Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Visas Shengen

Date de création: 02-08-2019 21:21
Dernière mise à jour: 02-08-2019 21:21
Lu: 21 fois


RELATIONS INTERNATIONALES-  UNION EUROPÉENNE - VISAS SHENGEN 2018

 

 (c) El Watan/SALIMA TLEMCANI, jeudi 01 AOÛT 2019

 Considérés comme de potentiels migrants clandestins, les Algériens sont de plus en plus en plus boudés par les chancelleries de l’espace Schengen, particulièrement celles de la France et de l’Espagne qui reçoivent la majorité des demandes de visa.

Si l’on se réfère aux statistiques publiées par le site Schengenvisainfo.com, le nombre de demandes de visa en Algérie, a régressé de 8% durant les deux dernières années, passant de 779 152 demandes en 2017 à 713 255 en 2018. Malgré cette tendance baissière, le pourcentage de refus d’obtention du visa Schengen en Algérie a considérablement augmenté, atteignant pour l’année 2018 un taux de 45,5% de toutes les demandes déposées. Ainsi, selon les statistiques révélées par la même source, sur les 779 152 demandes enregistrées en 2017 en Algérie, 279 740, soit 35,9%, ont fait l’objet de rejet, alors qu’en 2018, sur les 773 255 dossiers déposés, 324 291 ont essuyé un refus, soit 45,5% de la totalité des demandes.

Cela veut dire, note le site, «qu’entre 2017 et 2018, note le site, la part en pourcentage de refus de visas a connu une hausse de 9,6 points et en chiffres absolus un nombre de 44 551 demandes refusées». La même source souligne par ailleurs que la France et l’Espagne viennent en tête de liste des pays de l’espace Schengen dont les ambassades ont reçu la plupart des demandes et refusé simultanément le plus grand nombre de dossiers déposés par les demandeurs algériens.

La même étude montre que sur un total de 544 585 demandes de visa déposées au niveau de l’ambassade de France en Algérie, 265 143, soit 48,7% du total ont été rejetées. En même temps, sur les 103 806 demandeurs de visa Schengen qui ont déposé leurs dossiers au niveau des chancelleries espagnoles en Algérie, 30 570, soit 29,4%, ont essuyé un refus. La même source précise toutefois qu’en termes de pourcentage de rejet, les ambassades maltaises étaient les plus sélectives, avec une proportion de refus qui atteint les 86,8% sur un total de 3717 demandes de visa.

Les algériens de potentiels migrants clandestins…

Pour la même source, malgré la baisse du nombre de demandeurs de visa Schengen en Algérie, «il est attendu que la tendance de refus soit la même». Les raisons évoquées dans le site laissent perplexe. Pour les Etats de l’espace Schengen, les demandeurs de visa algériens sont considérés comme de potentiels migrants clandestins. D’ailleurs, le site Schengenvisainfo.com nous apprend que «les statistiques montrent que le taux de refus de visa dans les pays africains augmente lui aussi au même rythme» et de ce fait explique qu’«il semble exister une forte corrélation entre le nombre de refus de visa Schengen en Algérie et l’immigration clandestine à laquelle l’Union européenne a été confrontée ces dernières années. Malheureusement, l’Algérie a été utilisée comme source fréquente d’immigrants clandestins d’Afrique pour rejoindre l’Europe en raison de sa proximité avec le continent».

L’étude reconnaît «le fort engagement et les nombreuses mesures prises par les autorités algériennes pour contrecarrer les immigrants, mais le flux de ces derniers en direction de l’Europe est resté à peu près identique». Pour les auteurs de l’analyse, plusieurs enquêtes des autorités de l’Union européenne ont révélé que «les visas Schengen sont souvent utilisés pour entrer dans la région et y séjourner illégalement». De ce fait, ajoute l’étude, «parmi les nombreuses mesures prises pour lutter contre ce problème (ndlr : immigration clandestine), les ambassades de l’UE ont tenté de renforcer leur contrôle sur les autorisations de visa Schengen» et de conclure : «Cela explique peut-être pourquoi il y a un nombre aussi élevé de refus de visa dans les ambassades françaises et espagnoles qui ont été la destination la plus recherchée par les immigrants clandestins au cours des dernières années». La corrélation entre l’immigration clandestine et le refus des visas aux demandeurs algériens est énigmatique dans la mesure où à aucun moment l’étude publiée par le site Schengenvisainfo.com ne fait référence aux statistiques liées aux Algériens détenteurs de visa Schengen et qui ont décidé de rester illégalement en France et en Espagne. Les plus avertis savent que la majorité des migrants clandestins qui arrivent en Europe n’ont pas eu la chance d’obtenir un visa. Ils ont tout simplement recouru à des réseaux de passeurs qui les aident à traverser la Méditerranée.

Pour beaucoup de pays, et particulièrement la France, les visas peuvent être, à tort ou à raison, des moyens de pression sur les Etats dont les ressortissants sont de plus en plus demandeurs. Au début de l’année en cours, le représentant de l’ambassade de France à Alger avait démenti toute idée de «quota de visas pour les Algériens», tout en reconnaissant toutefois que les raisons du nombre important de refus sont liées au renforcement du contrôle aux frontières à cause de la crise migratoire, ajoutant dans la foulée le changement du prestataire de service (de TLS à VSF).

Le consul général de France, Marc Sedille, avait reconnu que le taux de refus a atteint 48% en 2018, avec 273 000 dossiers rejetés, sur 570 000 demandes enregistrées et qu’il y a eu toujours durant la même année 116 000 de visas de moins que durant 2017. Depuis le début de la révolution pacifique du 22 février, les Algériens sont de plus en plus nombreux à se plaindre de se voir refuser le visa Schengen par l’Espagne et la France. Tout porte à croire que pour 2019, la tendance d’octroi d’autorisation d’entrée dans les pays de l’espace Schengen continuera à être fortement baissière, comme l’a bien souligné le site Schengenvisainfo. Visiblement, les Etats concernés se sont entendus pour considérer l’Algérien comme un potentiel migrant clandestin, et de ce fait tout sera fait pour qu’il n’atteigne pas leurs frontières.