Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Hydrocarbures- Demande mondiale de gaz - Etude Aie

Date de création: 14-06-2019 14:08
Dernière mise à jour: 14-06-2019 14:08
Lu: 39 fois


ÉNERGIE- ÉTRANGER – HYDROCARBURES- DEMANDE MONDIALE DE GAZ-ÉTUDE AIE

La demande mondiale de gaz continuera à augmenter jusqu'à 2024, a indiqué vendredi 7 juin 2019 ,l'Agence internationale de l'énergie, soulignant que l'année 2018 a été une «autre année en or» pour le gaz naturel. 

«La consommation de gaz naturel devrait croître à un taux annuel moyen de   1,6 % d'ici à 2024, revenant à la tendance d'avant 2017. Il est peu probable que la forte croissance de 2018 devienne la norme à l’avenir en raison du ralentissement de la croissance économique, du potentiel décroissant de conversion du charbon au gaz et du retour à des conditions météorologiques moyennes après l’été exceptionnellement chaud de l’hémisphère nord de l’année dernière», a expliqué le dernier rapport de l'agence «Gas Market Report 2019», soulignant que d'ici à 2024, la consommation de gaz devrait dépasser 4,3 milliards de mètres cubes (tcm), contre 3,9 tcm en 2018. Pour l'AIE, 2018 a été une «autre année en or» pour le gaz naturel, puisque la demande a augmenté de 4,6%, son rythme annuel le «plus rapide» depuis 2010.  

Le gaz représente 45 % de l'augmentation totale de la consommation d'énergie primaire dans le monde, rappelle-t-on.  Les États-Unis et la Chine ont été les deux principaux contributeurs à cette augmentation, en raison de la combinaison de la croissance économique, du passage du charbon au gaz et des besoins énergétiques, liés à la météo, supérieurs à la moyenne. Mais l'industrie reste le «principal» moteur de l'augmentation de la demande de gaz.

«L'utilisation industrielle du gaz naturel, à la fois comme carburant et comme matière première, devrait croître à un taux annuel moyen de 3% et représenter 46% de la hausse de la consommation mondiale à l'horizon 2024», explique le rapport, précisant que le gaz utilisé pour la   production d'électricité devrait augmenter «plus lentement» en raison de la forte concurrence des énergies renouvelables et du charbon. Cependant, a-t-on ajouté, la production d’électricité restera le principal   consommateur de gaz naturel, représentant près de 40% de la demande totale   d’ici à 2024

 L’Asie, la clé de la croissance de la demande mondiale du gaz

 Pour les rédacteurs du rapport, l’Asie est la clé de la croissance de la demande, tirée par les efforts de la Chine pour le gaz, pays qui devrait représenter plus de 40 % de la croissance de la demande mondiale de gaz d’ici à 2024, motivée par l’objectif du gouvernement d’améliorer la qualité de l’air. Les États-Unis, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord représenteront la majeure partie du reste de la croissance de la demande mondiale, grâce à leur accès à des ressources nationales abondantes et compétitives, qui encouragent une utilisation accrue du gaz pour des applications industrielles et la production d’énergie, ont-ils poursuivi, alors que la   demande de gaz en Europe bénéficiera des fermetures de centrales au charbon   et nucléaires. Toutefois, ses gains seront limités par le développement des énergies renouvelables et une diminution de la consommation pour le chauffage des bâtiments, a expliqué le rapport qui relève que les États-Unis dominent la   croissance mondiale de l'offre et des exportations de gaz naturel. 

«La production de gaz aux États-Unis a bondi de 11,5 % en 2018, son taux de croissance le plus élevé depuis 1951, faisant du pays le plus gros contributeur à la croissance de la production de gaz dans le monde», a-t-il fait observer, notant que la Chine, l'Australie, la Russie et l'Iran ont   également enregistré une production record. Par ailleurs, le rapport enregistre que la production de schiste continue   de croître et les États-Unis continueront de dominer la croissance de   l'approvisionnement mondial en gaz et sa production annuelle devrait dépasser 1 tcm d'ici à 2024, les faisant comme le principal facteur de   croissance du commerce international.  

Pour le GNL américain, l'AIE souligne qu'il le principal contributeur à la croissance du commerce, expliquant qu'en l'absence de plans d'investissement confirmés du Qatar, les États-Unis deviendront le plus grand exportateur de GNL au monde, avec 113 milliards de mètres cubes (bcm)   en 2024. Pour les prix du gaz naturel, l'agence penche vers une convergence   mondiale, faisant remarquer que les écarts de prix régionaux ont fortement diminué depuis le dernier trimestre de 2018, «grâce à des marchés bien   approvisionnés».