Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Recherche Ali El Hadj Tahar - "Encyclopédie de la poésie algérienne de langue française..."

Date de création: 08-08-2019 17:44
Dernière mise à jour: 08-08-2019 17:44
Lu: 3 fois


CULTURE – BIBLIOTHEQUE D’ALMANACH – RECHERCHE ALI EL HADJ TAHAR – « ENCYCLOPÉDIE DE LA POÉSIE ALGÉRIENNE DE LANGUE FRANCAISE..... »

 

Encyclopédie de la poésie algérienne de langue française (1930-2008). Recherche de Ali El Hadj Tahar (Deux tomes/157 poètes) . Editions Dalimen , Tome 1, 461 pages / Tome 2, 493 pages, les deux pour 2 200 dinars, Alger 2012

On a déjà eu des encyclopédies et des dictionnaires biographiques sur la vie culturelle du pays, mais c’est, à mon avis, la première fois qu’une Encyclopédie aussi vaste nous est présentée…en Algérie, par un auteur Algérien. Un énorme travail abattu : 112 pages pour la présentation avec des textes cours mais clairs qui nous éclairent sur le cheminement difficile et souvent douloureux ou tragique d’un genre littéraire encore assez incompris…et pourtant aimé tous les jours (avec un retour sur « la période coloniale », « les années 1960 », « les années 1970, « les années 1980 », « les années 1990 et 2000 », mais aussi la « poésie intellectuelle », les « femmes rebelles et plume au vent »…et , bien sûr, l’inévitable problématique de « la francophonie »)
L’approche chronologique obéit à une logique qui a permis de cerner tous les aspects. Elle a permis , à l’auteur , « de chevaucher les périodes politiques que l’Algérie a traversées et qui correspondent à des préoccupations esthétiques, philosophiques et morales particularisées et dominantes dans les littératures qui en sont issues »
Durant la période coloniale, la poésie a été d’abord et avant tout une arme de combat. Celle des années 60 s’est caractérisée par la revendication et la définition de l’identité nationale et l’énonciation d’un projet de société . Durant les années 70, il y a fusion des idéaux poétiques avec le projet politique. Durant les années 80, succession de problèmes .... la paix sociale est rompue. Malgré tout, une certaine fidélité aux idéaux de justice et de droit. Les années 90 voit la lutte pour rétablir l’espoir et exorciser « les noirs desseins qui pèsent sur le pays ». 
Chose importante à souligner, la poésie algérienne de langue française a toujours refusé de se définir par une rhétorique théorisée et balisée à l’avance dans un manifeste. ….Sa finalité admise, c’est son contenu, qui fuse dans des mots savants, ou dans le lexique du quotidien des masses , dans les vers rimés, dans la poésie en prose…Des styles divers…avec des sujets lisibles, « ce qui la destine au lecteur qui aime le Beau enrobé de sens ». Profitez-en donc pleinement ! Car, vous avez 157 poètes présentés dans l’ordre alphabétique, ce qui facilite la recherche : de Abba Noureddine et Ahmed Aroua à Zirem Youcef et Jean Sénac, en passant par Haddad Malek, Hadj Ali Bachir, Kateb Yacine et Safia Kettou : Une bio-express, l’œuvre poétique, l’œuvre , des poèmes ou des extraits de poèmes…Des vers bien pleins !
L’auteur termine par une conclusion cependant bien amère. Le militant prenant le pas sur le chercheur ? : Malgré tout le mal qu’il se donne, le poète (en français ou en arabe), devenu un exclu et un reclus dont les œuvres ne sont même pas repris dans les manuels scolaires, n’est pas , n’est plus ,comme l’étaient Kateb Yacine et bien d’autres, la conscience de son peuple …. « les valeurs ayant subitement changé, les opportunistes et les corrompus (….) devenus les références populaires »….Le militant a bien raison. Hélas.

L’Auteur : Ali El Hadj Tahar, né le 18 mars 1954 à Merad (Tipasa) est journaliste…mais aussi peintre ….et, bien sûr, poète


Avis : Digne de figurer dans votre bibliothèque. Et, qui aime (la poésie et les belles –lettres) ne compte pas, n’est-ce pas ?


Extraits : « Ce n’est pas la faute des militaires si notre démocratie est encore mensongère, et qui, d’ailleurs , vaut mieux que le repas de sang et d’intolérance servi à la table des fanatiques « (p 21), « En s’emparant d’une langue étrangère, les poètes algériens en ont fait un outil charnellement expressif, profondément lié à leurs racines , à leur âme et à leur histoire » (p108), « La « démocratie » du dernier despote, au lieu de permettre le déploiement du génie créateur en est devenue le tombeau et celui de tous les rêves » (p 112)