Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Industrie automobile 2019

Date de création: 14-06-2019 14:46
Dernière mise à jour: 14-06-2019 14:46
Lu: 32 fois


INDUSTRIES- PRODUCTION – INDUSTRE AUTOMOBILE- MONTAGE AUTOMOBILE 2019

 

Les constructeurs automobiles ne savent plus à quel saint se vouer suite aux dernières mesures prises par le gouvernement de faire baisser la facture des importations des collections SKD/CKD utilisées dans le montage automobile. Les concessionnaires automobiles ont été destinataires d’une note (début juin 209) leur notifiant à chacun son quota d’importation de pièces automobiles en montant, alors que la seconde fixe les modèles qu’ils assembleront désormais dans leurs usines.

 En effet, selon des sources des représentants commerciaux des usines, le gouvernement a décidé que Renault Algérie Production (Renault/Dacia) aura la plus grosse part des quotas d’importation des kits SKD/CKD, avec un quota d’une valeur de 660 millions de dollars,

suivi de Sovac production (Volkswagen/Seat/Skoda/Audi) avec 600 millions de dollars,

quand Gloviz (Kia) et Tahkout Manufacturing Company (Suzuki-Hyundai) sont autorisés à importer respectivement à hauteur de 380 millions de dollars et 360 millions de dollars US.

Les quatre quotas représentent en réalité les deux milliards de dollars dédiés à l’importation des kits automobiles du tourisme fixés par le l’État algérien durant une année.

 Les autres usines activant sur le marché ont été tout simplement écartées et c’est donc le début de la fin pour Peugeot et BAIC, notamment.
Ce qui est certain, c’est que ces nouvelles mesures ont laissé les constructeurs dans le flou total et attisé le courroux des employés des usines qui voient mal garder leur emploi pour une longue durée. Ils avancent que certains concessionnaires songent déjà à se séparer de plusieurs centaines de techniciens, tandis que les deux autres marques, Peugeot et BAIC, n’auront pas d’autre solution que celle de fermer boutique.
Concernant les modèles qui seront assemblés dans les usines, ils s’élèvent à 16.

Renault maintient donc ses trois modèles, mais Sovac perd en revanche la marque Audi. Peugeot est carrément exclu. Pour justifier ces limitations, le gouvernement s'est référé aux autorisations de l'Andi, l’Agence nationale du développement des investissements. Or, cette dernière n'a jamais limité les modèles, comme il est à rappeler qu'il n'a jamais été question de plafonnement des importations des kits, lors des conventions entre les concessionnaires et le CNI (Conseil national de l’investissement). Les pouvoirs publics ont également décidé de ne plus accorder de quotas à l'usine Suzuki dans la wilaya de Saïda, représentée par le groupe Tahkout, ainsi que l'usine BAIC à Batna, propriété de l'investisseur privé Seriak Auto. Les seuls modèles qui sont désormais autorisés à être produits sont la Symbol, la Clio et la Sandero, pour Renault/Dacia, la Golf, le Caddy, l’Octavia et Ibiza pour Sovac Volkswagen Algérie, Cerato, Picanto et Rio pour le groupe Kia, alors que pour Hyundai, du groupe Tahkout, ils sont six modèles, à savoir I20, Accent, Tucson, le nouveau Santa Fe, Sonata et Creta.
Le modèle le plus vendu de la marque Hyundai en Algérie, à savoir la petite citadine I10, ne sera plus produit. Ces restrictions, prises encore une fois de manière unilatérale, mettent les concessionnaires dos au mur, eux qui devront revoir toute la stratégie adoptée depuis la création de ces usines.