Nom d'utilisateur:
Mot de passe:

Se souvenir de moi

S'inscrire
Recherche:

France -Trafic aérien 1er trimestre 2019

Date de création: 23-04-2019 17:27
Dernière mise à jour: 23-04-2019 17:27
Lu: 42 fois


TRANSPORTS- AVIATION- FRANCE - TRAFIC AÉRIEN 1er TRIMESTRE 2019

 

 

Le trafic aérien en France a progressé de 5% au premier trimestre 2019 (5,5% en mars) a indiqué, hier, la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), qui relève un repli de la destination Algérie.

Les statistiques de la DGAC montrent également que le trafic international demeure favorablement orienté en mars 2019 (+5,3%), à la différence des mois précédents, avec une note très positive pour l’Afrique. En effet, la croissance la plus intense ne provient plus d’Amérique (+7,0%), mais d’Afrique, avec +8,8%. Le trafic aérien vers l’Europe a progressé de +4,5% et celui avec l’Asie de +3,6%.

La DGAC indique que les destinations les «plus dynamiques» restent le Brésil, avec +30,6%, la Tunisie (+16,7%), et le Maroc (+12,3%). De façon générale, au premier trimestre, a ajouté la même source, le trafic international a crû en cumul annuel de +5,1%, avec des pointes à +8,7% vers l’Amérique et +7,2% vers l’Afrique, soulignant que parmi les principales destinations, seule l’Algérie présente des chiffres en repli (-3,7%), pourtant l’Algérie possède la plus grande surface aéroportuaire d’Afrique.

La nouvelle aérogare, qui sera inaugurée prochainement, devra en principe aider, selon des spécialistes, à désengorger la plateforme avec une capacité de dix millions de passagers par an, qui estiment que l’Algérie doit s’ouvrir davantage aux compagnies low-cost, qui ne représenteraient que 7% du trafic des passagers (40% au Maroc).

A propos des compagnies aériennes, les statistiques de la DGAC notent un différentiel de croissance négatif en défaveur du pavillon français, avec +4,8%, contre +6,0% pour les opérateurs étrangers.

A l’international, la compétition demeure relativement serrée entre les transporteurs français et leurs concurrents (écart de -0,6 point), mais le marché intérieur, précise la DGAC, accuse un déficit du transporté aérien français (-7,5 points).

En ce qui concerne les aéroports, celui de Charles-de-Gaulle (Paris) enregistre +7,1%, soit une progression sur le trimestre de +5,7%, alors que celui d’Orly n’a enregistré que +1,0% en mars et +0,6% sur le trimestre, relevant que c’est en région que les progressions sont les plus spectaculaires. Une croissance à deux chiffres a été enregistrée à Nantes, comme à Lyon, Bâle-Mulhouse, Bordeaux et Beauvais.