Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Mémoires Mostefa Boudina- " Rescapés de la guillotine"

Date de création: 08-10-2019 17:39
Dernière mise à jour: 08-10-2019 17:39
Lu: 8 fois


HISTOIRE- BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- MÉMOIRES MOSTEFA BOUDINA- « RESCAPÉ DE LA GUILLOTINE »

Rescapé de la guillotine . Mémoires  de Mostefa Boudina. Editions ANEP. Alger 2008, 160 pages, 360 dinars.

C’est vrai, nos héros ont « pris de la bidoche » dans leurs fauteuils de sénateurs , et on avait, peu à peu,  oublié leurs prouesses ou leurs sacrifices de moudjahidine, allant parfois, sinon souvent, jusqu’à les les « descendre en flammes » , sans autre forme de procès, pour leurs prestations après l’Indépendance. A tort ou  raison !

Des « pas de chance » ? Non, tout simplement, à mon sens, parce qu’ils n’ont pas su (ou voulu, ou pu) raconter leur vie d’avant.

Heureusement, les choses sont en train de se remettre, tout doucement, mais sûrement, en place, et l’Histoire de la lutte de libération nationale se (re-) construit grâce, notamment, à des œuvres  telles que les mémoires, les témoignages et  les souvenirs de tous ceux qui y ont, peu ou prou,  joué un certain rôle ou un rôle certain.

L’œuvre (préfacée par Ali Haroun qui n’est plus à présenter et qui la valide plus qu’il n’en faut) de Mostefa Boudina est de celles-ci.

Condamné à mort (deux fois), poursuivi pour une troisième accusation,  il relate son séjour –après l’emprisonnement et les tortures - dans le couloir de la mort lyonnais, en attendant « d’avoir la gorge tranchée » .

Horrible séjour, émouvants souvenirs…qui, à un certain moment, surtout celui où il raconte le martyre des frères emmenés, à l’aube, brusquement, à la guillotine, amène des larmes aux yeux …et vous pousse, quel que soit votre niveau intellectuel, votre pacifisme  et votre envie de « réconciliation », à devenir haineux pour tout ce qui touche au fait colonial et à ses ultras…ainsi qu’à leurs héritiers d’aujourd’hui. Bref, passons !

Il faut que tous le sachent et l’auteur fait très bien de nous le rappeler : Les tribunaux militaires ont condamné à mort 2010 patriotes algériens (sans parler des condamnés à mort par contumace). 215 ont été graciés, MAIS ,  210 ont été guillotinés et une dizaine ont été fusillés ou brûlés vifs. Les listes sont publiées en annexe du livre et devraient figurer sur un monument aux morts, peut-être le plus symbolique…qui reste  à élever.  Le nombre des rescapés de la machine criminelle s’élève à 1795. Mais,  peut- on vraiment parler de rescapés après un passage –toujours long, trop long -  au « couloir de la  mort » colonial. On en sort vivant, mais à moitié éteint, la joie ayant déserté à jamais les cœurs.

Ceci explique , peut-être, cela !

 

Avis : Doit  obligatoirement être lu. Toutes vos dérives vous seront pardonnées. Et, pour les « fainéants » des méninges, il se lit d’un seul trait, tant il est prenant par son style simple et direct, et émouvant à travers les sacrifices (et les guillotinés) racontés. En espérant voir, un jour, de larges  extraits intégrés dans les livres scolaires d’histoire.

Phrase à méditer : «  Aujourd’hui, le dialogue est impossible entre les victimes et leurs boureaux (…).C’est à la fin de leur vie que nos bourreaux sont en train de succomber au poids de leurs crimes (……).Nous n’avons que faire de la repentance d’un bourreau (…..). Il suffit qu’ils se dénoncent eux-mêmes devant le peuple français comme étant des bourreaux et non comme des héros »