Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Banque d'Algérie 2007

Date de création: 24-05-2008 14:30
Dernière mise à jour: 24-05-2008 14:30
Lu: 482 fois


(Exposé du gouverneur de la Banque d'Algérie, Mohamed Laksaci, mardi 4 février 2008, sur les tendances monétaires et finançières au second semestre 2007. Extraits)

-En 2007, les exportations d'hydrocarbures totalisent 59,3 milliards de dollars (53,61 en 2006).
-Exportations hors hydrocarbures faibles, avec le même niveau atteint en 2006, soit un milliard de dollars.
-Importations des biens : 26,25 milliards de dollars en 2007, contre 19,86 en 2005 et 20,68 en 2006.Augmentation touchant tous les groupes de produits… " en raison de l'augmentation significative du taux d'investissement dans l'économie nationale ".
-Très forte augmentation des importations des services non facteurs (43,51%) en 2007, après une stabilisation en 2006.
-Dette extérieure :diminution des paiements au titre des intérêts de la dette, soit 230 millions de dollars en 2007, contre 760 millions de dollars en 2006 et 1 milliard de dolars en 2005.
-Baisse des remboursements en principal de la dette extérieure : 1,48 milliard de dollars, contre un pic de 12,87 en 2006 et 4,46 milliards de dollars en 2005.
-Encours des réserves officielles de change : 110,18 milliards de dollars à fin décembre 2007 (90,96 à fin juin 2007 et 77,181 à fin décembre 2006).
En termes d'engagements financiers extérieurs, l'encours de la dette extérieure à moyen et long termes à fin 2007 d'élève à 4,889 milliards de dolars, ce qui représente 3,6% du PIB en 2007, contre 34,2% en 2003 et 58,3% en 1999. La dette extérieure est tombée à 5,062 milliards de dollars en 2006 (16,485 à fin 2005).
-En matière de crédits à l'économie, à fin 2007, la part des crédits distribués au secteur privé (53,29%) a légèrement augmenté par rapport au taux atteint à fin 2006 (52,95%).
-Inflation : Celle de 2007 est la plus élevée depuis le précédent maximum atteint en 2004, soit une hausse de 4,6% de l'indice national et 3,5% de celui de la capitale. La forte inflation des prix des produits alimentaires est imputable aux produits agricoles frais dont les prix ont augmenté de 7,2% en 2007.