Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

Roman Kamel Benyaa- "Emulsion"

Date de création: 29-04-2019 18:39
Dernière mise à jour: 29-04-2019 18:39
Lu: 19 fois


HISTOIRE-BIBLIOTHÈQUE D’ALMANACH- ROMAN KAMEL BENYAA- « ÉMULSION »

Émulsion. Roman de Kamel Benyaa. Editions Pixal Communication, Alger 2018, 700 dinars, 288 pages

Emulsion : «  Suspension d’un liquide, divisé en globules, au sein d’un autre liquide, avec lequel il ne peut se mélanger » (Larousse).

En fait, en un mot, c’est là toute l’histoire de la colonisation française  en Algérie : les deux pays, comme l’huile et le vinaigre ne se mélangent pas....et à chaque rémission du mouvement (la bouteille de la colonisation secouée) les deux liquides se séparent et reprennent obstinément leur place naturelle. Inéluctablement, la loi de la nature triomphe pour reprendre ses droits.

L’histoire de la colonisation française.....un temps bien long et bine tragique , intimement lié à l’Histoire d’une France (et de toute l’Europe chrétienne) d’abord désireuse de s’accaparer les palais, les harems et surtout l’immense trésor de la Régence d’Alger. Un véritable hold-up, le pays changeant de « propriétaire »  en moins d’un mois.   ensuite accompagné  et transformé juste après en colonie de peuplement  de tout le pays. Ce ne sont pas les résistances populaires (dont celles menées  par Abdelkader et  Fadhma N’Soumer)...qui manquèrent.

Suivra la guerre en Europe durant laquelle l’armée française est écrasée et humiliée mi-1871, à Sedan,  par les Prussiens : Chute de l’Empire , IIIè République, révolte du petit peuple de Paris qui mit en place la « Commune de Paris », son massacre par la coalition politico-militariste versaillaise....et l’abolition de l’autorité militaire et la mise au placard des « bureaux arabes » qui limitaient  son influence. Le pouvoir civil colon avait désormais le vent en poupe.

Un plan machiavélique est alors mis en place après l’insurrection d’El Mokrani et de Cheikh Ahaddad  (comprenant 250 tribus et 150 000 hommes, représentent le tiers de la population algérienne, en majorité de Kabylie et du Constantinois):

D’abord l’expropriation des propriétaires terriens .En Kabylie, on vit alors arriver des colons d’Alsace –Lorraine (occupée par le Prussiens) et du sud de la France qui se voient offrir , dès 1871, les terres confisquées...toujours les meilleures. 25 150 hectares. Des villages européens furent construits sur les deux rives de l’Oued Sahl-Soummam

Ensuite, le rançonnage de la population. Des montants à payer pour chaque famille furent calculés et arrêtés .Un impôt de guerre de 1 363 200 francs pour la seule Kabylie (cent mille personnes touchées) . .Un véritable racket d’Etat .

Enfin, un parodie de justice. Lors d’un « procès » qui eut lieu à Constantine, en mars-avril 1873, des sanctions multiples furent prises par les tribunaux civils et militaires : séquestres des meilleurs terres, impôts de guerre, emprisonnements, condamnations à mort, déplacements de groupes de population surtout vers la Syrie, condamnations aux travaux forcés et exil dans les bagnes de la Nouvelle Calédonie et de Cayenne ...

Et , pour couronner le tout, les veuves des combattants et les épouses des déportés étaient arrachées à leur famille pour être exhibées comme des animaux de foire sur la place publique. 

Des faits historiques véridiques sur fond d’une  rencontre – dans une exploitation agricole de la plaine de Bougie - d’un « colon » ,un  « communard » , Joseph,  ayant fui la misère parisienne et , surtout, l’oppression d’un pouvoir politique et militaire sanguinaire (avec un armée humiliée par les Allemands) et d’un jeune résistant kabyle, Mouloud, originaire d’Armila,  ayant échappé à la répression coloniale. Les ascendants de combattants de la  libération du pays !

L’Auteur : Originaire de la vallée de la Soummam (Sidi Aich)  médecin (allergologue) de formation, il a déjà a publié,  aux éditions Pixal Communication, deux ouvrages , « Mes souvenirs au passé composé, Sidi Aich : 1954-1962 » en 2015 (présenté in Mediatic , 12 avril 2018) et « Éden en sursis, Alger 1964-1974 »en 2017. Ici, Il y raconte sa jeunesse, dans ce pan de l’histoire de l’Algérie contemporaine, par le prisme de la liberté, mais aussi de la déroute.

 

Extraits« La France n’a cessé de secouer la bouteille de la colonisation depuis 1830. Elle n’a obtenu qu’une émulsion » (p 12), « Les convictions religieuses, le courage, la haine de l’opprimé ne suffisent pas pour gagner une guerre » (p 152), « Les Français ont toujours été cruels et implacables avec les Algériens depuis le début de l’occupation. Ils ont devenus encore plus féroces depuis l’avènement de la IIIème République » ( p 190),

Avis : Le roman douloureux d’une nation et d’une région face à (et contre) l’occupation coloniale. Faits historiques et vies romancés se mélangent avec la précision et la netteté ......du médecin spécialiste.

Citations : «  Si l’intelligence de l’homme le différencie de l’animal, il a, en revanche, ses instincts prédateurs en partage. Il n’y a pas pire ennemi de l’homme que son semblable » (p 9), « L’armée et l’Eglise sont un couple indissociable dans la grande aventure des colonies. Elles ont toujours cohabité en bonne intelligence »  (135), »C’est l’esprit scientifique et sa pratique qui donnent la dimension voulue à la conscience pour triompher .La pratique religieuse ne vaut que par la solidité des épaules de celui qui la ,porte » (p 154) , « La conscience n’a pas droit de cité dans l’armée (coloniale) » (p 169),