille aussi que tous les mots qu’on pourrait dire ne peuvent pas grand-chose » (p.223)