Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ouvrage historique José Alain Fralon- "Jacques Chevallier...."

Date de création: 12-10-2019 19:16
Dernière mise à jour: 12-10-2019 19:16
Lu: 4 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- OUVRAGE HISTORIQUE JOSE ALAIN FRALON- « JACQUES CHEVALLIER...... »

Jacques Chevallier. L’homme qui voulait empêcher la guerre d’Algérie. Ouvrage historico-documentaire de José-Alain Fralon. Casbah Editions. Alger 2012. 310 pages, 750 dinars

 

Un grand homme de l’Algérie coloniale , Jacques Chevalier, « Hoppalong Cassidy »? Peut-être, surtout si l’on apprend qu’il a tout fait, sous son étiquette « droite libérale », pour concilier des positions extrêmes.Celle des « pieds noirs » radicaux (et, ils étaient la grande majorité) qui n’arrivaient pas à se départir de leurs positions quasi-racistes donnant, à l’Algérie, un air d’apartheid (certains lobbies voulaient même en faire, dit-on,  une autre Afrique du Sud) , et celle des combattants pour la libération  du pays du joug colonial et son indépendance.

Peut-être l’influence de la société américaine (sa mère est originaire de Louisiane) dont il est en partie issue ? On dit qu’il a influencé alors le jeune sénateur J. F. Kennedy .

Un grand homme ? Pas si sûr, sachant que son engagement n’a pas été aussi clair et aussi loin que celui des autres catholiques comme  Chaulet , Duval, Scotto, Peyrega, Mandouze…..

En, tout cas , un grand maire qui a su , avec l’aide de Fernand Pouillon,en peu de temps développer la ville d’Alger. En tout cas , un amoureux fou de l’Algérie. Il a voté , sans se cacher derrière les rideaux de l’isoloir, pour l’Indépendance du pays. Il y est resté , il y est mort, il y est enterré. Entre-temps, toujours avec Pouillon, il a réalisé nos fameux complexes touristiques

Peut-être pas un révolutionnaire. Mais certainement un bâtisseur…..

 

Avis : A lire, ne serait-ce que pour connaître un autre versant de notre Histoire contemporaine

Phrases à méditer : «  Si j’étais au pouvoir, je traiterais l’Algérie comme je traite ma femme, avec un gourdin dans une main et une bourse pleine d’or dans l’autre » (Pierre Poujade, « homme politique » français  de droite, 1956) et «  Je suis enfin rentré chez moi. Maintenant , je peux mourir » (Jacques Chevallier ,8 avril 1971…..juste avant sa mort le 13)