Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Ouvrage historique Pierre Daum- " Ni valise, ni cercueil....."

Date de création: 08-10-2019 17:54
Dernière mise à jour: 08-10-2019 17:54
Lu: 3 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH-OUVRAGE HISTORIQUE PIERRE DAUM- « NI VALISE,NI CERCUEIL........ »

 Ni valise , ni cercueil. Les pieds-noirs restés en Algérie après l’indépendance.  Ouvrage historique de Pierre Daum. Préface de Benjamin Stora . Média-Plus, Constantine  2012  ( Paru chez Actes Sud- Paris en2012 . 451  pages, 1 500 dinars

 

Je me souviens d’une petite vieille de 90 ans ou plus, à Annaba, dans les années 80, qui passait son temps (depuis les années 40 et jusqu’à sa mort) à soigner gratuitement les Algériens . Mlle (ou « mamma »)  Paulette était une infirmière (et sage-femme) retraitée de l ’armée françaiseet , elle  avait fait la seconde guerre mondiale. Elle parlait couramment l’arabe algérien (avec l’accent annabi, s’il vous plaît). Elle est morte, toujours plus que fidèle à sa religion catholique, dans un foyer musulman ami, au début des années 90, respectée , …..vénérée… ….Elle avait été enterrée dans le cimetière chrétien de la ville en présence d’une foule immense et mise en terre juste au moment de l’Adhan du Dohr. Une vraie sainte !

Bien d’autres pieds-noirs ont suivi ce chemin de  paix , d’ amour et de franche fraternité…..Près de 200 000 sont restés vivre normalement en Algérie après l’indépendance. La suite est une toute autre histoire…ils ne sont plus que quelques milliers ou quelques centaines ..mais rien ne sert de chiffrer une communauté qui , bien souvent, s’est algériannisée presque totalement , sans cependant , pour la plupart, renier son origine ou sa foi…..et, sutout, son amour profond, réel, pour un pays à nul autre pareil. Soleil, soleil de mon pays !

A qui la faute ? Bien sûr, bien des fautes ont été commises par les « Indigènes » devenus indépendants. Et, aussi, bien des déceptions comme le Code de la nationalité adopté en mars 1963 qui reprenait les catégories raciales, la religion prenant le pas – Musulmans/Européens -  établies par l’ancien colonisateur , mais cette fois-ci les premiers étant favorisés et non les seconds .Mais, l’histoire de plus en plus en vraie, celle écrite aujourd’hui, cinquante ans après, par l’auteur, entre autres, est en train de corriger les faits détournés, mal expliqués , mal compris, mal retenus… « bien  exploités ». L’auteur, et il n’est pas le seul,  est catégorique : « Tout le monde est aujourd’hui d’accord pour considérer que l’OAS est le premier et le principal responsable des coups virulents portés contre les accords d’Evian… ».

Les 15 (5 femmes , 10 hommes) émouvants témoignages des personnes (sur les 150 recensées) qui sont soit parties puis revenues, soit séjournant encore ou ont séjourné très longtemps chez eux, en Algérie, donnent une autre image de ce fut la « fuite » des pieds-noirs, trompés par les ultras (véritables producteurs du slogan « la valise ou le cercueil »)  craignant , sans raison bien souvent, on ne sait quelles représailles, enfermés dans une peur d’être « assassinés » par les Arabes, dans la peur ancestrale , réelle ou fantasmée, de l’Autre, en fait, ayant peur d’un déclassement économique, ou tout bonnement racistes sans se l’avouer . Et, une autre image de ce que furent les réactions , à la limite du compréhensible, aux crimes de l’OAS (entre autres et surtout à Oran : 1100 Algériens assasinés entre 1961 et 1962)….Après tout , selon les calculs de l’auteur, le nombre d’Européens pieds-noirs tués (depuis Sétif et Guelma) n’était que d’environ 5 000 (dont , dit-il, 1 800 enlevés au cours de l’année 1962 et jamais retrouvés) …alors que celui des civils musulmans tués par des Français était d’environ 60 000 dont 3 200 par l’OAS et le reste l’étant par les forces de l’ordre (sur un total de 20 000, militaires y compris  contre 230 000 pour toute la guerre).Un pour 10 ( et un pour 75 si l’on compte nos 1 500 000 martyrs)

. La différence parle d’elle-même !

 

 

Avis : Trois  années d ’enquête. Un travail de fourmi. Du journalisme d’investigation de première qualité ( il a, aussi, écrit un ouvrage de référence sur « les travailleurs indochinois immigrés de force en Camargue de 1939 à 1952 ») . Mais, un ouvrage à conseiller surtout aux pieds-noirs partis et à leurs enfants afin qu’ils sachent qui, vraiment, était leur véritable ennemi, tous les « faiseurs de haine » …qui, hélas, l’âge n’arrangeant rien, sévissent encore, en France…et que Sarkozy et ses « boys » de droite ont « réhabilité ». ..Comme un certain « bébé » pied-noir , Robert Ménard, ex-RSF, qui avait cru , un moment, au début des années 90, se « faire »un nom sur le dos de la presse algérienne et qui, au milieu des années 2000, vidé de RSF, a cru se « re-faire » au Qatar…et qui, maintenant, , journaliste raté , cherche à « rentabiliser  » la haine des Algériens,  en co-signant, en France,  un ouvrage-pamphlet povocateur à dessein, Vive l’Algérie française. Il faudrait seulement lui rétorquer :Vive l’Algérie indépendante.... On te  dit…m…. ! et, Mazal Ouakfine