Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Maladies inflammatoires et chroniques de l'intestin (Mici)

Date de création: 04-10-2019 17:39
Dernière mise à jour: 04-10-2019 17:39
Lu: 2 fois


SANTE- MALADIE- MALADIES INFLAMMATOIRES ET CHRONIQUES DE LINTESTIN (MICI)

Parmi les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI) figurent notamment la rectocolite hémorragique (RCH), la maladie de Crohn (MC) et les colites inclassables (CCI). Il n’existe pas de traitement curatif mais les médicaments permettent un contrôle durable et une qualité de vie satisfaisante en dehors des poussées. Les personnes atteintes de MICI souffrent des contraintes de ce contrôle médical rigoureux. Pour mieux les aider à connaître leur maladie et les gestes pour y faire face, une journée d’éducation patients à été organisée, samedi 28 septembre 2019, à l’hôtel Sofitel d’Alger.  

L’initiative des laboratoires Jansen a permis à des professeurs de répondre aux questions des malades. A travers des vidéos , des anonymes  ont exprimé leur désir et volonté de gérer la maladie mais n’ont pas caché leur détresse.  

Bien que ne disposant pas de chiffres surs, l'incidence annuelle moyenne (pour 100 000 habitants) est estimée à 6.21 pour la maladie de Crohn et 3,33 pour la rectocolite hémorragique.

Toutefois, une étude épidémiologique réalisée au niveau d’Alger entre 1981-2016 révèle que l’incidence est de 3. 54 pour 100 000 habitants chez les hommes et de 3. 27 chez les femmes. D’après le Pr. M’hamed Nakmouch, chef de service à l’hôpital Lamine Debaghine (ex Maillot) de Bab El Oued « l’incidence s’est multipliée par trois ces dix dernières années ». Selon lui « la maladie n’est pas héréditaire bien que le terrain génétique soit prédisposé ». Il a évoqué aussi les « facteurs liés à la dégradation de l’environnement et le rôle néfaste et confirmé du tabac ».

«  50 % des malades développent la maladie de Crohn 10 ans le premier diagnostic de l’inflammation intestinale », a précisé le praticien. « La morbidité est importante, 50 % de récidive après un an de maladie, alors que la mortalité est faible » a-t-il relevé.

Face à cette pathologie, depuis 2019 les traitements à base de biothérapie ont donné des résultats. Toutefois, le Pr Nakmouch a souligné la nécessité « de créer des centres de prise en charge d’excellence des MICI et assurer un niveau conséquent de prise en charge des patients MICI  ».

Il y a lieu de rappeler que Les MICI se manifestent par des douleurs, des suintements, des diarrhées sanguinolentes et des fistules. « Dès qu’elles trouvent un chemin apparaissent. On y trouve sur la fesse et même sur la jambe », affirme Pr Hamada du CHU Constantine.

Les patients dans leur combat sont épaulés par trois associations (Constantine, Sidi Bel Abbés et Oran) .A Oran,  900 patients sont pris en charge. Tout les deux mois, l’association organise une rencontre entre malades et médecins. Cela sans compter la distribution de médicaments et des poches pour les stomisés offerts gratuitement par les opérateurs dans la région de l’Oranie.      

Les professeurs ont enfin lancé  un appel pour un dépistage précoce de la maladie